Phyto sociologie 3

Système des formations végétales mondiales

Classe II : FORETS OUVERTES

Constituée d'arbres hauts de 5 m au moins dont les cimes ne se touchent généralement pas,à mettre en parralèle avec les forêts fermées mais dont le degré de recouvrement est d'au moins 30% 

 Sous-classe A des Forêts ouvertes principalement constituées d'espèces sempervirentes

Groupe 1. Forêts feuillues sempervirentes ouvertes 

Groupe 2. Forêts ouvertes constituée de conifères sempervirents

2.1 Formation à cimes arrondies ( régions de type méditerranéen )

2.2 Formation à cimes coniques (souvent en montagnes )

2.3 Formation à cimes cylindriques ( ex: forêt d'épiceas dans les régions boréales ).

Sous-classe B des forêts ouvertes principalement constituées d'espèces caducifoliées

Groupe 1. Forêts ouvertes caducifoliée des régions à saison sèche

Groupe 2. Forêts ouvertes principalement caducifoliées des régions tempérées, avec, en mélange, des arbres sempervirents.

Groupe 3. Forêts ouvertes caducifoliées des régions froides.

3.1 Formation feuillue ( ex : forêt de bouleaux sur tourbe)

3.2 Formation de conifères

3.3 Formation mélangée avec feuillus et conifères

Sous classe C  des forêts ouvertes extrêmement xéromorphiques. 

( voir I.C)

Groupe 1. Forêts sèches tropicales et subtropicales riche en plantes sclérophylles.

Groupe 2. forêts épineuses.

III. CLASSE DES FOURRES

Soit ouverts, soit fermés, constitués de plantes dont la taille est comprise entre 0,5 et 5m.

Sous classe A. Fourrés essentiellement constitués d'espèces sempervirentes

Groupe 1. Fourrés sempervirents feuillus

Formation 1.1 de petits bambous

Formation 1.2 de petits arbres et arbustes sempervirents ( ex : petits palmiers )

Formation 1.3 hémi-sclérophylles ( ex : fourrés subalpins de Rhododendrons )

Dans les Pyrénées,à environ 1800 à 2100 mètres, le hêtre et le sapin ont disparu pour laisser la place à des essences telles que le sorbier ou le bouleau. Au delà nous allons retrouver une strate arbustive de rhododendrons, genévrier, myrtille. Le pin à crochets reste l'arbre ayant les meilleures capacités pour survivre en altitude.

Subalpin

Fourré de Rhododendrons

Formation 1.4 fourrés sclérophylles (ex : maquis, chapparal)

En botanique, la macchia désigne une formation végétale caractéristique des régions au climat méditerranéen.

Le terme vient de l'italien macchia, lui-même dérivé du latin macula, tache, qui fait référence à l'aspect tacheté d'un paysage de maquis.

Le maquis est une formation végétale plus basse qu'une forêt (fruticée), très dense, constituée principalement d'arbrisseaux résistants à la sécheresse, formant des fourrés épineux et inextricables.

Cette formation, qui s'établit dans les massifs cristallins en terrain siliceux, résulte en général de la dégradation de la forêt de chênes-liège, elle-même ayant généralement remplacé un peuplement originel de chênes verts.

En France, on le trouve principalement dans les départements des Pyrénées-Orientales, du Var (massif des Maures, Esterel et îles d'Hyères) et surtout en Corse où il couvre 20 % de la surface totale de l'île.

Parmi les plantes ligneuses les plus caractéristiques du maquis, on trouve :

  • l'Arbousier (Arbutus unedo) ;
  • la Bruyère arborescente (Erica arborea) ;
  • le Calicotome épineux (Calicotome spinosa) ;
  • le Ciste de Montpellier (Cistus monspeliensis),
  • le Ciste à feuilles de laurier (Cistus laurifolius) ;
  • le Ciste à feuilles de sauge (Cistus salviifolius) ;
  • des Immortelles comme Helichrysum italicum,
  • la Lavande à toupet (Lavandula stoechas),
  • le Pistachier lentisque (Pistacia lentiscus)
  • le Filaire à feuilles étroites (Phillyrea angustifolia)
  • le Myrte (Myrtus communis),
  • le Romarin (Rosmarinus officinalis)

800px macchia01

Maquis clairsemé en Corse ( fourré ouvert ) 

Formation 1.5 des Fourrés suffrutescents , c'est à dire constitués de plantes dont seule la base est ligneuse ( ex peuplement de cistes de la région méditerranéenne).

