Bio an 8-pongiaires/Cnidaires


 

Métazoaires primitifs  /.SPONGIAIRES

 

 

sans-titre-491.png

sans-titre-492.png

1 Position systématique

L'embranchement des Spongiaires est actuellement représenté par 3 classes :

- Les Démosponges 

- Les Hexactinellides  

- Les Éponges calcaires

Les Spongiaires ont été considérés, par le passé, comme un stade intermédiaire entre les Protozoaires et les Métazoaires ( Parazoaires ). Cette hypothèse semble infirmée par les indications collectées grâce à la phylogénie moléculaire, qui les a fermement inclus dans le groupe des métazoaires.  

2 Définition

Métazoaires archaïques ne présentant pas de symétrie et dont le corps est constitué de deux feuillets. Organismes diploblastiques.

La cavité ou gastrique ou archentéron est tapissée par l’endoblaste constitué de choanocytes,cellules à collerette.

Les deux feuillets embryonnaires sont séparés par une couche gélatineuse, la mésoglée, envahie secondairement par différents types de cellules.

Le système nerveux est diffus et rudimentaire.

La fécondation indirecte.

Pas d’organes définis mais plusieurs sortes de cellules.

Animaux aquatiques essentiellement marins

La paroi du corps est perforée et parcourue par de nombreux canaux dits inhalants.

Ce sont des organismes filtreurs,l’eau s’introduit par les pores inhalants, parcourt les canaux inhalants et ressort par l’oscule.Cette eau est filtrée grâce au passage à proximité des choanocytes.

Animaux sessiles dont les seuls mouvements sont des contractions et l’occlusion des pores et oscules.

Squelette formé de spicules calcaires, siliceuses et organiques.

Reproduction sexuée, asexuée et  faculté de régénération à partir de fragments, voire de cellules isolées.

Ces organismes peuvent se présenter sous trois formes différentes que l’on apelle stades :

-   Stade Ascon

-   Stade Sycon

-   Stade Leucon.

Ces stades ne sont pas nécessairement présents chez toutes les espèces, mais un des trois stades peut être caractéristique d’une espèce donnée. Ces stades correspondent à une organisation de plus en plus ramifiée en cavités gastrales secondaires et
finalement en corbeilles vibratiles.

sans-titre-494.png


 

3 Morphologie-anatomie

Description faite sur le stade Ascon. Coupe longitudinale de paroi didermique

a)   Feuillet externe ou ectoblaste :

Epithélium formé de cellules pavimenteuses appelées  pinacocytes , entre ces cellules s’ouvrent les pores inhalants .

b)   Feuillet interne ou endoblaste

Feuillet tapissant la cavité gastrale ( archentéron) , formé de choanocytes ( cellules à collerette). Les mouvements des flagelles apportent à l’éponge l’oxygène et les particules alimentaires ( bactéries, algues unicellulaires).

plandorgan.gif

 

 

c)   Mésoglée

Plusieurs variétés ont migré . Aucune cohésion entre elles , donc pas d’organes, on distingue :

-    Les porocytes, cellules drains tubulaires

-    Les amoebocytes, cellules arrondies donnant naissance au gonocytes, aux phagocytes etc…

-     Les cellules nerveuses, cellules fixes généralement filiformes, elles réalisent un relais entre pinacocytes et choanocytes.

-      Les scléroblastes, d’origine ectodermique, ils élaborent les spicules. Formation d’un squelette interne.

sans-titre-90.jpg

4 Classification

Celle-ci se base sur la nature des éléments squelettiques, on peut diviser cet embranchement en trois classes :

4.1 Les éponges calcaires

La classification des éponges calcaires est basée sur la distribution des choanocytes qui peuvent tapisser entièrement la cavité gastrale : éponges calcaires homocoeles,ou se répartir dans des diverticules de cette cavité : éponges calcaires hétérocoeles.

