Dicotylées 11

V.1.11 Ordre des Rutales

Cet ordre est proche de 3 autres ordres : les Sapindales, les Célastrales et les Rhamnales tous à ovaire supère ( fleurs hypogynes),actuellement, l'on a tendance à regrouper les familles des Ordres des Rutales et des Sapindales dans le seul Ordre aggrandi des Sapindales.La classification phylogénétique APG II (2003)  modifie encore cette convention, notre objectif n'est pas de nous perdre dans ces tergiversations théoriques.  voiçi un tableau différentiel :

Rutales T4(5) obdiplostémonie  disque intrastaminal sous l'ovaire
Sapindales T4(5) obdiplostémonie disque extrastaminal
Célastrales T4(5) haplostémonie Anthères opposées aux sépales
Rhamnales T4(5) haplostémonie Anthères opposées aux pétales

 

Plantes généralement ligneuses, la plupart tropicales, à feuilles alternes ; fleurs de T (ou T4) avec obdiplostémonie. Nectaire en disque de couleur jaunâtre sur lequel repose l'ovaire = disque nectarifère intrastaminal . glandes à huiles essentielles ( = lacunes sécrétrices translucides appelées opanches ). A partir de cet ordre : disques nectarifères fréquents = nouvelle tendance  

Fa Rutacées    

Appareil végétatif 

- Arbres, arbustes, parfois plantes herbacées ; surtout tropicaux et subtropicaux. Lacunes sécrétrices = plantes à parfums, huiles essentielles.

- Plantes hermaphrodites (en général), ou monoïque, ou andromonoïques (rarement), ou dioïque,  Pollinisation entomophile.

Sans 365

Appareil reproducteur

- Fleurs solitaires (rarement), ou agrégées dans des inflorescences ; en cymes, en panicules, en grappes et en corymbes. Inflorescences terminales axillaire ou épiphylles (rarement).

- Fleurs, généralement régulières et hermaphrodites, formées par 4 ou 5 sépales imbriqués, libres ou non, et par 4 ou 5 pétales généralement libres, mais parfois gamosépalés à la base comme les sépales peuvent l'être également.

- Androcée contenant 2, 3, 5, 8,10 ou 20 à 60 étamines. Etamines non fourchues ou ramifiées  ; toutes égales, ou nettement inégales ; libres l'une de l'autre, ou cohérentes (les filaments sont habituellement plus ou moins connésà la base) ; monadelphe, ou 3-12 adelphes (' fleurs d'agrumes polyadelphes' ) ; 1 ou 2 verticilles. Pafois existence de  staminodes. Les staminodes (souvent les staminodes composent le verticille opposipétales) (3 –) 4 ou 5(–10).

- Carpelles sont soudés en un gynécée à ovaire pluriloculaire supère, parfois infère.

- Gynécée 1 – 3 carpelles  ou 4–5 (–100) (rarement plus, par exemple dans les agrumes).

- Gynécée apocarpe à syncarpe ; Lorsque l'ovaire est  syncarpe, il est (1–)4–5(–100) loculaire voire indéterminé. Le pistil lorsqu'il est syncarpe, est (1–)4–5(–100) loculaire voire indéterminé.

- Styles 1 ou 3-5 ; libres ou partiellement rejoints en partie apicale. Lorsque l'ovaire est syncarpe, la placentation est axile.

- 1–5(–50) ovules par loge ; pendantes à ascendantes ; epitropes (le micropyle vers le haut, le raphé ramification parfois) ; 

Fruit charnu ou non charnu ; en agrégats, ou en un agrégat. fructifications des carpelles coalescentes ou non. déhiscente, ou indéhiscent ;

- Lorsque l'ovaire apocarpe, le fruit est un follicule, drupe ou baie. si le fruit est syncarpe, il est  déhiscent,  indéhiscent ou  schizocarpique.

Exemple importants

g. Ruta : R. graveolens = Rue fétide ou rue des jardins; médicinale.

