Dendrologie-Sylviculture 4

CHAPITRE 4 : REPRODUCTION ET REGIMES

4.1 La reproduction

4.1.1 Par la semence ( par voie sexuée )

4.1.1.1 caractéristiques

  • En principe, tous les végétaux ligneux peuvent se reproduire de cette façon mais avec des modalités différentes, des facilités différentes donnant lieu à une application sylvicole ou non, auquel cas, on utilise d'autres techniques pour l'obtention de jeunes individus.
  • Nos ligneux, sont le plus souvent monoïque, moins souvent dioïque ( fécondation croisée dans ces deux cas ) ou hermaphrodites.
  • Les fructifications interviennent à un âge qui est parfois précoce ( bouleaux, érables, frènes, pins... ), ce sont souvent des essences peu longévives. Les essences longévives, par contre, ne fructifient souvent qu'à un âge avancé: ex, Hêtre, Chêne sessile ou pédonculé ( vers +/- 50 ans) .

 

Remarque : le fait de pousser à l'état isolé ou en état de stress physiologique ( maladie, mauvais climat ) peut amener les arbres à fructifier anormalement tôt.

4.1.1.2 Facteurs déterminant l'abondance et le rythme de fructification 

Rythme de fructification : certaines essences fructifient de manière régulière annuellement ( Bouleaux, Frênes ), pour d'autres cependant, il se passe des années , +/- espacées , de grande abondance, avec, entre temps, des années de fructification partielle.

L'abondance et la fréquence des fructifications varient avec :

  • La douceur du climat : la lumière, la chaleur, l'absence de gelées printanières les favorisent; un climat froid et humide les contrarient . ex les fructification des chênes sessiles sont beaucoup plus abondantes et fréquentes dans le centre de la France jouissant d'un climat doux et ensoleillé, que dans nos Ardennes où il fait plus froid, plus humide, moins lumineux.
  • L'espèce.
  • La richesse du sol, plus celui-ci est fertile, et plus les arbres sont à même d'élaborer d'abondantes matières de réserve indispensables à la production de graines
  • La taille des graines : les espèces à graines petites ont toujours des fructifications abondantes ( Bouleau, Tsuga hétérophyle )
  • La croissance à l'état isolé favorise la production d'abondantes graines , au contraire des massifs denses.

 

4.1.1.3 Dissémination des graines

Elle s'opère selon diverses modalités où interviennent le poids, la présence d'appendices ( ailes par ex), l'appétence pour certains animaux et parfois d'autres facteurs encore.

ainsi, on distingue :

  • Les espèces anémochores : dissémination assurée par le vent ; graines légères, munies d'aile ou d'un autre appendice, plantules robustes et héliophiles, souvent produites précocement et abondamment.
  • Les espèces zoochores : dissémination assurée par des animaux ; ex: Sorbier des oiseleurs
  • Les espèces hydrochores : dis. assurée par l'eau, ex les Peupliers noirs et les Saules sont, en partie hydrochores.
  • Les espèces autochores assurent elles-mêmes leur diss. , ex explosion des gousses du genêts à balais
  • Les espèces barochores : munies de lourdes graines dont la dissémination , si l'on peut dire, est assurée par la seule gravité , ex hêtres et chênes.

 

Remarques :

  1. lorsque les espèces anémochores possèdentdes graines réunissant toutes les caractéristiques nommées ci-dessus, elles sont typiquement des essences pionnières ou stabilisatrices .
  2. Les essences sciaphiles et délicates sont souvent du type barochores +zoochores; elles se propagent moins bien que les anémochores, mais par contre , elles se reproduisent avec une grande facilité sous elles mêmes.

 

4.1.2 Reproduction par voie asexuée ou végétative

  • Par tiges issues des racines, ex : Merisier, Robinier faux acacias, coudrier
  • Par marcottage, assez rare dans la nature ( quelques sous arbrisseaux, le Houx ) , mais sujet de recherche
  • Par greffage,: horticulture, travaux de recherche 
  • Par bouturage : naturel, ex branches cassées de saules poussant dans les alluvions d'une rivière après la crue ; artificiel : très employépour la reproduction et la propagation des saules , peupliers et ormes champêtres.

 

 4.2 les régimes

Le régime d'une forêt est fondé sur le mode de régénération de ses arbres ; ainsi, l'on distingue :

  1. le régime de la futaie : lorsque les individus sont directement issu d'une semence
  2. le régime du taillis, lorsque les tiges qui le composent sont des rejets de souche, des tiges issues de racines ou encore résultant de phénomènes de marcottage.
  3. le régime du taillis sous futaie : il combine les deux précédents, dans l'étage inférieur, on trouve essentiellement des individus de taillis; dans l'étage supérieur, la réserve, on trouve des arbres de futaie   

  

CHAPITRE 5 : LA CROISSANCE EN HAUTEUR ET EN DIAMETRE 

La croissance en hauteur

Se produit par le développement du bourgeon terminal de la tige ( méristème apical supérieur ).Pour rappel, il existe deux types de développement: d'une part la croissance monopodiale ( ex: Frêne, la pluplart des Gymnospermes) et d'autre part la croissance sympodiale  ( ex: Hêtre et Bouleaux ).

Ce développement intervient dès le réveil de la végétation et se poursuit pendant environ deux mois, c-à-d +/- de 1/2 avril à la 1/2 juin. Il s'achève par la formation d'un nouveau bourgeon terminal.

Certaines essences font, aucours de la même année , une deuxième ( voire même une troisième ) pousse : c'est la pousse de la Saint Jean , souvent détruite par les gelées d'Automne , ce qui ne manque pas de provoquer des défauts de forme. ex. chêne pédonculé, douglas vert, pin sylvestre

L'allure de la croissance est très variable d'une espèce à l'autre.

 Sans 82

 

 

 

 

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 24/09/2015