4.1.1 éponges calcaire homocoeles

La cavité axiale est à le fois cavité gastrale et corbeille vibratile, il peut y avoir une légère complication. On a un ou peu d’oscules. Ce sont des formes typique du stade Ascon

Ex : Olynthus sp, Asceta sp, Leucosolenia sp, Clathrina…

4.1.2 éponges calcaire hétérocoeles

Le stade Ascon est transitoire ou escamoté, développement caractérisé par une complexité croissante.

sans-titre-91.jpg

 


 

On passe généralement au stade Sycon avec cavités gastrales secondaires, la cavité axiale s’appelle atrium  ( voir schéma).

Finalement, stade Leucon avec fort développement du cortex.

Ex :  Grantia sp, Sycon sp, Leucandra sp.

Organismes communs des plateaux continentaux.

4.2   Les Desmosponges

Spicules siliceux et fibres de spongine ( scléroprotéine riche en ponts disulfure et en tyrosine halogénée)  reliant les éléments squelettiques.

Cette classe reprend des animaux intéressant soit sur le plan économique, soit sur le plan biologique :

-  Cliona qui perfore les coquilles de Mollusques lamellibranches ( Huîtres ).

-  Spongia : éponge de toilette.

-   Certaines vivent dans les eaux douces.

4.3   Les Hexatinellides

Spicules siliceux

5    Reproduction et régénération

5.1 La reproduction sexuée


Dans la mésoglée, les amoebocytes donnent des gonocytes qui engendrent des ovogonies et des spermatogonies. Pas encore de véritables gonades.

Les éponges sont gonochoriques ou hermaphrodites.

5.1.1 La gamétogénèse

Spermatogénèse : normale donnant naissance à des spermatozoïdes flagellés qui seront libérés dans le milieu extérieur.

- Ovogénèse : l’ovocyte I s’associe à deux cellules , cellule satellite et cellule nouricière.


5.1.2 La fécondation

Celle - ci est indirecte, elle s’opère après que le spermatozoïde ait fusionné avec un choanocyte, ce qui donne une cellule « charriante » qui
transporte son noyau et celui du spermatozoïde. Le noyau du spermatozoïde associé à une vacuole forme le spermiokyste.

Lorsque la cellule charriante entre en contact avec un ovocyte, elle émet un prolongement qui pénètre dans cet ovocyte et forme un « tunnel »  par lequel le spermiokyste pourra migrer dans le cytoplasme ovocytaire. Il y a ensuite caryogamie et formation du zygote.

 sans-titre-92.jpg 


 

5.1.3 Le développement embryonnaire

Les éponges sont vivipare, l’embryon se développe dans la mésoglée. A la fin du développement, une larve traversera la couche des choanocytes et gagnera , via l’atrium, le milieu extérieur  ( amphiblastula).
Certaines espèces d’éponges ( Desmosponges ) émettent des larves plus évoluées, véritables pupes appelées parenchymula.

sans-titre-8.gif

5.1.4 Le développement larvaire

La jeune larve nage librement grâce à des flagelles, elle finira par se fixer. Une fois fixée, le blastopore se ferme et au pôle opposé, s’ouvrira l’oscule.

5.2    La reproduction asexuée

Chez les métazoaires, la reproduction asexuée procède selon ; le bourgeonnement et la schizogénèse.

Chez les Spongiaires , on rencontre le bourgeonnement. Les cellules qui donneront le bourgeon par prolifération peuvent appartenir à des tissus différenciés, mais elles devront subir , au préalable, une préparation, la blastogénèse : c’est le pendant de la gamétogénèse de la reproduction sexuée.

La blastogénèse conduira à la formation de blastozoïtes

Chez les éponges, on rencontrera le bourgeonnement actif ou externe, dans lequel les blastozoïtes entrent immédiatement en prolifération et un individu se sépare de la souche mère.