Le fourré arrière-dunaire à cistes, Daphne et Osyris constitue un habitat très rare en Poitou-Charentes et exceptionnel sur le littoral atlantique où il est limité à quelques rares localités littorales et surtout insulaires (Oléron essentiellement, Ré, Aix et presqu'île d'Arvert). Il constitue une irradiation thermo-atlantique relictuelle d'un habitat méditerranéen que l'on ne retrouve qu'en Corse.
On y note la présence d'espèces rares ou menacées avec le Ciste de Montpellier Cistus monspeliensis, le Ciste à feuilles de laurier Cistus laurifolius protégé en Poitou-Charentes, le Ciste à sépales poilus Cistus psilosepalus, espèce protégée au niveau national.
Le matorral à chênes verts ne présente pas d'espèces protégées, sa valeur biologique n'en est pas moins importante de par sa rareté puisqu'il ne peut s'observer qu'ici ou là dans l'Ile d'Oléron ou en presqu'île d'Arvert.

Jpg un facies vegetal rare en poitou charentes

Groupe 2 . Fourrés sempervirents constitués d'arbustes dont les feuilles ont la forme d'aiguilles ou dont les feuilles sont très petites ( ex : fourrés subalpins à Pinus mugo ).

Sous classe B. Fourrés essentiellement constitués d'espèces caducifoliées.

groupe 1. Fourrés caducifoliés des régions à saison sèche

2. Fourrés caducifoliés des régions tempérées avec, en mélange, des arbustes sempervirents.

3.Fourrés caducifoliés des régions froides.

Sous classe C. Fourrés ouverts extrêmement xéromorphiques , des régions subdésertiques.

Groupe 1. Fourrés des régions subdésertiques , principalement constitués d'espèces sempervirentes

1.1 Fourrés subdésertiques sempervirents

1.2 Fourrés subdésertiques semi-décidus

Groupe 2. Fourrés subdésertiques caducifoliés

2.1.  avec des espèces succulentes 

2.2  sans espèces succulentes 

CLASSE IV. FORMATION D'ARBRES NAINS OU SUFFRUTESCENTS

C'est à dire dont seule la base est lignifiée.

Sous classe 1.Formations suffrutescentes principalement constituées d'espèces sempervirentes ( landes )

Groupe 1.1 Formations suffrutescentes sempervirentes fermées

Landes alpines et boréales ouvertes ou fermées 4060.pdf 4060.pdf

Groupe 1.2 Formations suffrutescentes sempervirentes ouvertes

Groupe1.3 Formations mixtes suffrutescentes sempervirentes herbeuses ( ex : la lande herbeuse à bruyère, Calluna vulgaris et à Nard, Nardus stricta )

ex : landes humides en Belgique4010-landes-humides.pdf 4010-landes-humides.pdf

Sous classe 2. Formations suffrutescentes principalement constituées d'espèces caducifoliées

Groupe 2.1 Formations suffrutescentes caducifoliées des régions à saison sèche

Groupe 2.2 Formations suffrutescentes mixtes, des régions froides, caducifoliées-sempervirentes

Groupe 2.3 Formations suffrutescentes caducifoliées de régions froides

Sous classe 3. Formations suffrutescentes extrêmement xéromorphiques, ouvertes des régions subdésertiques

Sous classe 4. Toundras à mousses lichens ou a arbustes nains, appliqués contre le sol, des régions subpolaires

- Le mot « toundra » vient des Sami du nord-ouest de la Russie, et signifie « terre stérile » ou « terre sans arbres ».

- La toundra est le plus jeune des biomes de la planète, ayant été formé il y a environ 10 000 ans, à la fin de la dernière période glaciaire.

- Les humains vivent dans la toundra canadienne depuis 5000 ans. 

- La toundra arctique contient davantage d’eau douce qu’aucun autre biome.

Tundra in nunavut

- Il existe trois types de toundras dans le monde – la toundra arctique, la toundra antarctique et la toundra alpine – qui partagent des conditions similaires.

Carte de la toundra

La toundra arctique est le biome qui s’étend entre la limite de la taïga (ou forêt boréale), ou la limite forestière, et les calottes glaciaires permanentes plus proches du pôle Nord ou de l’océan Arctique. Elle est composée d’une diversité de paysages, depuis des basses terres étendues jusqu’à d’imposantes montagnes. Souvent considérée comme un biome stérile et rocailleux, la toundra entoure le pôle et domine dans les régions arctiques et subarctiques.