 

 

Sans 345g. Citrus : très important. Nombreuses epèces cultivées sous le nom d'agrumes  : arbustes plus ou moins épineux à feuilles persistantes, à fleur très parfumée ( fleurs d'oranger ). Fruit = baie spéciale appelée hespéridie.

L'hespéridie est une sorte de baie provenant de l'évolution d'un ensemble de carpelles soudés; les carpelles deviennet des "quartiers " de l'orange ; la cavité de chaque carpelle se remplit de poils glandulaires charnus ; les graines ( pépins ) sont situés vers le centre du fruit ; Les quatiers rayonnent autour d'une columelle centrale.

78Citrus aurantium = oranger, et sa sous espèce amara = oranges amères donnant le curaçao. 

Citrus limonia = citronnier.

Citrus nobilis = mandarinier.

Citrus maxima = citrus decumana = pamplemoussier.

Citrus bergamia = bergamotiereau de fleur d'oranger ou essence de bergamote.

Sans 346

Les agrumes donnent des fleurs riches en sucres, vitamines, essences. Plantes des régions méditerranéennes et assimilées ( Afrique du Sud, Californie ) et aussi régions intetropicales.

Sans 366

g. Ptelea

g. Dictammus

Fa Simaroubacées 

La circonscription de cette famille est très discutée. Selon Watson & Dallwitz elle comprend 50 espèces réparties en une vingtaine de genres.

Sans 364

Caractères végétatifs

Ce sont des arbustes et des arbres, aux terpénoïdes caractéristiques, des régions subtropicales à tropicales largement répandus. Ils produisent  des lactones triterpenoides caractéristiques (simaroubalides), sans canaux résinifères, souvent l'écorce est très amère, ainsi que le bois et les graines.

Feuilles alternes, spirale, pétiolées; non-gainees; pennées (généralement), ou unifoliacées,

Limbes pennatinervés;

Feuilles stipulées *.

Caractères floraux

Présence de fleurs unisexuées. Plantes monoïques ou dioïques, ou polygames**. Gynécée de fleurs mâles pistillodial, ou résiduel ou absent.

Fleurs agrégées en «inflorescences» ( souvent nombreuses), ou solitaires, en cymes, ou en grappes, en épis, en panicules, en chatons. Les unités ultimes de l'inflorescence  sont en cymose, ou en grappe.

Inflorescences axillaires; panicules composés, des pointes, des grappes ou thyrses.

Fleurs petites ; régulières; 3-5 (-8) mères; cycliques;

Quand les fleurs sont hermaphrodites,elles sont pentacycliques.

Le réceptacle floral développer une androphore,

Sans 347

voire l'élaboration d'un gynophore,

Sans 348

 

Parfois ni androphore ni gynophore.

Disque nectarifère hypogyne présent (en général), ou absent; lorsqu'il est présent, extrastaminal.

Périanthe avec calice et la corolle hétérochlamydés (habituellement),corolle parfois sepaline (corolle rarement absente); 6-10 (-16); 2 verticilles, ou 1 verticillées (rarement); isomerie.

Calice 3-5 (-8); 1 verticille; gamosépale (généralement vers la base fossile), ou polysepale; régulière; imbriquée (généralement), ou à valves.

Corolle 3-5 (-8); 1 verticille; polypétale; imbriquée (généralement), ou tordue, ou avec valve ; régulière.

Androcée (3 -) 10 ( -16 ) . 

- Etamines libres du périanthe ; libres les unes des autres ;

- verticillées par 2 (habituellement ) , ou un seul verticille (par exemple Brucea ) . 

- Exclusivement des étamines fertiles . Étamines ( 3 - ) 10 ( -16 ) ; diplostemones*** (généralement ) , ou isomere avec le périanthe (parfois ) , ou triplostemones à polystemones ( Quassia ) ; oppositisepales (généralement ) , ou alternisepales (rarement , par exemple Picrolemma ) .

- Filaments appendiculés ( souvent avec des échelles à la base , cf. Rutaceae ) , ou non appendiculés . Anthères  s'ouvrant par des fentes longitudinales ; introrse (généralement ) , ou extrorse à latrorse ( Ailanthus , Soulamea ) ; tetrasporangiées .