On rencontrera également le bourgeonnement de protection ou interne , par lequel le précurseur d’une forme de résistance est générée à l’intérieur de l’organisme mère, par exemple des spongilles ( schéma ) qui vont se libérer et se fixer à l’extérieur. Ces spongilles contiennent des gemmules formés dans leur mésoglée. Ces gemmules sont un amas de cellules indifférenciées limité par une coque percée d’un micropyle. Les spongilles sont libérées à la mauvaise saison par l’organisme qui meurt. Au printemps suivant les gemmulles germent et donnent naissance à de nouveaux individus.

sans-titre-9.gif5.3   La régénération

-  Grandes facultés de régénération.

-  Les cellules isolées sont capable de régénérer totalement un individu. Il s’agit donc d’un type de régénération à potentialités totales.

6   Biologie

L’eau pénètre par les pores et ressort par l’oscule.

L’eau absorbée contient des substances dissoutes et de très fines particules

Les choanocytes captent les principes nutritifs qui seront transmis aux différentes cellules par les amoebocytes.

7   Écologie

Les éponges habitent généralement les zones littorales et sublittorales où la nourriture (phytoplancton,bactéries) est abondante. Elles filtrent d'énormes quantités d'eau et contribuent à réduire la turbidité de l'eau. Leur abondance est souvent limitée par la disponibilité de silice ou de calcium. Certaines éponges peuvent
décomposer les roches ou coquilles calcaires et jouent un rôle important dans le cycle biogéochimique du calcium dans les océans. Cette capacité de dégrader
les coquilles calcaires les pousse parfois à décimer les populations d'huîtres et de palourdes. Les éponges servent d'abris pour de multiples animaux et sont
mangées par certains poissons.

8   Une question de phylogénie

Que penser d’une ressemblance choanocytes – Choanoflagellés ?

Il s’agirait plus d’une convergence toute fortuite que d’une parenté directe.

Le caractère primitif des Spongiaires ne doit pas être recherché au niveau de la spermatogénèse ou de l’ovogénèse, mais bien dans
les points suivants :

-    Sytéme nerveux diffus.

-    Absence d’organes sensoriels définis.

-    Absence de région céphalique.

 

Eumétazoaires / CNIDAIRES

sans-titre-100.jpg1 Position systématique

Embranchement des Cnidaires

2 Définition

-  Métazoaires diploblastiques à organisation  relativement simple.

-  Le corps est une gastrula dont l’unique orifice cumule les fonctions anale et buccale et est entouré d’un nombre variable de tentacules creux chargés de la capture.

-   Présence d’une mésoglée anhiste contenant des cellules diverses d’origine ectoblastique.

-   Par rapport aux Spongiaires, les Cnidaires présentent une symétrie radiaire d’ordre pair ( 4 ou 6 ) pouvant être altérée par une symétrie bilatérale.

-   Pas d’appareil respiratoire, circulatoire, excréteur mais des organes des sens : les cnidoblastes

-   Animaux marins vivant isolés ou en colonies.

1° les formes benthiques ou polypes sont fixées.

2° les formes nageuses ou méduses sont planctoniques.

-  Cycle vital : forme polype – forme méduse sexuée et gonochorique – œuf – larve planula – polype.

-  Reproduction sexuée et asexuée et faculté de se régénérer.

3 Morphologie - anatomie

Exemple choisi : L’hydre d’eau douce ( brune,grise ou verte ).

Cas aberrant puisqu’elle est dulcicole, n’existe que sous forme de polype, n’a pas de squelette et est hermaphrodite, mais intéressant pour des
études histologique

3.1 Anatomie

Ils présentent tous une Cavité gastrique ou gastrale ou gastrovasculaire dérivant de l'archentéron et possédant un orifice, la bouche,qui apparaît au stade gastrula.

Leur symétrie est radiaire par rapport à leur axe apico-basal.

Ils sont libres ou fixés. Souvent dans la même espèce existe une alternance de deux types : le Polype, fixé, donne naissance par voie asexuée à la forme libre ou Méduse qui se reproduit par voie sexuée pour redonner un polype. Ce phénomène, nommé Polymorphisme, n'est connu que depuis peu : les naturalistes avaient autrefois donné des noms différents à ces deux phases.

