Dicotylées 7

Ordres dialypétales superovariés : Ordre des Violales

V.1.4 Ordre des Violales

Introduction

- Les Violales constituent un groupe botanique au sens très large,

- Elles réunissent des plantes nombreuses et variées , ce sont pratiquement de toutes les Dialypétales à placentation pariétale, d'où l'ancien nom de Parietales donné à ce groupe.

- Par   la très grande diversification des plantes qui le constituent, l'ordre des Violales a donné lieu à de nombreuses controverses au sujet de sa valeur systématique.

- Il est continuellement sujet à des révisions nouvelles et fondamentales. Le terme de Pariétale, correspondant à un ordre si vaste et si divers, est souvent abandonné de nos jours. Le nombre de familles et, par surcroît, de genres et d'espèces est très élevé.

Ce groupe, par son étendue, possède naturellement des représentants sur toute la surface du globe. La répartition géographique des différents groupes peut cependant être particulière à telle ou telle famille. Celle, importante, des Violaceae est répandue dans le monde entier, surtout dans les régions tropicales et subtropicales, où elle peut se présenter sous les formes les plus diverses, telles des lianes, des arbrisseaux ligneux ou de véritables arbres, contraste saisissant ...

Syn : Pariétales, Cistiflorales, Cistiflores

Tous les types sont représentés chez les Violales :

- plantes herbacées, annuelles, bisannuelles ou vivaces, lianes, arbres et arbustes.

- Les familles les plus représentatives sont les Violaceae, les Cistaceae, les Tamaricaceae et les Cucurbitaceae, auxquelles on rattache un certain nombre de familles surtout tropicales.

- L'ensemble des caractères floraux de la famille des Tamaricacées montre une telle convergence avec ceux de la famille des Salicaceae, faisant partie de l'ordre voisin des Salicales, tels que les Tamarix sont fréquemment appelés "saules des régions arides".

- Les Tamaricaceae montrent également une affinité avec les Violaceae. La concrescence du calice et de la corolle à leur base, en une coupe profonde, contribue à faire placer la famille des Passifloraceae parmi un autre ordre voisin de celui des Violales, les Passiflorales.

- La famille des Begoniaceae est à peu près réduite au genre Begonia. Ce dernier, par sa placentation axile, n'a donc aucune affinité avec les Violanae vraies. Il existe cependant chez les Begoniaceae un tout petit genre Hillebrandia dont la placentation est pariétale.

- Il est donc facile de concevoir un doute quant à la place légitime de cette famille dans la systématique. L'ordre des Violales a ses origines dans le même stock floristique ancestral dont sont issues notamment les lignées des Magnoliidae et des Rosales-Myrtales.

Fleur

Les fleurs sont construites sur le type pentamère, et l'ovaire, souvent formé de trois carpelles, est uniloculaire à placentation pariétale.Les affinités phylogénétiques de l'ordre des Violales sont diverses, et plusieurs groupes ou familles possèdent, de par la complexité de l'ensemble de leurs caractères, une place discutable au sein de la classification botanique.

Type 5 avec  Sans     ; placentation pariétale ; carpelles concrescents devenant une capsule à déhiscence loculicide.

Sans 111

Arbres ou plantes herbacées, ci dessous la classification de Cronquist :

 

Sans 112

 

- Fa. Violacées 

- Les fleurs sont actinomorphes à zygomorphes, biseuées ou unisexuées, rarement polygames, et sont solitaires ou disposées en épis, panicules ou racèmes axillaires ou terminaux. La cleistogamie se rencontre chez quelques genres, en particulier chez les Viola.

- Elles se composent de 5 sépales libres ou conné à la base, imbriqués et persistants, parfois inégaux. Les 5 pétales libres ou connés à la base, imbriqués ou convolutés, et généralement inégaux, l'anterieur étant généralement plus gros que les autres et parfois muni d'un éperon.

- Il y a 5 étamines aux filets courts et soudés à la base, et aux connectifs souvent munis d'appendices membraneux. Les deux étamines antérieures possèdent normalement des nectaires en forme d'éperon à la base.

