Dicotylées 2

II.2 Ordres achlamydés = apérianthés 

 

La majorité des espèces d’angiospermes portent des fleurs composées de sépales, pétales, étamines et carpelles, et qui sont qualifiées de complètes. Mais, chez de nombreuses espèces, il manque un ou plusieurs verticilles, les fleurs sont alors dites incomplètes. Par exemple, si les sépales ou les pétales sont absents, on a affaire à des fleurs monopérianthées. À l’extrême, on trouve des fleurs apérianthées (achlamydées), qui ne possèdent ni les uns ni les autres. L’absence de certains éléments peut également concerner les pièces reproductrices. En effet, les fleurs complètes sont bisexuées, c’est-à-dire qu’elles portent à la fois les organes reproducteurs mâle (étamines) et femelle (pistil). Si certains des éléments nécessaires à la reproduction font défaut, la fleur est dite imparfaite. La fleur est alors dite pistilée ou étaminée, selon qu’elle possède le pistil ou les étamines. Lorsque des fleurs pistilées et étaminées se trouvent sur le même individu, on qualifie l’espèce de monoïque (et la plante est hermaphrodite) ; on utilise le terme dioïque si les fleurs mâles et femelles sont portées par des individus différents.

Le super-ordre des Apétales apérianthées comporte les Angiospermes dicotylédones dont les fleurs n’ont ni calice ni corolle (ou très faiblement développés).  Il comprend une dizaine d’ordres dont sept sont pratiquement exotiques et trois sont très communs dans nos régions. D'une manière générale , fleurs unisexuées de petite taille, et groupées ( châtons).

aito002.jpgCasuarina equisetifolia

II.2.1 O. Verticillates

Exemple famille des Casuarinacées  ( Australie )

Casuarina equisetifolia : arbres sans feuilles , rameaux verts. Utilisés jadis comme coupe-vent dans les plantations de Caféier arabica  ( Congo)

filao-1.jpg

Casuarina equisetifolia (Filao)

 

Étymologie : Le nom latin Casuarina signifie  "rameau" car on peut confondre sa feuille filaire avec un rameau. De là découle aussi le nom Casoar. Le feuillage de Casuarina equisetifolia ressemble au plumage du Casoar

La famille des Casuarinacées est une famille de plantes dicotylédones comprenant 60-100 espèces réparties en un (Casuarina) ou quatre genres selon les auteurs.

La classification phylogénétique, plus récente, place cette famille dans l'ordre des Fagales.

Origine :Australie, Indonésie, Nouvelle-Calédonie, Malaisie.

Autres Espèces : C. incana, C. glauca, C. bennetti,  C. nana (3 m de haut), en tout une centaine d'espèces. Habitat : zones côtières tropicales.

Durée de vie : 50 ans. Taille maximale : 40 m (espèce la plus haute des Filaos). Croissance : rapide (usuellement 1m par an, mais 10m en  2 ans ont été répertoriés aux Barbades). Port élancé, cime souvent penchée. Écorce rose pâle. Feuillage persistant. Aiguilles fines de 15-20 cm de long,  implantées individuellement. La litière naturelle que constituent  les aiguilles de Filao doit être enlevée pour permettre à la forêt  de Filao de se régénérer. Fleurs : Les fleurs sont apérianthées (ne possédant pas de périanthe, de fleurs autour du pistil et des étamines), regroupées en chaton  (épi unisexué). Chaque carpelle s'ouvre de manière indépendante  pour donner un fruit

Fruit : en forme de cône rond, de 1-2 cm de diamètre, contenant  des akènes. Ces fruits sont épineux et ... dangereux pour les  pieds nus des promeneurs.

Utilisations : résistant à la sécheresse et aux ambiances  salines, le Filao est planté comme brise-vents en bord de mer  sous les tropiques. Il remplace aussi le sapin de Noël sous les  tropiques. Le Filao vit en symbiose avec une actinobactérie filamenteuse  du genre Frankia (un peu comme l'aulne)  ; celle-ci évolue sous forme de filaments rayonnants, au niveau  du système racinaire, pompant l'azote atmosphérique de l'air pour  enrichir le sol. Cette symbiose permet au filao de s'installer  de façon pionnière. Ses aiguilles abondantes peuvent être utilisées comme combustible  pour le fumage artisanal du poisson ou comme compost dans le maraîchage  et l'horticulture. Le bois est dur, lourd, difficile à scier, se fissurant à la sécheresse  le rend impropre à l'usage, sauf brut, comme poteau. Il est aussi connu un bon bois de chauffage.