- l' endothecium développe des épaississements fibreux . Anthères à épiderme persistant. Microsporogenèse simultanée .

Gynécée 1 carpelles ( Amaroria ) ou 2-5 ( -8 ) carpelles .

Carpelles en nombre réduit par rapport au périanthe , ou isomere avec le périanthe . 

Gynécée monomeres , ou apocarpe à syncarpe ; d'un carpelle ( Amaroria ) ,  ou synstylés ( c.-à- carpelles faiblement unis , souvent  unis seulement par le style ou les stigmates ) ; supérieure . 

Si ovaire plus ou moins syncarpe , 2-5 ( -8 ) locules .

Styles 2-5 ( -8 ) ; libres, ou partiellement rejoint .

Placentation axile . 1 Ovules par loge  ; pendantes ; epitropes ( le micropyle est supérieur ) ; avec raphé ventral ; hemianatropes à anatrope ; bitégumentés ; crassinucellés . Le tégument externe ne contribue pas au micropyle .

Fruit charnu , ou non charnu , un ensemble, ou non agrégés.

- fruit sec ; drupe , baie , ou samare .  Le fruit syncarpe ou schizocarpe est indéhiscent .  fruit Méricarpe quand schizocarpique

 


 

 

Petit rappel : un glossaire pour le texte

 

* = Une feuille stipulée possède des stipules ;  les stipules sont des pièces foliaires, au nombre de deux, en forme de feuilles réduites situées de part et d'autre du pétiole, à sa base, au point d'insertion sur la tige. Bien qu'une paire de stipules soit considérée comme un élément de la structure type de la feuille des végétaux supérieurs, elle est souvent absente, ou réduite à des dimensions infimes.

La fleur complète est composée de quatre verticilles :

 

- le PERIANTHE : comprenant les deux verticilles CALICE (constitué par les sépales) et COROLLE (constituée par les pétales)

- l'ANDROCEE : étamines (organes mâles).

- le GYNECEE : pistil. (organes femelles).

 

Sans 361

 

Elle est alors TETRACYCLIQUE.(4 verticilles)

 

Si l'androcée comporte 2 rangs d'étamines la fleur est composée de 5 verticilles : elle est PENTACYCLIQUE.

 

La fleur est HEMICYCLIQUE (ou HEMISPIRALEE) quand plusieurs de ses pièces sont insérées en verticilles, alors que les autres pièces sont disposées en spirale.

 

Selon que les verticilles sont composées de 3, 4, 5 ... pièces on dira que la fleur est de type 3, 4, 5 ... ou bien qu'elle est trimère, tétramère, pentamère,...

 

La composition de la fleur peut être représentée par sa formule florale.

 

Exemple des Boraginacées (fleurs tétracycliques pentamères)

 

5 S + 5 P + 5 E + 2 C ( 5 sépales, 5 pétales, 5 étamines, 2 carpelles) ou S5 P5 A5 G5 (A = androcée et G = gynécée )

 

Exemple des Linacées (fleurs pentacycliques pentamères)

 

S5  P5  A(5 + 5) C5

 

Le Périanthe

 

- parfois inexistant : fleurs APERIANTHEES

- ou réduit à une seule enveloppe florale, ou formé de 2 verticilles de forme, de couleur et de consistance identiques (verticilles non différenciées en calice et corolle : fleurs APETALES). Si l'unique verticille est composé de pièces ressemblant à des pétales (sépales PETALOIDES) ces pièces sont appelées TEPALES.

Sans 368

- Les sépales peuvent être libres entre eux (fleur DIALYSEPALE) ou soudés (fleur GAMOSEPALE).

- De même les pétales peuvent être libres (fleur DIALYPETALE) ou soudés (fleur GAMOPETALE).

Sans 359

- Le calice peut être caduc ou persistant à la base du fruit (MARCESCENT). Il est ACCRESCENT s'il se développe après la fécondation et devient charnu et sucré (Mûrier).

Sans 360

 

L'Androcée

 

= verticille mâle de la fleur, ensemble des étamines.