- L'ovaire est supère et uniloculaire, composé de 3 carpelles soudés, et contenant plusieurs ovules anatropes sur des placentas pariétaux. Le style et le stigmate sont generalement simples. Certaines espèces tropicales ont encore un gynécée pentamère, ce qui montre que dans cette famille, la trimerie des Viola est secondaire, évoluée et non primitive.

Rappel :

 

Le carpelle est une enveloppe protectrice supplémentaire du pistil, d'origine foliacée, définissant notamment l'ovaire chez les spermaphytes. C'est une caractéristique fondamentale des Angiospermes dans la mesure où les ovules y sont hermétiquement enfermés.

 

En opposition chez les Gymnospermes, ou plantes à ovules nus, il n'y a ni carpelle ni fleur mais des cônes et des graines.

 

Les angiospermes archaïques sont imparfaitement angiospermées, c'est-à-dire que leurs carpelles sont incomplètement suturés (carpelles peltés). Le carpelle comprend trois parties :

 

-l'ovaire, une cavité close qui abrite les ovules. La loge ovarienne (= 1 carpelle) est qualifiée d'uniovulée lorsqu'elle ne contient qu'un ovule et de pluriovulée dans le cas contraire.

-le style, en forme de colonne, qui relie l'ovaire aux stigmates. Il y a autant de styles que de carpelles et ils peuvent être soudés n'en formant plus qu'un ou libres.

- le stigmate, situé à l'extrémité du style, il n'a pas d'épiderme et est souvent visqueux et muni de papilles afin de mieux capter le pollen lors de la pollinisation. Il peut être uni- ou pluripartite.

Le carpelle se transforme en fruit après la fécondation.

 

Le nombre des carpelles présents dans une fleur peut être lié à celui des autres pièces florales; ainsi, chez les monocotylédones, qui ont des fleurs trimères, il y a trois carpelles.

 

Le plus souvent, le pistil comporte plusieurs carpelles. Lorsque ces derniers sont soudés, le pistil est dit syncarpe ou gamocarpellé (80 % des angiospermes), lorsqu'ils sont libres, le pistil est dit apocarpe ou dialycarpellé (10 % des angiospermes); les 10 % restants des angiospermes sont unicarpellés ou monocarpellés c'est-à-dire qu'un carpelle unique suturé compose le pistil. Il est à noter que les monocarpellés peuvent être qualifiés aussi de dialycarpellés dans la mesure où le carpelle unique est libre.

 

Lorsque les cloisons intercarpellaires d'un pistil syncarpe disparaissent (d'origine ou par régression ulterieure) ou que le pistil est monocarpellé, le pistil à une seule loge est dit uniloculaire; inversement lorsque les cloisons sont conservées : le pistil est dit pluriloculaire ou "faux syncarpe".

 

Les carpelles peuvent être ascidiacés, c'est-à-dire qui se ferment par la rencontre des bords du sommet de l'organe, ou suturés pour lesquels une ligne de suture court de haut en bas de l'organe.

 

Chez des plantes comme les Nymphéacées, ou les Papavéracées, les carpelles sont en nombre élevé et indéterminé. Inversement, chez les espèces présentant un niveau de différenciation plus grand, leur nombre se réduit à deux (Apiacées = Ombellifères) ou un (Poacées = Graminées).

 

Ce sont des plantes herbacées en régions tempérées. Plantes ligneuses ligneuses en régions tropicales

Fleurs : Sans 114Sans 115: éperon nectarifère  = pétale antérieur, A5 sessile dont les deux antérieurs dans l'éperon  = g. Viola

Sans 116

Espèces de Viola nombreuses, dont Viola tricolor var hortensis = pensée cultivée

Viola tricolor14

- Fa Cistacées

Surtout méditerranéennes ; sols calcaires chez nous ( sols plus secs, albedo, orientation , plus chaud ) : g. Hélianthémum.

