Myriapodes

II.3.3.2 Les Myriapodes

 

II.3.3.2.1 Segmentation

 

Ils sont tous terrestres et présentent une segmentation particulière et originale de leur tronc. Chez tous les individus, on observe une tendance au regroupement des métamères par deux qui prennent alors le nom de Diplosegments. Cette tendance est nommée la Diplopodie.

Elle est plus ou moins visible. Chez les Iules, des Diplopodes, elle est très remarquable, les segments doubles forment avec les appendices un anneau presque parfait et d'une seule pièce. Chez d'autres individus du groupe des Chilopodes, elle est difficile à apprécier extérieurement car chaque tergite recouvre un seul segment à la fois, segment qui porte une seule paire de pattes. Chez eux la diplopodie moins avancée est interne et seuls les effets externes d'une condensation segmentaire qui tend à réduire et à faire disparaître un segment sur deux en révèle l'existence. C'est bien visible dans le cas des grands et petits tergites des Lithobius. Chez Scutigera qui comprend six grandes plaques tergales pour quinze paires de pattes, cette condensation s'exerce pleinement. Elle est moins accusée chez Lithobius et insensible chez Scolopendra.

La Diplopodie est l'unité segmentaire fondamentale des Myriapodes.

Les Myriapodes sont des Arthropodes antennifères, portant une paire d'antennes uniramées sauf chez les Pauropodes où l'extrémité est biramée, mandibulates et trachéates. La tête est bien différenciée et elle est suivie de segments Hétéronomes remarquables chez Lithobius.

La segmentation spéciale est constituée de métamères simples à une paire de pattes mais modifiés plus ou moins régulièrement en segments Macrotergaux, c'est-à-dire à grand tergite, et en segments Microtergaux à petit tergite, organisés alternativement pour former un tronc à une paire de pattes par segment. Chez les Diplopodes principalement, les métamères simples se regroupent deux à deux pour constituer les anneaux doubles ou Diplosegments portant typiquement deux paires de pattes. Un thorax est différencié, il est constitué de quatre diplosegments spéciaux portant une seule paire de pattes fonctionnelles chez la Iule.

sans-titre-744.png

sans-titre-745.png

II 3.3.2.2 L'appareil génital et le développement

Les ouvertures génitales sont situées soit dans les segments antérieurs, les individus sont alors appelés Progonéates et c'est le cas des Diplopodes, Pauropodes et Symphyles ; soit elles sont situées dans l'avant-dernier segment troncal et les individus sont dits Opisthogonéates, c'est le cas des Chilopodes.

Le développement s'effectue sans métamorphoses. C'est un développement postembryonnaire dit Epimorphique chez les Myriapodes épimorphes lorsque la larve naît avec tous ses segments pédifères formés. C'est le cas de certains Chilopodes, les Géophilomorphes et les Scolopendromorphes.

Le développement est dit Anamorphique chez les Myriapodes anamorphes lorsque les segments et la maturité sexuelle sont acquis peu à peu au cours de la croissance postembryonnaire, comme chez les Diplopodes et certains Chilopodes, les Lithobiomorphes.

Le développement est dit Hémianamorphique lorsque la maturité sexuelle est acquise au cours d'une phase spéciale, après la fin de la croissance segmentaire.

Chez quelques espèces de Diplopodes Iulomorphes, les mâles subissent une croissance périodomorphique : ils doivent muer avant d'acquérir leur maturité sexuelle. C'est une succession de phases actives et de repos d'une activité sexuelle postadulte ou Postimaginale au cours de laquelle l'adulte devient successivement Intercalaire, Adulte, Intercalaire. Chez d'autres espèces l'adulte disparaît après l'accomplissement de sa fonction procréatrice. Le phénomène s'accompagne de bouleversements au niveau des organes reproducteurs, les Gonopodes, et des caractères sexuels secondaires. Le mâle intercalaire n'est plus un adulte, il a l'apparence d'une jeune larve mais ses gonades se remettent à fonctionner préparant la reproduction du futur adulte suivant en reconstituant le stock de spermatozoïdes. C'est un cas unique dans le monde animal.

