Insectes 2

sans-titre-823.png

3.3 Le type piqueur-suceur

3.3.2 Le type piqueur maxillaire

Caractéristique des hétéroptères et des Homoptères.

Disparition totale des palpes maxillaires et labiaux

Réduction de l’épipharynx et  de l’hypopharynx

Développement du labium en une  gouttière qui reçoit dorsalement les mandibules et les maxilles allongés      en stylets piqueurs ; il est multiarticulé  ( 3 à quatre articles ), et , vers la  tête, le labre le recouvre.

C’est l’accolement des maxilles qui constitue le tube aspirateur

 

 

sans-titre-824.png sans-titre-825.png

 http://aramel.free.fr/sans-titre-826.png

 sans-titre-828.png

sans-titre-829.png

sans-titre-830.png

 

http://aramel.free.fr/ sans-titre-831.png

 

 

B. LE  SQUELETTE EXTERNE DU THORAX

La disposition primitive des sclérites thoracique est conservée au niveau du prothorax  alors qu’elle est plus ou moins altérée au niveau du ptérothorax par le développement des ailes.

 Les plaques pleurales, seraient , selon certains auteurs, des formations d’origine coxale qui se seraient substituées  à la membrane pleurale primitive . Selon cette interprétation, le segment basal des pattes est initialement scindé en deux parties ; la partie basilaire ou sub-coxa comporterait trois sclérites semi annulaires  et la partie distale correspondrait à la partie coxale ou coxa. Les deux sclérites sub-coxaux proximaux hypertrophiés , auraient constitué le squelette pleural de sorte que le coxa devienne la base fonctionnelle de la patte.

 L’épimérite et l’épisternite de chaque somite ptérothoracique  séparés par une profonde suture pleurale , forment un processus alaire pleural médian  sur lequel s’articulent les ailes et les sclérites alaires correspondant . L’épisternite est étroitement associée à la cavité coxale. Voir figure 37.

 C. L’ENDOSQUELETTE THORACIQUE

Celui-ci est constitué par des invagination tergales  ( endotergites ou phragmata), pleurales ( endopleurites ) et sternales  ( endosternites ) dont la position correspond aux sutures visibles extérieurement. Voit figure 

D. LES PATTES

Presque tous les insectes adultes possèdent 6 pattes.
La marche et la course sont évidemment leurs fonctions principales
Certains sclérites pleuraux proviennent de la base primitive des pattes mais, pour des raisons pratique nous considérons la hanche comme étant l'article basal de la patte.

 3 paires de pattes thoraciques; chaque patte comprend typiquement :

-Hanche ou coxa, trochanter, fémur, tibia, tarse, empodium :

-Coxa : forme très variable : globuleux,conique,lamelleux ou transverse

-Trochanter : mobile sur le coxa,uni au fémur par une articulation sans mobilité

-Fémur : toujours allongé il peut être renflé par adaptation au saut (Orthoptères et Altises) ou par caractère sexuel secondaire (Oedemera)

-Tibia : articulation bicondylienne du "genou" (les tibias antérieurs portent souvent des "organes de toilette" des antennes
-Tarse : 5 articles chez les Orthoptères,Coléoptères et Hyménoptères; 3 articles chez les Hémiptères; le dernier article du tarse qui porte les griffes est appelé onychium
-Empodium (ou arolium ou pulville ou prétarse) : sert à la locomotion

sans-titre-890.png

 

La hanche s'articule au corps et le trochanter est toujours un petit article mobile sur la hanche mais étroitement fixé au fémur.
Bien que ce dernier soit généralement le pus grand article de la patte, le tibia est souvent plus long.
Ce dernier présente fréquemment un certain nombre d'épines, spécialement bien développées près de l'extrémité distale ou elles constituent les éperons du tibia, très utiles pour la classification.

Le tarse comporte de un à cinq articles, ainsi qu'un prétarse doté généralement de deux griffes et d'un coussinet appelé arolium.