Documentbft-242-31-43-1.pdf bft-242-31-43-1.pdf

II.2.2 O. Pipérales ex fa pipéracées

- C'est, d'après certains auteurs traditionnels, un ordre de plantes angiospermes primitives.

- En classification de Cronquist (1981) il comprend trois familles : * Chloranthacées * Pipéracées (famille du poivrier) * Saururacées (famille de la queue de lézard)

- Parmi les premiers, au sein de l’ordre des Pipérales la famille des Pipéracées est la plus importante. Ce sont des plantes herbacées rarement ligneuses, parfois lianescentes, quelquefois arborescentes, à feuilles alternes ou opposées toujours indivises et à cellules productrices d’huiles essentielles.

- Considérées très longtemps comme des plantes primitives, les botanistes actuels les tiennent aujourd’hui pour très évoluées et probablement assez étroitement apparentées aux Ranales. Les très petites fleurs sont groupées en épis ou en grappes denses. Elles regroupent 1500 et 2000 espèces le plus souvent tropicales ; la plus connue est le Poivrier pour sa grande importance économique.   

Les Pipérales sont herbacées, plus rarement ligneuses, parfois lianescentes ou arborescentes. Elles possèdent, dans tous leurs organes, des cellules à huiles essentielles. Leurs tiges ont des faisceaux disposés en un cercle ou en plusieurs cercles concentriques.

Les feuilles sont alternes ou opposées, simples, généralement pourvues de stipules. Les fleurs, toujours très petites et très réduites, généralement pourvues de bractées sous-tendantes, sont groupées en épis ou en grappes denses, parfois en ombelles. Elles n'ont pas de pièces périanthaires ou tout au plus un tépale unique (Chloranthacées) ; elles sont bisexuées, plus rarement unisexuées. Le type trimère est fréquent, mais on trouve une à dix étamines et un à quatre carpelles. L'ovaire est soit syncarpe uniloculaire à un seul ovule, basilaire ou apical, ou à nombreux ovules pariétaux, soit apocarpe, chaque carpelle comportant alors de deux à quatre ovules. Les ovules sont pourvus d'un ou de deux téguments. Les fruits sont des follicules, des baies ou des drupes. Les graines, pourvues d'albumen et généralement aussi de périsperme, renferment un petit embryon.

L'ordre des Pipérales est donc caractérisé par l'anatomie des tiges, les inflorescences en chatons et les fleurs à structure très simple. Cette simplicité est considérée par certains botanistes comme primitive, par d'autres comme secondaire. Dans le premier cas, on classe les Pipérales près des Casuarinales ou dans l'ensemble des plantes à chatons, mais la présence de fleurs bisexuées suffit à donner à l'ordre un caractère bien tranché. La seconde tendance prévaut toutefois aujourd'hui : la plupart des auteurs s'accordent à reconnaître dans les Pipérales un ordre très évolué et présentant des affinités avec les Ranales et aussi, mais moins directement, avec les Urticales et avec les Polygonales.

 

 

poivre-250x250.jpg

Poivrier ( Piper nigrum )

Herbes ou lianes tropicales, Les Pipéracées sont réparties en  8 genres pour environ 2 000 espèces.

La famille des Pipéracées est une famille de plante dicotylédones de divergence ancienne. Ce sont des arbustes, des lianes ou des petits arbres des régions tropicales.

On peut citer le genre Piper avec Piper nigrum le poivrier qui produit le poivre noir (en fait noir, blanc ou vert selon le stade de maturation de la baie).

Selon la classification phylogénétique APG II (2003), la composition est différente et inclut le genre Peperomia.

II.2.3 O. Myricales ex fa Myricacées

Pour la classification phylogénétique APG II (2003) et la classification phylogénétique APG III (2009) cet ordre n'est plus pertinent et les Myricacées sont placées dans l'ordre des Fagales. Il est cependant toujours tenu compte de cet Ordre en classification traditionnelle de cronquist ( 1981). 