Les Myriapodes sont divisés en quatre sous-classes.

II.3.3.2.3 Classification

Les Diplopodes

Ce sont des Myriapodes progonéates à corps allongé chez l'Iule ou globuleux chez Glomeris et qui porte de 11 à 80-100 anneaux constitués de deux métamères confondus et portant deux paires de pattes, sauf les quatre premiers du thorax. Le premier segment thoracique ou Collum, est apode, les trois suivants portent deux pattes.

Les téguments et l’exosquelette

Les téguments sont durs, l'exosquelette contient des inclusions minérales. L'anneau diplopodien est continu et inclut les appendices chez l'Iule, il est en arc pleurotergal sur lequel s'articulent ventralement les appendices libres chez Polyzonium.

La tête

La tête ou Capsule céphalique est ovoïde. Elle porte une paire d'antennes courtes et latérales. Les mandibules sont pluriarticulées, deux paires de maxilles ont fusionné en une grande pièce originale, le Gnathochilarium.

Les organes des sens

La tête porte une paire d'organes sensoriels spéciaux, les Organes temporaux. La vision est assurée par des ocelles rassemblés en grands nombres en champs ocellaires céphaliques latéraux et ils peuvent être absents.

Le système de défense

Les Diplopodes possèdent une paire de Glandes répugnatoires dont les pores débouchent dans les flancs chez la plupart ou dorsalement dans la membrane segmentaire chez les Glomérides. Les produits excrétés sont toxiques et servent à la défense. Ils contiennent des benzoquinones, de l'acide cyanhydrique, des phénols et des crésols.

Le développement

A la naissance, la larve est entourée d'une membrane embryonnaire et se nomme Pupoïde. Elle possède sept anneaux dont les cinquième et sixième portent l'ébauche d'une quatrième paire de pattes et trois paires de pattes : elle est dite Hexapode. Chaque mue apporte des anneaux nouveaux élaborés dans une zone de croissance prételsonienne au cours d'un développement Anamorphique.

Biologie

Les Diplopodes sont très anciens, on connaît des fossiles de l'Ere primaire nommés Archipolypodes. Les plus anciens sont du Dévonien, on les trouve dans les terrains houillers et ils devaient être amphibies. Avec les Scorpions et les Collemboles, ce sont les plus anciens Métazoaires terrestres connus.

Ils vivent dans les milieux humides, les litières, sous les pierres. Ce sont des phytophages qui occasionnent souvent de gros dégâts aux cultures. Certains sont carnivores, comme les Lysiopétalides.

On reconnaît grossièrement des Iules au corps cylindrique, les Polydesmes ont un corps comptant 19 à 20 anneaux, aplati, court et muni de carènes latérales. Les Glomeris sont courts, constitués de douze anneaux, le corps est arrondi, globuleux et peut se rouler en boule : ils ressemblent aux Cloportes. Les Phénicillates, comme Polyxenus lagurus sont de petite taille et portent des bouquets de grosses soies en trichomes et un panache caudal de soies en crochets.

Les Pauropodes

Ce sont des Myriapodes de très petite taille, 1,5 mm, progonéates. Les gonopores sont situés en arrière de la deuxième paire de pattes, sans yeux, ni appareil circulatoire, ni trachées. Ils comptent douze anneaux avec le telson. Six tergites couvrent typiquement deux segments. Ils possèdent dix à onze paires de pattes et les téguments sont mous.

La tête est couverte par l'hypostome semblable au gnathochilarium des Diplopodes. Les antennes sont bifides. Un organe sensoriel particulier, le Globulus, et de chaque côté de la capsule existe une aire vitreuse ou Pseudoculus comparable à l'organe temporal des autres groupes.

Le développement est de type anamorphe, la larve est hexapode. Ils vivent dans le sol et sous les pierres. l'exemple est Pauporus.

Les Symphyles

Ce sont des Myriapodes progonéates, l'orifice génital est impair, médian et entre les hanches de la quatrième paire de pattes. Ils sont dépigmentés, de petite taille, dépassant rarement 10 mm.