3.1.1 Anatomie de la phase polype.

Un polype est un petit sac dont l'ouverture, la bouche, est entourée d'une couronne de tentacules dans lesquels se prolonge la cavité gastrovasculaire. La mésoglée est mince chez le polype.

sans-titre-101.jpg

 



sans-titre-11.gif

3.1.2 Anatomie de la phase méduse

La face Aborale ou opposée à la bouche est fortement élargie et prend une forme convexe : c'est l'Ombrelle.

La face orale est concave, la bouche s'ouvre à  l'extrémité d'une pseudotrompe appelée Manubrium.
L'ouverture de la face orale peut être rétrécie par une sorte de diaphragme, le
Vélum, constitué d'un repli d'ectoderme rempli de mésoglée.

Cette mésoglée, épaisse dans l'ombrelle, réduit la cavité gastrovasculaire à un réseau de canaux qui partent du manubrium vers
l'extrémité des tentacules.
Il existe un appareil, le Canal circulaire, qui relie les canaux radiaires entre eux.

sans-titre-12.gif


 

3.2. Structure histologique

3.2.1 Les cellules myo-épithéliales

Ces cellules appartenant à l'ectoderme ou à l'endoderme sont également appelées cellules épithéliomusculaires. Elles sont pourvues de myofibrilles du côté de la mésoglée.

L'orientation des fibrilles musculaires n'est pas quelconque : elle est longitudinale dans l'ectoderme. Leur contraction provoque un raccourcissement de l'animal ; dans l'endoderme elle est circulaire et la contraction des fibres provoque un rétrécissement ou un allongement de l'animal.

3.2.2 Les cellules nerveuses

Ces cellules forment deux plexi nerveux situés pour l'un à la base de l'ectoderme, pour l'autre à la base de l'endoderme. Elles transmettent
l'information à des cellules sensorielles réparties dans les deux feuillets.

3.2.3 Les cellules ectodermiques spécifiques

3.2.3.1 Les cellules intersticielles

Ce sont de petites cellules à caractère embryonnaire qui produisent les cellules germinales et capables de se différencier pour remplacer d'autres cellules : les Cnidoblastes.

sans-titre-10.gif


 

3.2.3.2 Les cnidoblastes

Ce sont les cellules caractéristiques des Cnidaires.Elles sont abondantes dans les tentacules, urticantes et servent à capturer les proies.Elles sont constituées par un noyau, un cytoplasme et une capsule spéciale, le Cnidocyste. Un filament cytoplasmique immobile dépasse à l'extérieur : c'est le Cnidocil à structure microfibrillaire classique accompagnée d'une fibre dont les caractéristiques peuvent être rapprochées des fibres nerveuses.Le cnidocyste renferme un long filament invaginé portant sur sa face interne, à forte section, des épines et, à faible section,des barbes ; un liquide urticant contient des paralysants musculaires dont l'un est l'actinocongestine. Le tout est fermé par un Opercule.

Lorsque certains corps étrangers touchent le cnidocil, il y a une contraction violente des cellules myo-épithéliales proches, ce qui induit une forte augmentation de pression à l'intérieur du cnidocyste. Le premier ensemble d'épines du filament fait alors fonction de percuteur et éjecte l'opercule. Le filament se dévagine alors en doigt de gant, colle à l'intrus grâce à ses barbillons ; les épines perforent sa chair et les toxines sont injectées. Ce phénomène se déroule à l'échelle de la milliseconde.

Le cnidoblaste se différencie à l'intérieur de l'ectoderme à partir d'une cellule intersticielle et ne parvient à la surface que lorsqu'il est mûr. Il ne sert qu'une seule fois.


 

sans-titre-102.jpg

3.2.4 Les cellules endodermiques spécifiques

3.2.4.1 Les cellules épithéliales

Ces cellules possèdent de deux à cinq flagelles et ont une activité phagocytaire. Entre les cellules myo-épithéliales existent des cellules glandulaires dont les enzymes sont déversées dans la cavité gastrovasculaire et digèrent partiellement les particules alimentaires avantnleur phagocytose.