Les hélianthèmes sont des plantes pubescentes à feuilles non dentées, assez proches des cistes, avec lesquels les différences sont rares : lesfleurs et l'ensemble de la plante sont plus petits (le diamètre des fleurs est inférieur à 3 cm), deux des cinq sépales sont plus petits que les trois autres, les ovaires ont une ou trois loges (contre cinq ou dix pour le ciste). Pour le reste, les caractéristiques sont les mêmes : cinq pétales un peu froissés, généralement jaunes, parfois blancs, orangés ou roses, avec de nombreuses étamines ; des fleurs formant des sortes de petites grappes portées par des tiges molles à leur extrémité (les boutons sont penchés vers le sol avant d'éclore). Par son aspect, le genreHelianthemum est assez proche aussi du genre Fumana, mais dans celui-ci les fleurs sont solitaires et les étamines extérieures ont desanthères non développées. Des extraits aqueux de cette fleur peuvent être utilisés dans certains anti-stress.

Hélianthémum nummularium :

Helianthemum nummularium2

Les Cistaceae sont une famille d'arbustes, de sous-arbrisseaux, plus rarement de plantes herbacées vivaces ou annuelles, caractéristiques des milieux secs et ensoleillés.

- Les feuilles sont opposées, alternes chez Halimium et Hudsonia, simples et entières, généralement stipulées, et portent souvent des glandes sécrétrices d'huiles volatiles ou des poils glanduleux.

Les fleurs

- actinomorphes et bisexuées, sont solitaires ou groupées en cymes racèmiformes ou paniculiformes, terminales ou axillaires.

- 5 sépales, et, chez Helianthenum, les deux externes sont plus petits et parfois consiérés considérés comme des bractéoles.

- La corolle comporte généralement 5 pétales libres et caducs. Chez Lechea, il y a seulement trois pétales imbriqués, et trois pétales contortés chez Hudsonia. Quelquefois, la fleur peu être apétale.

Les étamines sont nombreuses, libres et hypogynes, et sont parfois inégales. Chez Tuberaria et Fumana, les étamines les plus externes sont stériles. Les anthères sont biloculaires, et ont une dehiscence longitudinale.

L'ovaire est supère, uniloculaire ou incompletement tri- à pentaloculaire. Il est composé de trois (Helianthenum), cinq (Cistus) ou 10 carpelles soudés. Chaque loge renferme deux ou plusieurs ovules orthotropes, rarement anatropes, disposés sur des placentas pariétaux. Il y a 3-5 styles libres ou soudés.

Le genre Cistus sp sont des arbrisseaux  méditerranéens :

Ils adorent en effet les sols secs (généralement siliceux mais aussi calcaires) et ensoleillés. De plus ils sont pyrophytes, ayant la particularité de se régénérer facilement et même de se multiplier après les incendies. Autant dire que les maquis ou les garrigues méditerranéens, si souvent touchés par les feux de forêts, sont tapissés de cistaies qui fleurissent entre le printemps et l'été (avril-juin).

Cistus ladaniferus

 

Cistus ladaniferus

Les arbrisseaux ont une hauteur allant de 30 cm à 1 m. Les racines sont peu développées, superficielles. Les feuillessont persistantes; souvent velues, parfois gluantes, elles sont simples, elliptiques (ou ovales) ou linéaires. Les fleurs comportent cinq pétales, le nombre de sépales étant de trois ou cinq. Elles ne durent qu'une journée. Les fruits se présentent sous forme de capsules ignifugées, car cette plante peut s'enflammer spontanément quand l'air ambiant dépasse 32°c. 

Cistus sp :

 

 

Ciste2

 

Classés traditionnellement dans l'ordre des Violales, les cistes appartiennent aujourd'hui à celui des Malvales.

 

- Fa Passifloracées

La famille des Passifloraceae est une famille de plantes dicotylédones qui comprend plus de 600 espèces réparties en 17 genres.

- Lianes à vrilles, chez ces dernières, l'accrochage au support se fait par le biais de vrilles spiralées et axillaires, correspondant à des pédicellesstériles. 

- Passiflores : fleurs de la passion: stigmates en forme de clous et d'étamines en forme de marteaux, staminodes en forme d'épines

Ce sont des arbres, des arbustes, des lianes ou des plantes grimpantes herbacées des régions tropicales.

On peut citer les passiflores (genre Passiflora) parmi lesquelles la grenadille (Passiflora edulis) donne des fruits ovoïdes appelés « fruits de la passion » et la barbadine.