Tous les Insectes ont cette structure de base en commun, mais il existe un très grand nombre d'adaptation morphologiques en rapport avec leurs moeurs.
Parmi les modifications les plus importantes, notons la dilatation du fémur postérieur chez les Sauterelles et certains autres insectes sauteurs, les pattes frangées de poils des insectes aquatiques et les pattes antérieures élargies en palettes de certains insectes fouisseurs, telle la Taupe-Grillon.

sans-titre-891.png

 

E. LES AILES

Organe membraneux servant au vol, qui caractérise l’état adulte. Les ailes ont pour origine des extensions des parois thoraciques.

Chez la majorité des insectes, on en compte deux paires (tétraptères) : les antérieures (ou supérieures) sont attachées au mésothorax, les postérieures (ou inférieures) le sont au métathorax. Cette membrane est soustendue et consolidée par des épaississements sclérifiés : les nervures. Ce nombre de quatre peut s’abaisser à deux dans quelques groupes : Diptères (où les postérieures sont réduites à des balanciers) ; Strepsiptères, mâles de Coccidés, quelques Ephéméroptères... Il peut enfin être nul : Aptérygotes, (Protoures, Collemboles, Thysanoures), Aphaniptères, Anoploures, Mallophages, certains genres de Diptères, certaines formes de pucerons, femelles de Coccides, etc. Ces insectes sont dits aptères.

La nervation alaire comporte des troncs principaux longitudinaux (nervures sous-costale, radiale, médiane, cubitale et anale) reliés par des nervures intercalaires ou transverses délimitant des cellules. Ce système, assez dense chez les formes primitives, tend à se simplifier, à se réduire jusqu'à parfois disparaître entièrement.

sans-titre-892.png

 

sans-titre-893.png

coloration. Chez les Coléoptères les ailes antérieures sont épaissies et cornées (élytres) et recouvrent, le plus souvent, les ailes postérieures membraneuses et l’abdomen. Les Hétéroptères possèdent des ailes supérieures à demi sclérifiées (hémélytres). Chez les Diptères, on appelle cuillerons, squames ou calyptères des lobes situés à la base de l'aile et recouvrant les balanciers.

Le dimorphisme sexuel peut, dans de nombreux ordres, affecter les ailes, jouant sur leur taille, leur coloration, leur forme, leur nervation...

Les deux paires d’ailes peuvent être mobiles séparement (comme chez les Odonates) ou à mouvement synchrones grâce à un système de couplage liant l’aile antérieure à la postérieure (joug ou frein chez les Lépidoptères ; gouttières, crochets ou autres coaptations).

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

2 votes. Moyenne 1.00 sur 5.

Commentaires (2)

1. Ramel Alain (site web) 04/10/2012

vous copiez (piratage) des pages et des dessins sans aucune autorisation ou référence quelconque: c'est trop facile; vous ne respectez pas le travail des autres malgré vos beaux discours....

veuillez supprimer (ou noter les références avec un lien)

A.Ramel

2. vdsciences (site web) 05/10/2012

Monsieur,

Monsieur

En premier lieu, souvenez vous qu'autorisation vous a été demandée il y a trois ans pour vos contenus, je vais cependant y inclure vos références si cela vous convient sinon les supprimer en cas de désaccord.

Toutefois celà vaut surtout pour les photos et dessins, car le plus malhonnête est de reprendre des textes originaux et de les transformer habillement, on y voit que du feu et c'est courant.

Il ya aussi de mes propres dessins dans ce site, allez donc voir ailleurs que dans la rubrique Arthropodes

D'autre part, dans la page d'accueil, il est mentionné que des sources diverses sont utilisées et que c'est plus mise en ordre et synthèse.

Les rubriques de ce site ou la copie d'iconographies originales est effective sont géologie et les pages sur les Arthropodes.

Quant à mes "disours" , il est libre à vous de les trouver dissonnants, tout en faisant trop facilement des généralisations.

Votre systématique, vous ne l'avez pas inventée......

Avec mon respect

V. De Schuyteneer




Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 05/10/2012