Tundra in early summer

Toundra au début de l'été. 

Sous classe 5. Tourbières moussues avec des arbustes nains.

1) Qu’est ce qu’une tourbière ?

Une tourbière est un écosystème fragile formé sur plusieurs siècles par accumulation progressive de débris végétaux en milieu gorgé d’eau (bilan hydrique positif), sous un climat frais et humide. Du fait des conditions défavorables à la dégradation de la matière organique, une tourbière se caractérise par la très forte quantité de matières organiques mortes non décomposées, dont la teneur peut aller jusqu’à 80 à 90%. Les végétaux affectionnant ces milieux sont dits hydrophiles. Ce sont, entre autres, les mousses et en particulier les sphaignes, mais aussi de nombreux joncs et carex... dont les résidus forment après plusieurs siècles la tourbe.

2) Formation et turbification

La formation de la tourbe, au coeur de l’existence de la tourbière, peut être appelée, turfigenèse, turbification ou tourbification. C’est l’accumulation progressive de matière organique non décomposée (essentiellement végétale) et son tassement qui contribuent au fil du temps à former la tourbe. Une tourbière croît lentement, et connaît plusieurs phases de développement : depuis le comblement progressif d’une dépression naturelle remplie d’eau par des plantes partant du bord, passant par la constitution d’un véritable tapis végétal s’épaississant petit à petit jusqu’à gonflement du tapis et rejet de l’eau à la périphérie. Petit à petit la tourbière s’atterrie et est colonisée par les ligneux (arbre et arbuste) pour aboutir au stade ultime de bois tourbeux.

tourbiresvo-sud.pdf tourbières.pdf

Groupe 5.1 Tourbières bombées de différents types

http://carnibase.com/dossiers/tourbieres.htm

Groupe 5.2 Tourbières non bombées 

CLASSE V : FORMATIONS HERBEUSES

 

Terrestre et formations apparentées, des espèces ligneuses peuvent être présentes mais leur degré de recouvrement ne dépasse pas 30%

Coupe

Sous classe A des savanes et formations herbeuses apparentées, des régions tropicales et sub-tropicales, des arbres isolés sont presque toujours présents et les incendies sont courants 

La savane est une formation végétale propre aux régions chaudes à longue saison sèche et dominée par les plantes herbacées de la famille des Poacées (Graminées)1. Elle est plus ou moins parsemée d'arbres ou d'arbustes. Selon la densité (dans l'ordre croissant) des espèces ligneuses, on parle de « savane herbeuse », de « savane arbustive », de « savane arborée », de « savane boisée », puis de forêt claire, la transition se faisant en général de manière progressive.

Sa répartition varie en fonction des auteurs et des définitions retenues, mais elle prédomine surtout dans les zones soumises au climat tropical de savane, principalement en Afrique orientale, en Amérique du Sud et aux Caraïbes (les llanos du Venezuela et le cerrado du Brésil sont considérés comme des types locaux de savane), ainsi que dans le Nord de l'Australie.

 Un congrès de spécialistes en phytogéographie réuni à Yangambi en 1956 en a donné la définition la plus usitée aujourd'hui4 :

« Formation herbeuse comportant un tapis de grandes herbes graminéennes mesurant, en fin de saison de végétation, au moins 80 cm de hauteur, avec des feuilles planes disposées à la base ou sur les chaumes, des herbes et plantes herbacées de moindre taille. Ces herbes sont ordinairement brûlées chaque année ; sur ce tapis graminéen, se rencontrent en général arbres et arbustes, qui dessinent une savane boisée (arbres et arbustes formant un couvert clair laissant largement passer la lumière), une savane arborée (arbres et arbustes disséminés sur le tapis graminéen), une savane arbustive (arbustes uniquement, sur le tapis graminéen), une savane herbeuse (arbres et arbustes absents, uniquement tapis graminéen). »

Groupe 1 : savanes dans lesquelles les espèces dominantes sont des herbes à feuilles larges et plates :

Formation 1.1 - forêts ouvertes entrecoupées de savanes.

Formation 1.2 - savanes avec des arbres isolés :

Iiiiiii

Forêt ouverte à l'arrière entrecoupée avec une savane à arbres isolés ( Tanzanie )

sous formation 1.2.1 à arbres sempervirents

sous formation 1.2.2 à palmiers

Uuu

sous formation 1.2.3 à arbres caducifoliés

sous formation 1.2.4 à arbres xéromorphiques ou succulents

Formation 1.3 : savane avec arbustes ( savane arbustive ).