 

Le genre Passiflora donne des fruits comestibles. De nombreuses espèces sont en outre cultivées comme plantes ornementales.

 

Environ 50 à 60 espèces dePassiflora ont des fruits comestibles, mais peu sont cultivées dans un but commercial. 

Passiflora quadrangularis, la barbadine, est cultivée sous les tropiques pour ses fruits comestibles juteux pouvant atteindre 25 cm de long.

 

A Hawaii, Passilfora edulis var. flaviocarpa est à la base de toute une industrie des jus de fruit. En Australie, en Inde, au Sri Lanka, c'est Passiflora edulis qui est cultivée. Aux Antilles, Passiflora maliformis est la calebasse dont le jus rappelle celui du raisin. D'autres espèces sont cultivées localement dans les régions tropicales d'Amérique du sud.

 

Les fleurs :

-régulières et généralement bisexuées. Quand elles sont unisexuées, la plante est monoïque, sauf les Adenia qui sont dioiques.

-solitaires, et dans ce cas souvent axillées par 3 bractées, ou groupées en cymes axillaires dichasiales ou monochasiales. Fréquemment, la première ou la derniere fleur de l'inflorescence est modifiée en une vrille. 

Elles sont hypogynes ou perigynes.

L'hypanthium est souvent creux et portant un gynophore ou un androgynophore central.

Le perianthe se compose de 3-5 sépales libres ou connés à la base, persistants et imbriqués, et de 3-5 pétales parfois absents, libres ou soudés à la base, imbriqués.

Le réceptacle est souvent terminé par un ou plusieurs verticilles de filaments pétaloïdes ou ressemblant à des étamines et formant une couronne concave à cupuliforme. 

Les 3-5 étamines sont opposipétales, libres ou soudées à la base, souvent portées par un androgynophore (Passiflora).

Les anthères, oblongues, sont biloculaires, basifixes ou versatiles, à dehiscence longitudinale. L'ovaire est supère, uniloculaire, avec 3-5 placentas pariétaux et de nombreux ovules anatropes.

Les styles sont libres ou soudés. Les 3-5 stigmates sont capités ou discoïdes. 

Le fruit est une baie indéhiscente (Passiflora) ou une capsule (Adenia). Les graines sont enveloppées d'un arille pulpeux et contiennent un albumen charnu et abondant, ainsi qu'un embryon droit.

Fa Caricacées ----------> Brassicales

Plantes tropicales à fleurs dioïques poussant sur les tiges . Ce sont de petits arbres à l'aspect de palmiers, des arbustes ou des plantes herbacées, des régions sub-tropicales à tropicales, originaires d'Amérique et d'Afrique de l'Ouest.

Dans cette famille tropicale on dénombre 4 genres botaniques et environ 30 espèces.

Carica papaya = Papaye ; donne une baie comestible ; latex contenant la Papaïne. 

Sans 125

 

Les fleurs des Caricaceae sont unisexuées.

-  Les fleurs mâles sont principalement supportés par une inflorescence avec plus de dix fleurs, ils ont une corolle tubulaire, rempli de nectar sucré; nectaires sont situés sur une petite pistillode (ovaire non fonctionnel); étamines sont soudées à la gorge de la corolle et répartis en deux tours pentamères .

- Les fleurs femelles sont souvent solitaires ou groupés en quelques fleurs inflorescences (quelques espèces présentent des inflorescences femelles encombrées), ils sont dépourvus de nectar; pétales ne sont pas fusionnés (avec quelques exceptions); ovaires sont divisés en une ou cinq chambres (loges), il cinq stigmates qui sont soit ensemble ou bifurquée.

- Les fruits sont des baies avec de nombreuses graines. Les graines sont entourées d'un arille mucilagineuse; la testa peut être orné ou non.

Carica papaya :

Papaya1

 

28246

 

 28246

Fa. Flacourtiacées 

Plantes tropicales.

Ex : Hydnocarpus kurjii : donne une huile réputée efficace contre la lèpre.

plus de 800 espèces en près de 80 genres. 

