Insectes 5

sans-titre-538.jpg

 

sans-titre-1077.png

sans-titre-1078.png

FiG. — Gastrulation et neurulation de l’embryon de drosophile. 1,2 : Carte simplifiée des territoires présomptifs de la blastula, 1 : vue latérale externe, 2 : coupe transversale. 3,4 : Coupes sagittale et transversale d’une blastula. Le blastoderme ventral est épaissi. 5 : Coupe sagittale au début de la gastrulation : invagination de l’endoderme postérieur et début d’extension du repli séro-amniotique postérieur. 6 : Détail du même stade, coupe tranversale du blastoderme ventral : migration de la bandelette mésodermique. 7 : Forma­tion du repli séro-amniotique antérieur et de l’ébauche d’intestin antérieur. 8 : Coupe transversale de la région ventrale de 7: mésoderme invaginé, formation des replis séro-amniotiques latéraux. 9 : Coupe parasagittale après fermeture de la cavité amniotique ; retroussement en position dorsale de la bandelette germinative postérieure. 10 : Coupe transversale de la région ventrale de 9. Deux bandelettes d’endoderme se développent pour englober le vitellus, la cavité séro-amniotique se développe dorsalement. 11 : Coupe trans­versale d’embryon après formation de l’ébauche de chaîne nerveuse dans l’ectoderme, fermeture dorsale de l’intestin pratiquement achevée et développement dorsal maximum de la cavité séro-amniotique. 12: Vue externe d’un embryon de 5 heures. 13 : Vue externe d’un embryon de 10 heures, après rétraction du retroussement de la partie postérieure.

5.4.6       Durée de l’incubation

Quelques minutes chez certains Diptères, quelques heures chez la mouche domestique, parfois plusieurs mois.

Lors du développement embryonnaire , les appendices de l’embryon apparaissent d’avant en arrière : d’abord les antennes, puis les pièces buccales, puis les pattes thoraciques   etc…

5.4.7            Le développement post embryonnaire ou larvaire.

5.4.8.1 la larve

De l’œuf, va émerger une forme d’insecte qui portera généralement le nom de larve, différents cas sont à considérer :

a)           L’insecte émerge de l’œuf dans une forme qui ressemble à l’adulte

Le jeune grandit par mues successives qui ne modifient que sa taille ( ou parfois permettent l’apparition de segments abdominaux), et, lors d’une mue que l’on peut qualifier d’imaginale, il acquiert des gonades fonctionnelles et doit être considéré comme adulte.

Rem : Souvent, les mues doivent continuer toute la vie de l’insecte et on parle alors de mue post imaginale.  --------> Pas de métamorphose : insectes AMETABOLES.

Chez les Aptérygotes et les représentants aptères des ptérygotes ( Anoploures, ouvrières de termites).

sans-titre-1079.png

a)            L’insecte émerge de l’œuf dans une forme qui n’est pas exactement celle de l’adulte

Ce cas se rencontre chez les Ptérygotes qui sont des insectes à métamorphose ou insectes METABOLES

1. Insectes paurométaboles

L’éclosion libère un jeune qui diffère de l’adulte par :

-          Sa taille

-          L’absence de pièces génitales

-          L’absence d’ailes

L’habitat et le régime alimentaire est identique pour la larve et l’adulte. Le développement est progressif et se caractérise par l’apparition des ailes et des pièces génitales.

Les ailes apparaissent sous la forme d’expansions latéro-dorsales des parois méso et méta thoraciques ( ptérothèques), elles sont visibles extérieurement et les ailes sont qualifiées d’exoptérygotes.

La mue imaginale marque une croissance accélérée des ailes et des génitalia ; les métamorphoses sont donc incomplètes .

On parle de larve pour les formes dépourvues d’ébauches alaires et de nymphes dès que les ptérothèques sont apparentes.

Ex : Orthoptères, Dictyoptères, Hétéroptères, Dermaptères,…

 sans-titre-1081.png

 

2 Insectes hémimétaboles

Mêmes caractéristiques que les insectes paurométaboles si ce n’est que la larve issue de l’œuf se distingue de l’imago par son habitat et son mode de vie, et consécutivement son régime alimentaire. La larve est généralement aquatique et ses pièces buccales sont broyeuses alors que l’imago est terrestre.

La mue nymphale correspond avec l’apparition et le développement des ailes , la mue imaginale entraîne des modifications importantes en rapport avec le changement de mode de vie.

 

 sans-titre-1082.png

 

Ex : Odonates, Ephéméroptères.

3.   Insectes holométaboles

L’insecte émergeant de l’œuf ne ressemble pas du tout à l’adulte. Mode de vie, habitat et mœurs alimentaires de la larves diffèrent entre la larve et l’adulte.

Différence de régime alimentaire implique différence de pièces buccales.

La dernière mue qui donne naissance à l’imago est une véritable métamorphose caractérisée par un changement de l’organisation, de la physiologie et du mode de vie.

Le développement des ailes est masqué, non visible de l’extérieur ; ce n’est qu’au stade pupal que les ailes et les appendices de l’imago apparaissent en surface .

Ce sont des endoptérygotes . Le stade nymphal ( pupal) est caractérisé par son immobilité totale ou partielle.

 sans-titre-1083.png

 

5.4.8.2 Larves spécifiques aux holométaboles

Lorsque l’on discute des formes larvaires , il y a lieu de considérer le développement progressif de la métamérisation de l’embryon

La segmentation commence à l’extrémité antérieure pour s’étendre vers la partie postérieure.

Il faut distinguer :

- Le type protopode 

Métamérisation incomplète , abdomen imparfaitement différencié . Ce type se rencontre chez les larves néonates de certains Hyménoptères , c’est la larve cyclopéenne.

- Le type polypode

Métamérisation complète, acquisition d’appendices, c’est la larve éruciforme . Les antennes et les pattes sont peu développées. Le tégument est faiblement chitinisé.

Ces larves possèdent des pseudopodes sur l’abdomen :

 sans-titre-1084.png

 

- Le type oligopode

La larve a atteint un stade de développement avancé :

  • Les antennes et organes des sens sont bien développés
  • Le tégument est renforcé
  • Les membres thoraciques ont augmenté de taille

 

sans-titre-1085.png 

 

 sans-titre-1088.png

Remarque : notion d’hypermétamorphose

Certains insectes passent , au cours de leur développement par des types larvaires différents. On dit qu’ils subissent des hypermétamorphoses . Ce phénomène va de paire avec un changement dans le mode de vie . Généralement, le premier stade larvaire est campodéiforme :

-          Planipennes

-          Coléoptères : Carabidae, Bombylidae, Méloïdae, Staphylinidae

-          Diptères : Bombylidae, quelques Tachynidae

-          Homoptères : Certains Coccidae

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 24/10/2012