3.2.4.1 Les cellules basales

Ces cellules sont de type embryonnaire, souches des cellules glandulaires et situées à la base de l'endoderme.

sans-titre-103.jpg


 

4 Reproduction

4.1   La voie sexuée

Comme exemple, un hydrozoaire,Obélia , qui forme des colonies à la surface des stipes des laminaires.

4.1.1 Larve Planula : Après développement embryonnaire, larve ciliée nageuse, didermique, qui se fixe sur un support

.1.1.1 Le développement embryonnaire

La segmentation de l'oeuf est totale, égale et conduit à une blastula ciliée, ovoïde et nageuse.

sans-titre-105.jpg


 

La gastrulation se fait par Migration unipolaire.

sans-titre-106.jpg

Des cellules tombent dans le blastocoele et le remplissent, ce qui amène l'organisme au stade de larve Parenchymula à ectoderme cilié et endoderme plein.

sans-titre-107.jpg

Les cellules endodermiques s'organisent autour d'une cavité appelée Archentéron, l'organisme passe alors au stade de larve Planula creuse, à vie pélagique.

sans-titre-108.jpg

La planula se fixe sur un support, s'aplatit, puis s'allonge en prenant la forme d'un polype. La bouche se perce à la partie supérieure, les tentacules se forment à partir de cet orifice.

sans-titre-109.jpg

4.1.2 La phase polype

Croissance de la planula et formation du premier hydranthe bientôt suivi d’autres par bourgeonnement. Extension de la colonie par allongement et ramifications.

4.1.3 Apparition des gonanges

Polypes dépourvus de bouche et de tentacules et se composant d’un axe fertile blastostyle et d’une enveloppe gonothèque. Le  blastostyle va engendrer par bourgeonnement  la forme méduse . Les gonocytes émigrent au niveau du blastostyle.

4.1.4 La phase méduse

petites méduses à vélum ou méduses craspédotes portant les gonades ( ensemble de gonocytes ).

Ces méduses s’échappent par l’ouverture de la gonothèque. Toutes les méduses issues d’une même colonie ont le même sexe.

La fécondation a lieu dans l’eau, formation de la Planula.

sans-titre-110.jpg

4.2   La voie asexuée

Chez certaines espèces où la phase méduse est majoritaire, il y a un phénomène de Strobilisation, multiples étranglements du polype permettant de libérer les petites méduses. C’est une forme de bourgeonnement

4.3   La régénération

Le pouvoir de régénération est considérable, a condition  que le morceau envisagé contienne de l’ectoderme et de l’endoderme.

Une hydre coupée en morceau redonne des animaux complets et la polarité primitive est respectée.

Ce pouvoir s’explique par la présence de cellules intersticielles.

CYCLES

Fondamentalement le cycle de développement des Cnidaires passe par une alternance entre phase polype et méduse. La phase sexuée étant la méduse. Mais à partir de ce schéma il y a de nombreuses variations possibles et une des phases, aussi bien l'une que l'autre, peut être escamotée.

a) Cycle général

sans-titre-111.jpg



b) Exemple de cycle sans polype

sans-titre-112.jpg
c) Exemple de cycle sans stade méduse

sans-titre-113.jpg

 

d) Cycle de reproduction d'un Hydrozoaire,avec alternance méduse- polype (La forme polype constitue des colonies à la surface de certaines algues, elle donne des axes de 2 à 3 cm de long. Les tubes ramifiés qui courent à la surface de l'algue constituent l'hydrorhise, les axes dressés, l'hydrocaule, les polypes sont les hydrantes.
L'ectoderne périphérique secrète un fin squelette ectodermique le périsarc la partie charnue est le coenosarc. Au niveau des hydrantes le périsarc donne une logette l'hydrothèque portée par un pédoncule articulé..A maturité cette colonie forme des gonanges ou gonozoïdes, ce sont des polypes dépourvus de bouche et de tentacules qui vont bourgeonner des méduses. Les bourgeons médusaires apparaissent progressivement de haut en bas à la surface du blastostyle. Quand l'organisation de la méduse est parfaitement définie il y a étranglement du pédoncule de fixation et libération de la méduse (1mm de diamètre). Toutes les méduses issues de la même colonie ont le même sexe.
La méduse libre possède sauf exception un velum , elle est dite craspédote, les gonocytes sont logés dans la parois des canaux radiaires. Ces méduses au terme de leur croissance mesurent environ 5 mm de diamètre, elles assurent la dissémination des produits génitaux. Toutes les médusess issues d'un même gonozoïde sont du même sexe. La fécondation a lieu dans l'eau de mer ou dans la cavité sous ombrellaire. Le développement embryonnaire conduit à une larve didermique la planula qui est ciliée et nageuse, elle se fixe après quelques heures, elle s'étale sur le support en étoile dont les branches constituent les ébauches des hydrorhizes.