Amont bv

Formation 1.4 : savane sans espèce ligneuse ( savane herbeuse ayant souvent subit une forte intervention humaine )

Manage images 

Groupe 2 : Savanes dominées par des herbes à feuilles étroites ( mêmes divisions que sous A.1 )

Sous classe B des steppes et formations apparentées.

Groupe 1 des steppes herbeuses des régions tropicales, avec des sous-arbustes et des géofrutex, c'est à dire des plantes possédant des organes souterrains ligneux  de grandes dimensions

Images 6

Groupe 2 des steppes des régions tempérées  ( la " prairie " de l'Amérique du Nord, notamment)

Oglala national grassland

Oglala : prairie du Nebraska

Formation 2.1 : Steppes à hautes herbes

Formation 2.2 : Steppes à herbes moyennes

Steppe of western kazakhstan in the early spring

Steppe du Kazachstan au début du printemps

Formation 2.3 : steppe riche en plantes non graminoïdes  

Sous classe C : Prairies pâturées et formation herbeuses apparentées, des régions tempérées et subpolaires. 

Groupe 1 : Prairies et pâtures situées en deça de la limite, des arbres ; généralement à l'emplacement des forêts défrichées

Groupe 2 : Prairies et pâtures situées au delà de la limite des arbres.

Sous classe D : Caricaies, formations ouvertes de Cypéracées occupant des sols presque constamment mouillés ou inondés

Groupe 1 : Marais tourbeux à Carex, juncus, Scirpus,etc...

ex en Belgique :

Caricaies à Carex rostrata :Communautés apparaissant dans les plans d'eau libre des mares et des dépressions tourbeuses ou formant des franges d'atterrissement des gouilles, en milieu acide à légèrement basique et oligo-mésotrophe, dominées par Carex rostrata en association avec des sphaignes ou parfois avec des mousses pleurocarpes dans les situations les moins acides.

caricaies à Carex limosa :Communautés ouvertes des dépressions dans les tourbières hautes ou prairies flottantes à la surface de nappes d'eau peu profondes faiblement acides à neutro-alcalines au sein de bas-marais alcalins, dominées par Carex limosa en association avec d'autres cypéracées (Carex lasiocarpa, C. panicea...), des sphaignes et des mousses pleurocarpes.

Groupe 2 : Criques de suintement moussues ( sources )

CLASSE VI : formations des déserts 

Sous classe 1 végétation très ouverte des rochers et éboulis

sous classe 2 végétation ouverte des sables mobiles

Sous classe 3 vrais déserts

CLASSE VII ; formations de plantes aquatiques

S cl  1 : prairies flottantes 

Les rhizomes et les racines des spermatophytes ainsi que les mousses tissent un feutrage qui flotte sur l'eau

Gr.1 : constituées principalement de spermatophytes

Gr.2 : constituées principalement de bryophytes

S cl. 2 Roselières et formations apparentées

Gr. 1 : des pièces d'eau douce

Gr 2 : des étendues d'eau salée ou saumâtres. 

Gr3 : du bord des eaux courantes

S cl. 3 : Formations aquatiques flottantes, constituées de plantes enracinées ( ex : peuplement de nénuphards )

S cl 4 : Formations aquatiques submergées formées de plantes enracinées ( ex : peuplement de Potamots )  

Je n'ai pas illustré toute cette classification pour diverses raisons, une documentation détaillée existe :

L'option européenne de classer et de protéger les milieux naturels européens s'est réalisée sous la forme d'une directive "natura 2000"

 La Wallonie fait face aujourd'hui à un défi majeur en matière de conservation de la nature : mettre un terme au recul de la biodiversité et, si possible, la restaurer. En ce domaine l'Union européenne a adopté deux directives la Directive Oiseaux (1979) et la Directive Habitats (1992) qui constituent la base d'un vaste réseau écologique : le réseau Natura 2000.

C'est à partir de 2001 que la Wallonie a initié la mise en oeuvre de ces deux directives ( Directive Habitats - Directive Oiseaux) . Ainsi, 240 sites ont été sélectionnés sur base de travaux scientifiques et leur cartographie a été entreprise. En 2009, le Gouvernement wallon a adopté les premiers arrêtés de désignation de sites.