La classification phylogénétique a éclaté cette famille, une partie se retrouve dans les Salicaceae et l'autre dans les Achariaceae dans l'ordre des Malpighiales. Le genre Berberidopsis est maintenant classé à part dans la famille des Berberidopsidaceae

Sans 121

 

 

 

Habit et la forme des feuilles. Arbres et arbustes ; non laticifères et sans jus coloré; feuilles persistantes; distiques (souvent), ou en spirale; ,pétiolées; non-gainées. Feuilles stipulées. Stipules caduques ou persistantes.

Type de reproduction : la pollinisation. plantes hermaphrodites (en général), ou monoïque (rarement), ou dioïque (rarement). Pollinisation entomophile.

Fleurs

Fleurs solitaires ou regroupées en «inflorescences» de type terminal ou axillaire, ou épiphylles ( Bembicia :  en cymes, en fascicules en grappes,  en épis, ……... Les inflorescences de fructification forment  des  cônes, ou autres formes.  L’inflorescence la plus courante est la cime, ;

Fleur  régulière; cyclique, acyclique ou partiellement : périanthe, ou androcée, ou périanthe et androcée acycliques . ovaire supère présentant un disque  extrastaminal, ou intrastaminal…

Corolle 3-8 (-15) 1 verticille ou 2 verticilles.

Androcée (4 -) 15-100  libre du périanthe;, ou cohérente; quand unis, 1 verticille, ou 2 verticilles (ou spirale). Androcée avec  exclusivement des étamines fertiles, ou avec staminodes. étamines (4 -) 15-100 ; actinomorphe avec le périanthe diplostemone à polystemone. anthères s'ouvrant par des fentes longitudinales (généralement), ou s'ouvrant par des pores (en Kiggelaria , ces terminaux) ; Les appendices apicaux des anthères sont souvent sous la forme d'un connecteur prolongé

Gynécée 2-10 carpelles (sauf  Aphloïa ). Le pistil 1 unicellulaire, ou 2-10  Gynécée syncarpe (sauf Aphloïa  ; synovarious à ou styles plus ou moins unis ; ovaire supère (en général),ou semi  infère ( Bembicia ) . Ovaire monoloculaire (presque toujours, mais avec les placentas plus ou moins intrusifs), ou 2-10-loculaire (par exemple dans Prockia ). Carpelles en nombre "impair" quand G3 , Styles partiellement joints ;. Stigmates (1 -) 2-10; type sec. Placentation habituellement (c'est à dire quand le caractère uniloculaire est bien visible), pariétal, quand placentation axilaire, orthotrope, ou anatrope, ou hemianatrope; bitégumentés; Fruit charnu, ou non charnue; déhiscent ou indéhiscent; une capsule ou une baie (en général), ou une drupe .

 

Fa Bixacées

Ce sont des petits arbres, des arbustes ou des plantes herbacées, à sève colorée, certains adaptés aux zones arides, largement répandus dans les régions tropicales.

Le genre Bixa inclut 4 espèces de petits arbres ou d'arbustes originaires d'Amérique centrale et des Caraïbes. On en extrait un colorant alimentaire orange : le jaune de roucou. Le plus connu est le roucou (Bixa orellana).

L'espèce Diegodendron humbertii, qui forme la famille des Diegodendracées à elle seule, est un petit arbre endémique de Madagascar. Il semble en être très proche.

La classification phylogénétique APG (1998) situe cette famille dans l'ordre des Malvales et place les genres Amoreuxia et Cochlospermum dans une famille séparée, les Cochlospermacées.

Description selon :  «Watson, L., et Dallwitz, MJ 1992. Les familles de plantes à fleurs

Morphologie . Petits arbres ou arbustes; avec du jus de couleur (rouge ou jaune) . Feuilles alternes, pétiolées longtemps;. Simples Lamina ensemble ; palmées. veiné feuilles stipulent .

Anatomie feuille. Limbe de dorsiventrales. Stomates limite principalement à une surface (abaxiale); Type de la reproduction, la pollinisation. plantes hermaphrodites.

Fleurs agrégées en inflorescences. Les unités de l'inflorescence ultimes cymeuses. Inflorescences terminales; thyrses terminaux. Moyennes fleurs (voyantes); régulière.

Périanthe avec calice et la corolle distinct ; 10; 2 verticilles;.