sans-titre2-5.jpg 

 c) Cycle d'Aurelia  avec alternance de stade méduse dominant et stade polype

sans-titre-117.jpg

 

 

.5  . Biologie – physiologie

5.1 Respiration et circulation

 

Les Cnidaires dépendent principalement de la diffusion pour obtenir l'oxygène dont ils ont besoin. Leur corps étant très souvent formé de deux couches de cellules, l'une à l'extérieur, l'autre tapissant la cavité gastro-vasculaire, ils n'ont pas vraiment besoin de système circulatoire. Les cellules amiboïdes de la mésoglée s'occupent du transport des éléments nutritifs des cellules du gastroderme vers celles de l'épiderme.

5.2 Alimentation et digestion

 

Les Cnidaires sont, la plupart, des carnassiers qui se nourrissent de plancton, de protozoaires, et de petits poissons. Ils capturent et immobilisent leurs proies à l'aide des cnidoblastes de leurs tentacules. Souvent ces cnidoblastes contiennent des toxines qui paralysent la proie. La proie est transportée vers la bouche à l'aide des tentacules.

La digestion est à la fois extracellulaire et intracellulaire chez les Cnidaires. Les cellules du gastroderme sécrètent du mucus et des enzymes digestives qui sont relâchées dans la cavité gastro-vasculaire. Les cellules du gastroderme sont flagellées, et le battement des flagelles permet de mélanger l'eau, la nourriture, et les enzymes contenues dans la cavité. Les particules alimentaires partiellement digérées sont ensuite absorbées par phagocytose, et la digestion est complétée à l'intérieur des vacuoles digestives.

 sans-titre-118.jpg

 

Chez les Anthozoaires, il y a une structure unique, le siphonoglyphe, qui est une gouttière ciliée à chaque extrémité de la bouche allongée. Cette structure permet de faire circuler l'eau vers l'intérieur de la cavité gastro-vasculaire. Les cellules du siphonoglyphe sécrètent également du mucus qui sert à lubrifier la bouche et le pharynx et ainsi faciliter le passage de la proie vers la cavité gastro-vasculaire. La présence des septa, chez les anémones de mer augmente la surface de contact entre le contenu de la cavité et le gastroderme.

Notez que la bouche est à la fois l'anus chez les Cnidaires. Il n'y a qu'une seule ouverture au tube digestif, et on dit de cet arrangement que c'est un tube digestif incomplet. Cet arrangement n'est pas très efficace car la nourriture partiellement digérée, les rebuts de digestion, et les proies nouvellement ingérées sont mélangées dans la cavité gastro-vasculaire. Il est donc difficile à ces animaux de digérer parfaitement leurs proies car les gradients de diffusion des substances nutritives et des déchets métaboliques de chaque coté des membranes des cellules du gastroderme ne peuvent être maintenus.

 

 

5.3 Excrétion et osmorégulation

 

Les Cnidaires marins sont isotoniques à l'eau de mer, et n'ont donc pas de problèmes d'osmorégulation. Les déchets azotés sont éliminés sous forme d'ammoniac. L'hydre, qui est dulcicole, est hypertonique par rapport à son milieu. Les surplus d'eau sont éliminés activement par le gastroderme, et les protéines de la membrane des cellules du gastroderme transportent activement les ions pour compenser la diffusion.