Chaque étamine est composée d'un FILET portant une ANTHERE à 2 loges (le plus souvent) réunies par le CONNECTIF. L'anthère contient le pollen.

Sans 373

- Fixation de l'anthère ; celle-ci est :

* BASIFIXE lorsque le connectif est dans le prolongement du filet,

* MEDIFIXE lorsque le filet s'insère à mi-hauteur du connectif,

* APIFIXE quand l'anthère est suspendue par le haut du connectif.

- Déhiscence de l'anthère.

L'anthère s'ouvre pour libérer le pollen ; généralement par une fente longitudinale située :

* sur la face tournée vers l'intérieur de la fleur :

anthère INTRORSE

* ou sur celle tournée vers l'extérieur :

anthère EXTRORSE

* ou sur le côté :

anthère LATERALE.

Sans 375

Mais la déhiscence peut aussi s'effectuer par des pores, des valves, des clapets, un couvercle...

Sans 372

 

- Disposition des étamines :

* Type SPIRALE : les étamines en nombre élevé et indéterminé sont insérées en spirale sur un réceptacle conique (THALAMUS). Il y a POLYSTEMONIE.

* Type VERTICILLE : les étamines sont disposées en 1 (androcée ISOSTEMONE) ou 2 (androcée DIPLOSTEMONE) verticilles isomères des autres verticilles de la fleur.

* Il y a MERISTEMONIE :

- par multiplication du nombre de verticilles staminaux, isomères,

- par multiplication du nombre des étamines sur chaque verticille.

Sans 376

Les pièces des verticilles de l'androcée alternent avec celles du périanthe. Le verticille extérieur est normalement ALTERNIPETALE et EPISEPALE : l'androcée est diplostémone. Chez les Caryophyllacées la situation est inverse : le verticille extérieur est épipétale : il y a OBDIPLOSTEMONIE.

- Concrescence des étamines.

Les étamines peuvent être complètement indépendantes les unes des autres, ou plus ou moins soudées entre elles (androcée GAMOSTEMONE). Plus précisément :

- étamines soudées par les filets en formant une colonne creuse :

androcée MONADELPHE (Malvacées, une partie des Fabacées)

- étamines soudées par les filets en 2 faisceaux égaux ou inégaux

androcée DIADELPHE (une partie des Fabacées)

- étamines soudées en plusieurs faisceaux indépendants :

androcée POLYADELPHE (triadelphe: 3 faisceaux, ....)

Sans 377

- étamines soudées par les anthères, filets libres :

androcée SYNANTHEREE (Astéracées).

Sans 378

Le Gynécée

 

= verticille femelle de la fleur, représenté par le pistil. Le pistil est composé d'un ou de plusieurs carpelles comportant chacun un ovaire contenant les ovules et surmonté d'un style qui porte le stigmate.

- gynécée SPIRALE : les carpelles nombreux généralement libres sont placés en spirale sur le réceptacle convexe (thalamus).

- gynécée VERTICILLE : un ou plusieurs carpelles (en nombre isomère des pièces des autres verticilles floraux) sont disposés en un verticille unique.

- Les carpelles sont indépendants (gynécée APOCARPELLE ou DIALYCARPELLE) ou plus ou moins soudés entre eux (gynécée GAMOCARPELLE) formant un ovaire unique, uni ou pluriloculaire, chaque loge contenant un ou plusieurs ovules.

Sans 369

 

 

 

L'ovule est fixé au PLACENTA par le FUNICULE.

- Types d'ovules, selon leur orientation (Les types d'ovules et les modes de placentation sont présentés ici à titre purement indicatif. Ces caractères ne sont pas utilisés dans les clés analytiques ; leur observation nécessite un grossissement d'au moins x 20) .

*l'ovule est ORTHOTROPE lorsqu'il est dressé dans le prolongement du funicule

* l'ovule est CAMPYLOTROPE quand il est replié sur lui-même.