La segmentation du tronc est complexe, il n'y a aucune concordance entre les segments ventraux et les plaques dorsales qui sont plus nombreuses, douze segments. La dernière plaque tergale porte des filières. Les appendices ont des vésicules coxales et un style à partir de la seconde paire.

La tête porte une paire d'antennes en avant, une paire de mandibules et une paire de maxilles. On y trouve une paire de stigmates céphaliques et un organe sensoriel en coupole, homologues des organes temporaux chez les autres groupes.

Ils vivent dans la terre humide, le terreau et s'abritent sous des pierres. Ils se nourrissent d'algues vertes unicellulaires, de champignons, de tissus végétaux et sont quelquefois nuisibles aux cultures, par exemple le maïs. Les exemples sont Scutigerella et Scolopendrella.

Les Chilopodes

Ce sont des Myriapodes opisthogonéates à téguments mous, sans inclusions minérales, le corps est aplati dorsoventralement, long ou très long.

La segmentation est simple avec sternite, tergite et pleurites sur lesquels s'articule latéralement une paire de pattes par segment. Chez Lithobius et Scutigera, quinze paires de pattes. Chez les Scolopendromorphes comme Scolopendrella, de 21 à 23 paires de pattes et chez les Géophilomorphes, 177 paires. La première paire de pattes de la Scutigère sont transformés en organes venimeux, les Forcipules, couvrant la face inférieure de la capsule céphalique.

La tête lenticulaire porte une paire de mandibules et une paire de maxilles, une paire d'antennes longues et mobiles prolongent le corps. Quelques groupes sont aveugles, mais les autres possèdent un ou plusieurs ocelles et une paire d'organes temporaux. Chez Scutigera les ocelles se regroupent et tendent à former un complexe ressemblant aux yeux à facettes des Insectes.

Le système trachéen est souvent complexe et comprend de nombreuses anastomoses. Chez les Géophilomorphes, il est en réseau régulier et métamérique.

Il existe quatre grands types. Les Géophilomorphes, comme Geophilus ont un corps vermiforme composé de nombreux segments, de 31 paires de pattes à près de 200.

Les Scolopendromorphes, Scolopendra et Cryptops à corps souvent robuste, parfois très grands pour les formes tropicales, 25 cm, à morsure très douloureuse.

Les Lithobiomorphes, Lithobius, ont un corps court, composé d'un petit nombre de segments, quinze paires de pattes.

 sans-titre-746.png

 

Les Scutigéromorphes, Scutigera, ont un corps souple, de grande pattes filiformes à tarse multiarticulé, de 600 à 700 articles, et peu nombreuses, quinze paires. Les antennes sont très grandes, composées de 300 à 500 articles. Leur course est très rapide, leur taille moyenne est de 30 mm.

Les Chilopodes vivent en milieu humide, dans le sol, la litière des forêts et sous les pierres. On trouve la Scutigère sur les murs et dans les habitations. Tous sont carnivores et se nourrissent de petits Arthropodes.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

II.3.3.2.4 Illustrations

 

Les 2 groupes de Myriapodes

Sous-Classes

Caractères   généraux

-s/Cl des Progonéathes

Orifices génitaux à la face ventrale des   premiers segments du tronc

-s/Cl des Opisthogonéathes

Orifices génitaux à la face ventrale des   derniers segments du tronc

 

Il faut noter que les Insectes sont tous des Opisthogonéathes

Les Ordres de Progonéathes

Ordres

Caractères   généraux

O/Diplopodes

-2 paires de pattes par segment
  au moins pour les segments moyens du tronc

O/Pauropodes

-petits et membraneux-les plus   "pauvres" en pattes :
  1 paire de pattes sur 9 ou 10 segments soit 9 ou 10 paires de pattes

O/Symphiles

-petits et membraneux12 paires de pattes

PAUROPODES DE LA LITIERE

Les 2 familles de Pauropodes :

F/Pauropides :
-plus ou moins cylindriques
-tête et pygidium visibles
-Agiles et décolorés
Genres principaux : Pauropus (9 paires de pattes) et Decapauropus (10 paires de pattes)

