monocotylées 3

I.5 Ordre des Glumiflorales = Glumales = Poales 

 

Spécialisation de l'inflorescence en un épillet.

Dans la fleur et l'épillet :

a) Les pétales sont réduits

b) Les sépales et bractées qui sont les pièces vertes de la fleur sont anormalement développés afin d'assurer la protection des organes reproducteurs

I.5.1 fa POACEES ( Graminées)

 

a) Fleur/inflorescence

Comparons le diagramme floral des liliacées et établissons le profil d'une fleur de graminée :

 

 

 

scan-12.jpg

 

La bractée très développée = glumelle inférieure, pièce verte, elle est aristée ( arêtes, barbes ) ou mutique ( pas d'arêtes ).

La glumelle supérieure provient de la soudure de deux sépales opposés à la glumelle inférieure , le troisième sépale est disparu ( 4 tirets bruns foncés sur le dessin ).

Les pièces périanthales inférieures sont réduites ( = glumellules ou lodicules ) à deux éléments ; le pétale situé du côté de la glumelle inférieure étant disparu ( 3 tirets clairs sur le dessin ).

Trois étamines appartiennent au verticille externe ( anthères ); attachées par le milieu et le long filet.

Un seul ovaire convenant un seul ovule et surmonté de deux stigmates plumeux très développés.

D'où la formule  P2+2 A3+0 GI ( supère )

- La pollinisation s'effectue par le vent  ( = anémophilie )

Adaptations :

1) anthères attachées au centre  et le long filet

2) deux stigmates plumeux

3) Pollen très abondant et petit ; Rhume des foins .

- Le fruit est un akène spécial ( caryopse ). C'est un akène dont le péricarpe et le spermoderme sont soudés à maturité , donc c'est un fruit-semence particulier.

sans-titre-1481.png

N.B L'albumen est riche en amidon, l'assise externe est protéique ( graisses, aleurones, diastases ) et est appelée assise à gluten.

Dissémination naturelle par les animaux ; grâce aux arêtes ou aux barbes des anciennes glumelles inférieures.

Dans certains cas, les glumelles restent soudées au péricarpe : le grain est dit vêtu ( orge, riz, avoine ) . Au contraire, le grain est dit nu  ( froment, seigle ), si les glumelles n'adhèrent pas à maturité au péricarpe. 

Les anciennes glumelles et glumes deviennent à maturité, les "balles" de la graminée. 

L'épillet est une inflorescence composée d'un axe portant une ou plusieurs fleurs protégées par deux glumes .  

 scan-14.jpg

 

 chaque fleur présentant en outre glumelles et glumellules .

Les groupes de fleurs réunis par des glumes sont eux même groupés diversément en inflorescences 

graminees.gif

Les épillets s'organisent en inflorescences composées, les plus connues sont l'épi d'épis  ( froment ) et le panicule d'épis ( fétuque et d'avoine ).

sans-titre-1483.pngStructure de l'épillet des Poacées : (a) vue d'ensemble (b) en coupe longitudinale (c) détail d'une fleur

Les fleurs sont hermaphrodites, autogames ou allogames.  

sans-titre-1484.png 

Houlque laineuse (Holcus lanatus)

 

 sans-titre-1485.png

SYNTHESE FLEUR / INFLORESCENCE

L’originalité des Poacées nécessite donc un vocabulaire spécifique pour les décrire. Si l’on excepte quelques genres à tige ligneuse (Arundinaria, Arundo, Phyllostachys, Sasa)  les Poacées sont des plantes herbacées à tige cylindrique creuse (CHAUME) sauf au niveau des nœuds, rarement ramifiée

Inflorescence

L’axe principal de l’inflorescence est le RACHIS .

L’élément de base est l’EPILLET (= petit épi dont (la) ou (les) fleurs qui le compose(nt) sont sessiles).

A la base de chaque épillet il y a deux bractées stériles, les GLUMES (spathelles de A.Boreau) :

-   glume inférieure, antérieure ou externe,

-   glume supérieure, postérieure ou interne.

poacee1.gif

Si les épillets sont sessiles, l’inflorescence est un épi ; si les épillets sont pédonculés, l’inflorescence est en général une grappe ou une panicule.

L’axe de l’épillet est appelé : RACHILLA.

Il y a trois types d’inflorescences  :  la panicule (ramifiée), l’épi (non ramifié,  à épillets espacés uniformément) et la panicule en épi (non ramifiée, à épillets espacés         uniformément).

sans-titre-1488.png

Fleurs

La fleur des Poacées est apérianthée (ni calice, ni corolle) mais les organes sexuels sont protégés par 2 bractées : les GLUMELLES (spathellules de A. Boreau),

-glumelle inférieure ou LEMME (glumelle antérieure ou externe) qui correspond à la bractée-mère de la fleur. La base de la lemme présente une partie plus ou moins ventrue : le CALLUS (ou cal)

-glumelle supérieure ou PALEOLE (glumelle postérieure ou interne, ou bractée adossée parce que   appliquée le plus souvent contre la rachilla, ou bractée) qui correspond à la préfeuille.