Au-delà de la sauvegarde de notre patrimoine naturel, les actions à mener sont de nature à améliorer notre cadre de vie et touchent de nombreux secteurs , tels la qualité de l'air et de l'eau, la prévention des inondations, la lutte contre les effets du réchauffement climatique ou encore l'attrait touristique de la région.

Les premières mesures de protection sont d'ores et déjà prises sur le terrain. Et les acteurs sont nombreux : gestionnaires forestiers, agriculteurs, environnementalistes, citoyens, associations, administrations communales, provinciales et régionales.

Les sites Natura 2000 wallons couvrent 220.000 hectares . La tâche est donc de grande ampleur mais essentielle à la constitution d'un réseau écologique à l'échelle de l'Europe tout entière.

comment gérer le reseau natura 2000.pdf comment gérer le reseau natura 2000.pdf

brochure-natura-2012-fr.pdf brochure-natura-2012-fr.pdf

Nouvelle stratégie européenne en matière de biodiversité pdf Nouvelle stratégie européenne en matière de biodiversité pdf

Méthodologie pour la mise en oeuvre du réseau natura 2000

La directive habitat 

L'aspect légal de la protection des sites naturels wallons

Avant de commencer toutes déterminations des formations wallonnes, on a intérêt à les préclasser selon la cle-generale-des-habitats.doc cle-generale-des-habitats.doc

On peut ensuite utiliser la classification traditionnelle des milieux que j'ai exposé ci-dessus ainsi que la théorie des formes biologiques.

Celle-çi a cependant été améliorée par le système Corine et ensuite Eunis dont l'adaptation à la Walonnie est nommée " Wall-eunis.

La première version de la typologie EUNIS des formations végétales n'a pu être réalisée que grâce à la collaboration active de nombreuses personnes appartenant à différents services. Certains services assument des responsabilités scientifiques specifiques à différentes parties de la typologie que l'on peut résumer comme suit :

Coordination générale : M. Dufrêne et L.M. Delescaille (MRW/DGRNE/CRNFB)

Coordination administrative : J.F. Dulière, P. De Wolf, S. Liegeois (MRW/DGRNE/DNF)

Coordination des organigrammes : L. Wibail (FUSAGx/GF)

Coordination de la base de données descriptives : P. Verté (FUSAGx/EC)

Coordination des clés de détermination : J.M. Couvreur (UCL/ECOP)

Coordination des pages web : M. Dufrêne (MRW/DGRNE/CRNFB)

Coordination scientifique par catégorie de formations végétales :

  • C = Eaux de surface intérieures ou d'eaux douces : C. Delmarche et L.M. Delescaille (MRW/DGRNE/CRNFB)
  • D = Tourbières et marais : Ph. Frankard (MRW/DGRNE/CRNFB)
  • E = Pelouses et prairies : J.M. Couvreur et A. Peeters (UCL/ECOP) - E. Melin, S. Rouxhet & E. Graitson (ULG/GIREA) pour les pelouses calaminaires et les pelouses à Nard- G. Mahy et P. Verté (FUSAGx/EC) pour les pelouses calcaires
  • F = Landes et fourrés : G. Mahy & P. Verté (FUSAGx/EC)
  • G = Forêts, bois et autres formations boisées : L. Wibail & H. Claessens (FUSAGx/GF)
  • H = Habitats sans ou avec peu de végétation : E. Melin & S. Rouxhet (ULG/GIREA)
  • I = Habitats régulièrement ou récemment cultivés : -
  • J = Habitats construits et industriels et autres habitats artificiels : E. Melin & S. Rouxhet (ULG/GIREA)

Expertises particulières ou globales : les auteurs précités ainsi que C. Keulen, J.L. Gathoye, Ph. Goffart, T. Kervyn (MRW/DGRNE/CRNFB), P. Limbourg, M. Tanghe et J. Lambert (pour les milieux prairiaux).

 classification "Corine", basée sur le système phytosociologique dont nous allons ci-après examiner les principes ( méthodes descriptives à grande échelle ).

 corine-biotopes-1997-cle7111a6.pdf corine-biotopes-1997-cle7111a6.pdf

  Voici la correspondance entre Eunis et "Corine"

eunis-correspondances.pdf eunis-correspondances.pdf

Donc pour un milieu, on commence par déterminer le type de formation végétale ( analyse à petite échelle ) et ensuite on applique les principes phytosociologiques et par exemple la classification de Braun Blanquet ; celle ci nous permet de situer l'habitat utilisé dans la typologie Corine ou Eunis ( Wal-eunis ) 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 10/10/2015