F/Eurypauropides :
-tête et pygidium non visibles dorsalement
-ornementation en pores sur la cuticule
-lents
Genre principal : Eurypauropus

 sans-titre-747.png

 sans-titre-748.png

 

SYMPHILES DE LA LITIERE

Caractères essentiels :

-Taille de 0,5 à 1 mm
-Dépigmentés et aveugles
-Tête prognathe à pièces buccales dirigées vers l'avant, visibles de l'extérieur: ectotrophes (avec mandibules en 2 parties)
-1 paire d'antennes longues multisegmentées
-2 orifices respiratoires ou stigmates sur la tête
-nombre de segments variables : 17 à 22
-Toujours 12 paires de pattes
-Formations et appendices ventraux par segment (styles, vésicules coxales, apodèmes) annonçant ceux des Insectes Aptérygotes
-Corps terminé par 1 paire de filières comparables aux cerques des Insectes; ces filières portent le débouché d'une glande séricigène (soie au rôle inconnu)
-Sexes séparés avec orifices génitaux nentraux entre les bases des P4
-Ponte : amas de petits oeufs portés par un pédicule commun
-Développement anamorphe comme les Pauropodes



Donc on reconnait essentiellement un Symphile à ses longues antennes segmentées, à ses pièces buccales ectotrophes, à ses 12 paires de pattes et à sa paire de filières terminales

Les 2 genres les plus communs sont :
-Scutigerella (S.immaculata) :jusqu'à 8 mm, parasites des sols cultivés
-Scolopendrella

sans-titre-749.png

sans-titre-750.png

 

 

DIPLOPODES DE LA LITIERE

 

Caractères essentiels :

-Les plus répandus des progonéathes : sont surtout des détritivores
-Taille plus grande pouvant aller à plusieurs cms
-Tête souvant inclinée vars le bas
-1 paire d'antennes bien développées à 8 articles, le dernier étant très petit
-yeux faits de rangées d'ocelles côte à côte : yeux simples alignés (les Polydesmes sont aveugles)
-organe de Tomosvary post-antennaire en forme de fossette ou en fer à cheval (absent chez les Iules)
-1 paire de mandibules à 2 portions artriculées
-lèvre inférieure particulière : gnathochilarium
-nombreux segments à tégument dur parfois calcifié
-1 tête puis 4 segments rappelant un thorax d'Insecte : "segments thoraciques" (1segment collaire + 3 segments avec chacun 1 seule paire d'appendices)
-"Abdomen" : nombreux segments doubles ou diplosegments (diplosomites), chacun d'eux ayant 2 sternites, 2 paires de pattes mais 1 seul tergite et 2 orifices de glandes odorifères ou répugnatoires
-Chaque patte comprend 6 articles : 1 coxa, 2 trochanters, fémur, tibia et tarse
-Orifices génitaux ventraux sur le 3e segment
-Certains peuvent s'enrouler sur eux-mêmes.

 

Donc on reconnait essentiellement un Diplopode à ses 2 antennes à 8 articles; à ses segments thoraciques simples possédant 1 paire de pattes et à ses segments abdominaux doubles portant 2 paires de pattes

 

sans-titre-751.png

 

 

 

Les Diplopodes sont divisés schématiquement en 2 sous-Ordres suivant la présence ou l'abscence de 1 ou 2 paires de pattes modifiées ou gonopodes chez le mâle (uilisés soit pour introduire un spermatophore dans les voies femelles, soit pour maintenir la femelle à l'accouplement)

-sous-Ordre des Psélaphognathes : pas de gonopodes, peu de segments, tégument mou, présence de poils

Genre Polyxenus :
-13 segments
-9 bouquets de poils latéraux barbelés plus denses à l'extrémité



-sous-Ordre des Chilognathes : présence de gonopodes

Remarque :Différence essentielle entre Chilopodes et Chilognathes :

Chilopodes : bases des P1 soudées au sternum (syncoxosternum assimilé à une lèvre inférieure)
Chilognathes : la lèvre ou gnathochilarium est faite par la réunion de 2 paires de maxilles