-juste au-dessus de la paléole l’axe floral porte 2 très petites (à peine visibles) pièces membraneuses contiguës en position antérieure : les LODICULES (ou glumellules) .Ce sont des préfeuilles de l’axe floral. Leur turgescence provoquerait l’ouverture de la fleur à l’anthèse

Les étamines sont le plus souvent au nombre de 3 ; les anthères sont médifixes, oscillantes.

Les anthères sont mûres avant l’ovaire (protérandrie).

Le gynécée est composé de 3 carpelles soudés formant un ovaire supère uniloculaire contenant un seul ovule anatrope basillaire, bitegminé ; surmonté de 2 stigmates plumeux.

b) Caractères végétatifs-tige

Plantes annuelles ou vivaces, la plupart herbacées ( exception : bambous )

Tiges généralement creuses et appelées chaumes  ( cf agro : déchaumage ), ce qui reste des chaumes après coupe ( cf  agro) sont les éteules ;

Exceptionnellement les tiges ne sont pas creuses ( Maïs).

Les tiges présentent des noeuds et des entre - noeuds, ces derniers sont creux tandis que les noeuds sont remplis de parenchymes : permet le redressement en cas de verse par action mécanique.

Les tiges de graminées présentent le phénomène de tallage : abondante ramification  la tige principale au niveau du noeud inférieur = aptitude à former des touffes.

c) Caractères végétatifs-feuilles

Entières (sauf Arundinaria),allongées, rubanées à nervures parallèles ; insérées sur les nœuds.

La partie inférieure du limbe est enroulée en tube = gaine, plus ou moins fendu, autour de la tige et prolongée par une ligule . Parfois des oreillettes sont présentes de part et d'autre de la ligule , voir aussi schéma ci-dessus.

sans-titre-1487.png

Les feuilles sont généralement insérées sur deux rangs  ( phyllotaxie 1/2 ou distique ). L'épiderme foliaire est imprégné par de la silice, ce qui rend les feuilles coupantes.  

d) Enracinement

L'enracinement est fasciculé.

e) Critères d'identification

L’identification des graminées se  fait facilement par l’observation des feuilles, des tiges et des  inflorescences (les épis). Les croquis présentés  dans ce qui suivt montrent les points à observer sur chacune de ces parties de la plante.

Feuilles

 

La feuille se compose de deux parties :  la gaine et le limbe

Gaine


La gaine est la structure tubulaire qui enveloppe la tige et les jeunes feuilles en croissance. Elle peut être :

 

  • fendue à bords séparés,
  • fendue à bords chevauchants,
  • fermée, formant un tube autour de la tige, avec juste une petite entaille du côté opposé au limbe

 

types gaines

 

sans-titre-1489.png

Limbe

 

Le limbe est la partie supérieure de la feuille qui n’adhère pas à la tige. Il est habituellement long et plat, mais peut être légèrement plié ou enroulé longitudinalement, et peut aussi être filiforme.

sans-titre-1490.pngLe sommet du limbe peut être en forme de bateau ou effilé et plat

sans-titre-1491.png

Collet

 

Le collet est la région qui divise la gaine et le limbe . Le collet fournit lui aussi des indices utiles à  l’identification des graminées. Il peut être large ou  étroit, avoir une nervure principale très visible ou être continu d’un bord de la feuille à l’autre .

types collets

sans-titre-1492.pngsur ce schéma il s'agit d'une vue par l'arrière de la feuille

 

Oreillettes et ligule

 

Les oreillettes et la ligule sont des appendices qu’on peut  trouver sur le collet. Les oreillettes sont des lobes qui dépassent  de chaque côté du collet et qui sont formés par le       prolongement de la base du limbe. Elles sont souvent absentes, mais lorsqu’elles sont présentes, elles sont soit grandes et embrassantes, soit petites et minces .

types Oreillettessans-titre-1493.png

 

La ligule est une languette membraneuse issue de la face interne  du collet, à la jonction du limbe et de la tige; elle pousse vers le haut. Si elle est présente, c’est une couronne de poils ou une membrane mince. 

types ligules

sans-titre-1494.png

 Grossièrement, au stade herbacé, les céréales  :

Avoine : ligule seule.

Froment : ligule + oreillettes velues.

Orge : ligule + oreillettes non velues.

Seigle : ni ligule ni oreillettes.

f) distribution géographique

Famille très importante, de plus ou moins 8000 espècesqui sont à la base de l'alimentation humaine et des animaux herbivores ( prairies paturées, fauchées )

Famille ubiquiste, sous tous les climats et dans toutes les stations. Surtout dans les lieux ouverts ( plantes de lumière ou héliophiles ), mais parfois aussi en sites ombragés ( plantes d'ombre ou sciaphiles ).  

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 23/12/2016