 

5.4 Sens et système nerveux

 

Il n'y a pas de tête ni de cerveau chez les Cnidaires. Le mode de vie sessile ou planctonique implique que l'animal peut venir en contact avec des proies ou de prédateurs dans toutes les directions. Une concentration des fibres nerveuses dans une région du corps n'est donc pas particulièrement avantageuse.

Les Cnidaires ont un système nerveux primitif (réseau nerveux) composé d'environ 100,000 neurones en réseau qui est en contact avec les cellules contractiles de l'épiderme et du gastroderme, et qui forment des extensions au travers de l'épiderme et du gastroderme. Ces cellules nerveuses transmettent les messages aux cellules contractiles. Il y a deux types de réponses musculaires, des réponses lentes et des réponses rapides qui sont obtenues par des nerfs de diamètres différents.

Les Cnidaires possèdent des cellules sensorielles qui réagissent aux stimuli chimiques et tactiles dans l'épiderme et le gastroderme. Les polypes n'ont généralement pas d'organes sensoriels, mais les méduses ont souvent des cellules photoréceptrices et des groupes de cellules permettant de détecter la gravité: les statocystes. Ces structures sont, dans leur forme la plus simple, un petit sac de cellules ciliées contenant du liquide et des statolithes de sulfate de calcium. Les cellules ciliées sont sensorielles et permettent à l'animal de distinguer la direction du fond et celle de la surface.

 

5.5 Associations

Symbiose avec des Zoochlorelles, Zooxanthelles qui se fixent dans son endoderme ( avantage alimentaire). Association anémone, poisson clown, etc.

 

6 Écologie

 

Les Cnidaires sont typiquement carnivores, mais certaines anémones de mer produisent des cellulases qui leur permettent de digérer le matériel végétal. Ils sont à leur tour des proies pour certains poissons, mollusques et crustacés. Les polypes produisent une quantité phénoménale de mucus pour nettoyer leur surface des particules qui sédimentent, et de nombreux poissons coralliens se nourrissent de ce mucus. Certains vers plats digèrent des polypes sans affecter les cnidoblastes et arrivent à intégrer ces cnidoblastes à leur épiderme pour assurer leur propre protection.

L'anémone et le poisson-clown forment un exemple classique de symbiose. Le poisson s'enrobe du mucus de l'anémone, ce qui empêche l'anémone de le reconnaître comme une proie. L'anémone assure protection au poisson qui se nourrit des déchets rejetés par l'anémone. En contrepartie, le poisson sert de leurre pour attirer d'autres proies vers l'anémone.

Plusieurs coraux possèdent des algues photosynthétiques dans des vacuoles. Les algues produisent des sucres qui sont assimilés par les coraux, et débarrassent les coraux des déchets azotés.

7. Classification des Cnidaires

Il existe quatre classes.

Classe des Hydrozoaires

Les Hydrozoaires sont la seule classe qui possède des espèces d'eau douce. Ils présentent l'alternance typique polype-méduse.

Le polype ne possède pas de pharynx, la bouche est située à l'extrémité d'un cône saillant appelé Hypostome. La cavité gastrovasculaire n'est pas délimitée par des cloisons.

Les méduses possèdent un vélum et sont donc qualifiées de Craspédotes.

Les gonades sont d'origine ectodermique et disposées en position sous-épidermique.

Classe des scyphozoaires

La classe des Scyphozoaires rassemble des animaux en forme de coupe et la phase méduse y est largement prédominante.