*l'ovule est ANATROPE quand il est rabattu par rotation sur lui-même le long du funicule, auquel il se soude (RAPHE)

- il est de plus EPITROPE quand la rotation se fait vers le haut en sorte que le raphé est inférieur à l'ovule. Il peut alors être :

- ASCENDANT (ovule appliqué contre le placenta)

- ou DESCENDANT (c'est le raphé qui est appliqué contre le placenta).

- ou APOTROPE quand la rotation se fait vers le bas (raphé supérieur à l'ovule).

 Sans 352

 

- Modes de placentation

- ovules placés sur le prolongement du réceptacle floral : placentation CAULINAIRE (BASILAIRE ou CENTRALE)

- sur les bords de la feuille carpellaire : placentation MARGINALE

ovaire uniloculaire : placentation PARIETALE

ovaire pluriloculaire : placentation AXILE

- sur toute la surface de la feuille carpellaire : placentation LAMINALE (ou SEPTALE)

- sur la nervure médiane de la feuille carpellaire : placentation MEDIANE (ou DORSALE)

Sans 353 

 

* Positions relatives des verticilles de la fleur

- Quand les carpelles sont insérés sur un réceptacle fortement bombé (thalamus) la fleur est THALAMIFLORE. De plus, si le pistil est posé sur un disque nectarifère la fleur est DISCIFLORE.

 Sans 354

Dans les deux cas, sépales et étamines sont insérés indépendamment sur le réceptacle au même niveau que le pistil ou un peu en-dessous (à moins que les étamines soient soudées à la corolle ou fixées dessus : COROLLIFLORE).

- La plante est une CALICIFLORE quand les sépales, pétales et étamines de ses fleurs sont soudés à la base et insérés sur le bord du plateau réceptaculaire (quelle que soit sa forme).

- L'ovaire est SUPERE quand sépales, pétales et étamines sont insérés au même niveau que le pistil ou un peu en-dessous qu'il s'agisse d'une thalamiflore, d'une disciflore ou d'une caliciflore .

Sans 362

Il est INFERE quand sépales, pétales et étamines soudés à la base (caliciflore) sont insérés plus haut que l'ovaire au bord du réceptacle en forme de coupe au fond de laquelle se trouve l'ovaire qui peut être :

LIBRE

ou ADHERENT : soudé à la coupe .

Sans 355 

Cette coupe peut être si profonde qu'elle prend parfois la forme d'un tube (tube HYPANTHIEL ou HYPANTHIUM) .

- Les Orchidacées présentent une organisation florale particulière . Les filets des 3 étamines et le style sont soudés pour former le GYNOSTEME. Au sommet de ce gynostème le stigmate est trilobé : le lobe supérieur est stérile et constitue le ROSTELLUM qui porte une petite cavité : la BURSICULE. Chaque loge d'anthère (2) contient une POLLINIE (sac à pollen) portée par un CAUDICULE. Les deux caudicules se réunissent en formant une petite pastille adhésive : le RETINACLE, emboité dans la bursicule. L'androcée est amovible et se fixe par le rétinacle visqueux sur la tête des insectes qui visitent la fleur.

Sans 356Sans 357

La plante est MONOIQUE lorsque le même individu porte des fleurs mâles et des fleurs.femelles.

Si les fleurs mâles et les fleurs femelles sont portées par des individus différents, la plante est DIOIQUE.

Si un même individu porte des fleurs mâles, des fleurs femelles et des fleurs hermaphrodites la plante est TRIMONOIQUE (ou POLYGAME, ou HETEROGAME).

Sans 363

 

* Fleur régulière ou irrégulière, actinomorphe ou zygomorphe.

La notion de regularité concerne la morphologie des pièces d'une fleur (forme, taille ...).

Un verticille de fleur est REGULIER quand toutes les pièces qui le composent sont identiques en forme et en taille. Les irrégularités accidentelles dues à l'intervention d'un insecte, à un obstacle à la croissance, à l'action du vent, ... ne sont pas prises en compte. Là comme ailleurs, pour une espèce donnée, il convient d'observer le plus grand nombre possible d'individus afin d'éliminer les anomalies.

Une fleur est REGULIERE quand tous ces verticilles sont réguliers.