La famille des Myricaceae, ou Myricacées, est une famille de plantes dicotylédones comprenant 40 espèces réparties en 4 genres. Ce sont des arbres ou des arbustes, certains à feuilles persistantes, largement répandus sauf en Afrique du Nord.On rencontre les genres:

Canacomyrica

Comptonia avec la comptonie voyageuse (Comptonia peregrina)

Gale

Myrica, certaines espèces fournissent de la cire parfumée, des fruits comestibles et sont une source de tanin.

Morella, avec l'arbre à suif par exemple.

En France, c'est la famille du piment royal (Myrica gale) au feuillage fortement aromatique. Les plantes monoïques peuvent changer de sexe d'une année sur l'autre.

364px-illustration-myrica-gale0.jpgMyrica galle

La classification phylogénétique place cette famille dans l'ordre des Fagales.

 II.2.4 O. Salicales : fa salicacées

 Plantes des régions tempérées et froides dans l'hémisphère nord avec deux genres importants :

- Salix = saule : 160 espèces

- Populus = Peuplier : 39 espèces.

Arbres et abustes dioïques à feuilles alternes ( 2/5 ) et fleurs en châtons β P0 A2-10  ; β P0 G2 ( supère ) : bractée développée; graines petites et velues logées dans une capsule     ( = "cottonwood") ; fleurs apparaissant avant les feuilles .

salix-caprea-02.jpgChâton mâle de Saule marsault

Particularités botaniques, écologiques, culturales remarquables. ; saliculture et populiculture :  Hybridations faciles et nombreuses, surtout chez les Saules. Pratiquement, les cultures de Peupliers et de Saules sont des cultures d'hybrides. Grande importance économique en ligniculture.  voir notes particularisées en sylviculture.

saule-marsault-001.jpgChâton femelle de Saule marsault

Le Saule blanc, Saule commun, Saule argenté, Osier blanc, ou Saule Vivier (Salix alba L.), est un arbre de la famille des Salicacées. Cet arbre commun dans les régions tempérées est souvent cultivé en forme de « têtard » pour la production d'osier.

Le saule blanc est un grand arbre qui peut atteindre 25 m de haut. C'est une espèce pionnière, pouvant vivre une centaine d'années. Le tronc est droit et le houppier dressé, sauf quand l'arbre est étêté et taillé en têtard. Les jeunes rameaux sont d'un vert ou gris vert très pâle.

Les feuilles, alternes, caduques, de 5 à 12 cm de long, sont entières, lancéolées, étroites, très finement dentées, effilée. La teinte argentée présente sur les deux faces de la feuille est due à de fines soies courtes, surtout présentes sur la face inférieure.

Les sexes sont séparés (plante dioïque), les individus présentent des chatons soit mâles , soit femelles.  Les fleurs mâles ou femelles sont précédées d'un nectaire correspondant au périanthe, et protégées par une bractée. Les fleurs mâles comprennent deux étamines, les fleurs femelles ont un seul ovaire uniloculaire à deux carpelles. Les fruits sont des capsules allongées, glabres , uniloculaires, s'ouvrant grâce à deux valves. Elles contiennent de nombreuses graines portant des poils soyeux.

L'espèce est originaire des régions tempérées et froides de l'hémisphère nord :

saule-mars-silh.jpgSaules marsault

  • Afrique du Nord,
  • Asie : Moyen-Orient depuis la Turquie et Chypre jusqu'à l'Iran, région du Caucase, Asie centrale (Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Turkménistan, Ouzbékistan), Sibérie occidentale),
  • Extrême-Orient : Chine (Gansu, Qinghai, Xinjiang, Xizang)
  • Europe : de la France à la Russie et aux États baltes, ainsi que l'Europe méditerranéenne.

Le saule blanc est partout commun en France.

Le saule blanc est cultivé un peu partout ailleurs. Il préfère les sols frais et humides, notamment les zones alluvionnaires dans les basses vallées.

 4946-1.jpg

 Peuplier tremble

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 23/12/2016