Calice actinomorphe de type 5 ; haplostémone; régulier; non persistant; crispé . Corolle 5 (les pétales grande, sans échelle de base); polypétale; imbriquées; régulière.

Androcée 50-150 («beaucoup»). Étamines ramifiées ( cinq faisceaux de tronc); maturation centrifuge; libre du périanthe;. Androcée avec exclusivement des étamines fertiles Étamines 50-150 («beaucoup») ; polystemones;. les filaments allongés, anthères s'ouvrant par des pores ou  des fentes courtes (anthères en forme de fer à cheval interprétée comme plié, de sorte que l'ouverture morphologiquement centrale , étant sur ​​le coude, est ostensiblement terminale tétraédrique (généralement), ou décussée. Anthère paroi initialement avec une couche intermédiaire, ou initialement avec plus d'une couche intermédiaire.

Gynécée 2-4 carpelles. Carpelles en nombre réduit par rapport au périanthe. L'pistil 1 alvéoles . Gynécée syncarpe; eu-syncarpe;ovaire supère mono-oculaire. Styles 1 (allongé, recourbé dans l'œuf); Stigmates 1. Placentation pariétale. Ovules dans la cavité unique 30-150 («beaucoup»); arillées, ou non arillées (graines 'avec des papilles rouges charnues formant une masse arilloide); Anatrope; bitégumentés; crassinucellate. Tégument externe contribuant à la micropyle.

Fruit non charnu; déhiscent,capsules loculicides.

 

 Sans 120

 

Fa Tamaricacées

La famille des Tamaricacées est une famille de plantes dicotylédones qui comprend 120 espèces en 3-5 genres.

Ce sont des petits arbres ou des arbustes ou le plus souvent des plantes herbacées, à petites feuilles simples écailleuses, à petites fleurs régulières en épis. On les rencontre dans les zones arides ou sablonneuses des régions tempérées à sub-tropicales, en particulier les déserts, steppes et rivages d'Europe et d'Afrique.

Parmi ces quatre genres, on peut citer

  - Myricaria : les myricaires

 - Tamarix : les tamaris

La classification phylogénétique situe cette famille dans l'ordre des Caryophyllales.

 Les fleurs, actinomorphes et généralement bisexuées, minuscules, sont groupées en racèmes ou en panicules axillaires, et sont rarement solitaires et dépourvues de bractées (Reaumuria).

Les 4-5 sépales sont libres, de même que les 4-5 pétales. Les 4-10 étamines, quelquefois plus nombreuses, sont libres ou legerement connées à la base. Les anthères sont biloculaires, à dehiscence longitudinale. Les grains de pollen peuvent être trinucléés, simples ou en tétrades. Pétales et étamines sont insérés sur un disque nectarifère charnu. L'ovaire est supère, avec 2-5 carpelles soudés formant une loge unique. Les ovules sont nombreux, et la placentation est périétale, plus rarement séptée ou basale. Les styles sont généralement libres, et chez certaines espèces, les stigmates sont sessiles (Myricaria).

Le fruit est une capsule conique, à déhiscence dorsale. Les graines, avec ou sans albumen, sont parfois ailées, mais plus fréquemment recouvertes de longs poils ou dotées d'une touffe de poils à l'apex. L'embryon est droit, et les cotylédons sont plats.

Sans 122

Les Tamaricaceae sont probablement très proches des Frankeniaceae, et forment parfois avec ces dernières l'ordre des Tamaricales. Les trois genres sont regroupés en deux tribus.

Les Reaumurieae comprennent les espèces du genre Reaumuria. Ces deux genres ont des fleurs solitaires et des graines albuminées. Les Reaumuria sont des arbustes ou des sous-arbrisseaux halophytes originaires des régions est de la Méditerranée et d'Asie centrale. Les fleurs solitaires sont terminales, avec des pétales colorés portant chacun 2 appendices longitudinaux sur la face interne. Les étamines sont nombreuses, libres, ou plus ou moins soudées en 5 faisceaux opposés aux 5 pétales. L'ovaire porte 5 styles et contient peu de graines. 