Elles ne possèdent pas de vélum et sont dites Acraspédotes. Les gonades sont d'origine endodermiques en position sous-endodermique.

 sans-titre-122.jpg

 

Classe des Cubozoaires  

La classe des Cobozoaires rassemble des méduses de petite taille dont l'ombrelle présente une concavité en forme de cube

Classe des Anthozoaires

La classe des Anthozoaires n'existe que sous la forme de polype . Ces animaux peuvent être solitaires ou coloniaux. Ils possèdent un pharynx d'origine ectodermique , la cavité gastrovasculaire est divisée par des cloisons radiales . Au niveau du pharynx existent une ou deux gouttières ciliées appelées siphonoglyphes qui déterminent un plan de symétrie bilatérale . Les autres ont une symétrie radiaire

7.1 Classe des Hydrozoaires

a) Sous classe des stromatoporides

Ils sont généralement rattachés au Hydrozoaires et sont tous fossiles

Leurs colonies sont des formations calcaires massives , incrustantes, dont l'envergure  et la hauteur peuvent toutes dépasser 1 m . Elles sont formées d'une superposition de fines couches horizontales de calcaire , les Laminae , parmi lequelles on on distingue des couches des couches claires et sombres , reliées entre elles par des piliers verticaux plus ou moins longs .

De nombreux stromatroporides sont ornés de réseaux étoilés , les Astrorhizes, fins canaux verticaux se terminant à la surface des lamelles par un dessin rayonnant . La surface externe des stromatoporides porte souvent des monticules verruqueux, parfois ornés d'astrorhizes. Chez les espèces les plus anciennes , les Laminae constituent l'élément principal de la structure , les piliers restant courts . Les spécimens plus récents ont des piliers plus grands qui traversent un nombre de plus en plus grand de lamelles. Enfin, les espèces qui datent de la fin du paléozoïque peuvent présenter une structure relativement irrégulière.

Cet ordre est resté durant l'Ordovicien assez peu représenté , mais il constitue un élément important répandu et caractéristique de la formation des récifs au Silurien et au Dévonien.

b). Sous classe des Hydraires

Le type des Hydraires est Hydra ou Hydre d'eau douce existant sous forme de polype isolé et présentant un pouvoir de régénération important . C'est un polype simple sans périderme protecteur et qui peut se multiplier par bourgeonnement .

b1) Hydraires calyptoblastiques

Chez Obélia la phase polype est coloniale , elle est formée par un stolon ou tige sur laquelle bourgeonnent d'autres individus

L'hydrorhize émet des stolons dressés et ramifiés appelés Hydrocaules. Chaque ramification se termine par un polype.

Hydrorhize et hydrocaule sont des tubes formés par deux feuillets cellulaires avec de la mésoglée. L'intérieur du tube est la cavité gastrovasculaire qui communique ainsi entre chaque individu . L'ensemble est appelé coenosarc et est entouré d'une membrane et est entouré d'une membrane chitineuse appelée ,périsarc  .

Le périderme entoure les différents polypes et forme à leur niveau des loges en forme de coupes nommées hydrothèques ou Gonothèques en fonction du type de polype qu'elles protègent.

Il existe deux types de polypes .

- Les polypes nourriciers ou Hydrantes sont chargés de capter les particules alimentaires à l'aide d'une couronne de tentacules . Ils sont protégés par une hydrothèque.

- Les polypes reproducteurs ou gonantes sont formés d'un axe appelé blastostyle sur lequel bourgeonnent de petites méduses présentant ocelle et statocystes.

 

sans-titre-128.jpgb2 Hydraires gymnoblastiques.

Ce sont des hydraires dont les polypes ne sont pas protégés par un périsarc. Le type des hydraires gymnoblastiques est le genre Hydractinia.

Ils présentent trois types de polypes :

- Les polypes nourriciers sont appelés gastrozoïdes ( ïtes)

- Les polypes reproducteurs sont des gonozoïtes

- Type de polype protecteur ou dactylozoîtes 

 

 sans-titre-129.jpg

 sans-titre-133.jpg

 sans-titre-134.jpg

sans-titre-135.jpg

 sans-titre-136.jpg

sans-titre-137.jpg

 sans-titre-138.jpg

sans-titre-139.jpg

 

sans-titre-140.jpgsans-titre-142.jpg

 

 

sans-titre-143.jpg

sans-titre-144.jpg

 

 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

 

 

3 votes. Moyenne 3.67 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 24/05/2016