 

Les 2 Familles de Chilognathes

Familles

Caractères   généraux

Genres   principaux

-F/Opisthandriques

-gonopodes du mâle postérieurs
  (l dernière ou les 2 derni&egraves paires
  de pattes transformées en gonopodes
  pour maintenir la femelle tandis que les
  mandibules mettent en place le spermatophore)

-Glomeris

-f/Protérandriques

-gonopodes du mâle antérieurs sur le 7e   segment
  (Ils srevent pour introduire le spermatophore
  dans les voies génitales femelles)

-Polydesmus
  -Iulus, Blaniulus
  -Polyzonium
  -Chordeumus



Genre Glomeris :
-organe de Tomosvary en fer à cheval
-tergite commun aux 2e et 3e segments
-peuvent se "rouler en boule"= "Faux Cloportes" (ne pas confondre avec les Crustacés "Vrais Cloportes" du genre Armadillidium)
-surtout dans les litières de hêtres et sous les écorces

 


GenrePolydesmus :P.angustus surtout dans les litières humides
-20 segments
-tubercules sur la face dorsale
-le mâle a 30 paires de pattes, la femelle en a 31
-peuvent se "rouler en boule"

sans-titre-752.png 

 

Genres Iulus, Blaniulus :
-subcylindriques, allongés, coriaces
-plus de 30 segments
-se roulent en spirale
-orifices des glandes répugnatoires sur 2 lignes latérales
-2 paires de pattes transformées en gonopodes
-Iulus rutilans : le plus commun, jusqu'à 30 mm, une centaine de paires de pattes
-Blaniulus : se nourrissant aux dépens des racines de betteraves et mais (sols cultivés)

sans-titre-753.png 

sans-titre-754.png 

 

Il est à noter que Iules et Glomeris vivent das les strates superficielles tandis que les Polydesmes vivent dans les strates plus profondes au niveau où les végétaux sont déjà attaqués par les champignons

 

Caractères essentiels :

-opisthogonéathes carnivores
-1 paire d'antennes plurisegmentées
-nombre élevé de segments divisés en une tête et un tronc aplatis dorso-ventralement
-la première paire de pattes est toujours transformée en forcipules : paire de pattes formant des crochets venimeux en ralation avec une glande à venin
-les 3 derniers segments sont particuliers :
-segment prégénital avec des gonopodes
-segmentgénital avec des gonopodes rudimentaires et des orifices génitaux
-segment anal avec des valves anales et l'anus
-développement anamorphe (Lithobiomorphes) ou épimorphe (Géophilomorphes)



Donc on reconnait essentiellement un Chilopode à ses 2 antennes plurisegmentées, ses nombreuses pattes dont les premières sont transformées en forcipules et à ses segments à peu près tous semblables

Les 2 sous-Ordres de Chilopodes de la pédofaune

sous-Ordres

Caractères   généraux

Genres   principaux

-s-O/Géophilomorphes

-corps jaune clair, assez fin, allongé
  -au moins 39 paires de pattes
  -jusqu'à 181 segments avec alternance de grands et petrits tergites
  -pas d'yeux mais organe de Tomosvary
  -développement épimorphe (nombre définitif de segments à l'éclosion)
  -certains peuvent produire une lumière assez brillante

-Geophilus
  -Himantarium

-s-O/Lithobiomorphes

-forcipules très développées
  -19 segments dont 15 avec des pattes
  -développement anamorphe (7 paires de pattes à l'éclosion)

-Lithobius



Genre Geophilus : les "Géophiles" sont les plus communs des Chilopodes
-peuvent mesurer jusqu'à 45 mm
Genre Lithobius : c'est le plus banal sur le sol
-brun foncé
-le plus commun est Lithobius forficatus ou "Scolopendre" (jusqu'à 3cm)

sans-titre-755.png

sans-titre-756.png 

 ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++textes et dessins de http://aramel.free.fr/++++++++++++++++++++++++++++++

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Commentaires (1)

1. Sitwell lwl 07/04/2013

|

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 05/10/2012