Les Tamarisceae comprennent Tamarix et Myricaria, tous deux caractérisés par des fleurs nombreuses en épis ou en grappes, et de nombreuses graines sans albumen. Les Tamarix sont des arbustes et de petits arbres halophytes originaires des régions est de l'Europe, des régions méditerranéennes, d'Afrique du nord, du nord-est de la Chine et d'Inde. L'inflorescence est portée sur les rameaux latéraux ligneux ou sur les jeunes pousses terminales. Le genre Myricaria groupe des sous-arbrisseaux distribués en Europe, en Chine et en Asie centrale. L'inflorescence est une longue grappe, les fleurs possèdent 10 étamines soudées ou connées à la base, et l'ovaire est couronné par 3 stigmates sessiles.

Fa Frankéniacées

Sous-arbrisseaux, ou  herbes (avec tiges articulées); non-laticifère et sans jus coloré . Vivace.Xérophiles (et halophile) . Feuilles persistantes,  petites; opposées (croisées en X, souvent éricoïdes) ; roulées; pétiolées; simples;

Fleurs solitaires ou regroupées en inflorescences ; si regroupées, en cymes.Unités de l'inflorescence ultimes cymeuse. Inflorescences axillaires; dichasiale. Fleurs Bractéate;  fleur régulière; cyclique; tétracyclique, ou pentacyclique.

Périanthe avec calice et  corolle distincts ; 8-14; 2 verticilles,actinomorphes. Calice 4-7; 1 verticille gamosépale; Calice régulier, persistant; Corolle 4-7; 1 verticille, polypétale; imbriqués ; réguliers; persistants. Pétales bilobés, ou à franges.

Androcée (4 -) 6 (-24). Organes de l’androcée libres du périanthe; tous égaux, ou nettement inégaux; plus ou moins cohérents ; monadelphes (basale fossile); 2 verticilles (généralement 3 +3) . Androcée  formée exclusivement d’ étamines fertiles. Étamines. (4 -) 6 (-24) actinomorphe , diplostemone  à polystemone , anthères polyvalents; s'ouvrant par des fentes longitudinales; extrorse .

Gynécée (2 -) 3 (-4) carpelles. Le pistil 1 annulé . Gynécée syncarpe ;ovaire supère monoloculaire. Styles 1; apical. Stigmates (2 -) 3 (-4. Placentation pariétale (avec (2 -) 3 (-4) placenta). Ovules dans la cavité unique 12-100 (c'est à dire «beaucoup

Fruit non charnu; déhiscence; une capsules loculicide et valvulaire (close par le calice). Embryon orthotrope, graine périspermée non grasse.

Sans 124

 

-Fa Elatinacées

Cette petite famille est subcosmopolite, mais, si Elatine préfére les régions tempérées, affectionne les régions plus chaudes.

 

 Sans 126

 

Les Elatinaceae sont de petites plantes herbacées vivaces, parfois sous-arbustives, aquatiques ou semi-aquatiques. Les feuilles, opposées et decussées ou verticillées (Elatine alsinastrum), sont simples et stipulées, et possèdent un limbe aux marges entières à serratulées.

Les fleurs, actinomorphes et bisexuées, sont solitaires ou groupées en cymes axillaires. Généralement minuscules, elles se composent de 2-5 sépales libres et imbriqués, de 2-5 pétales libres, membraneux et imbriqués, de 4-10 étamines libres, aux anthères biloculaires et dorsifixes, et d'un ovaire supère, à 2-5 loges, pluriovulés et à la placentation axile. Les 2-5 styles sont libres et courts. Le fruit est une capsule septicide. Les nombreuses graines ont un embryon courbé ou droit, et peu ou pas d'albumen.

De position incertaine, cette famille montre des points communs avec les Frankeniaceae, mais aussi avec les Lythraceae, les Hypericaceae et les Halogaraceae.

La moitié des espèces du genre Bergia sont des plantes aquatiques ou semi-aquatiques, les autres poussant dans des régions sèches. Les Bergia sont robustes et colorées, alors que les Elatines sont petites et discrètes. La plupart des espèces Elatine sont adaptées à la fluctuation des niveaux d'eau, et se rencontrent dans des eaux peu profondes périodiquement asséchées, comme les rizières, où elles sont communes ( adventice ).

 

 

 

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 09/06/2014