Un verticille de fleur est IRREGULIERquand au moins une des pièces qui le composent est différente des autres, par la forme et/ou par la taille : labelle des Orchidacées, étendard des Fabacées pappilionoidées, éperon des Violacées, corolle bilabiée des Lamiacées, ... (voir les fiches d'identité de ces familles).

Sans 379

 

La notion d'ACTINOMORPHIE-ZYGOMORPHIE concerne les degrés de symétrie de la fleur (voir fig.15 a, b, c, d).

Une fleur est ACTINOMORPHE quand tous les plans passant par l'axe de la fleur et les points d'insertion de ses pièces sont des plans de symétrie (symétrie rayonnante, Messieurs Marcel GUINOCHET et Roger de VILMORIN in Flore de France) .

L'axe central des fleurs tétramères actinomorphes, complètes, est de plus un axe de symétrie.

Sans 358

Une fleur est zygomorphe quand elle n'a qu'un plan de symétrie (par suite de l'irrégularité d'un de ses verticilles, de l'avortement d'une de ses pièces ...)

- si ce plan de symétrie est le plan antéro-postérieur, il s'agit d'une ZYGOMORPHIE DROITE  : fleur papilionacée (Fabacées) ; Orchidacées ...

- si ce plan de symétrie est perpendiculaire au plan antéro-postérieur, il y a ZYGOMORPHIE TRANSVERSE
(G. DEYSSON - Cours de botanique générale Tome 2, 1ère partie, p.227). (Plantaginacées) .

- si ce plan de symétrie est oblique par rapport au plan antéro-postérieur, il y a ZYGOMORPHIE OBLIQUE (Belladone) .

Corollaires :

- une fleur régulière peut être actinomorphe ou zygomorphe.

- une fleur irrégulière est forcément zygomorphe

elle peut être complètement irrégulière au point de n'avoir aucun plan de symétrie. C'est le cas de Centranthus ruber : corolle éperonnée, avortement de 4 étamines sur 5, avortement de 2 carpelles sur 3 (voir fiche d'identité des Valerianacées).

- une fleur actinomorphe est forcément régulière.

- une fleur zygomorphe peut être régulière ou irrégulière.

 


 

 

 

 

Sans 367

 


 

 

 

 

 

 

 

Sans 371


 


Sans 370 

 

 

Fa Burseracées

 

Plantes ligneuses tropicales, à résine, baumes, encens ( Boswelia cartesi ); myrrhe (Commiphora abyssinica ): arbres d'Abyssinie et de la côte somalienne.Selon Watson & Dallwitz elle comprend 500 espèces réparties en 17 genres.

 

Appareil végétatif

 

- Arbres , ou arbustes; portant des huiles essentielles ( dans l'écorce ); résineux .

 

- Feuilles alternes , en spirale, ou distiques (rarement ) ;

 

- pétiole ; non gainé ; parfois glande mixtes , aromatique

 

- composé ; pennées , trifoliées , ou unifoliées ( rarement ) . Limbe pennatinervé .

 

- Feuilles exstipulees (généralement ) , ou stipulées (rarement ) ; 

 

Ex Commiphora abyssinica 

 

 Sans 380

 

 

 

Sans 381 

 

 

Appareil reproducteur

 

Type de la reproduction : la pollinisation . Plantes hermaphrodites , ou dioïque , ou polygames


Inflorescence , Fleurs regroupées en « inflorescences »; en cymes , en grappes , .... Inflorescences souvent en thyrses .

 

Fleurs petites ; régulières ; 3-5 mères; cycliques ; tétracycliques , ou pentacycliques .disque hypogyne présent voire absent.

Périanthe hétérochlamydé  (habituellement ) , ou sepalin ( la corolle manque parfois) ; 6-10 , 2 verticilles isomères;  Calice ( 3 - ) 4 , ou 5 , en 1 verticille ; gamosépale ( les sépales généralement fossile ) ; régulier ; imbriquées , ou en valves . Lorsque la corolle est présente, ( 3 - ) 4 , ou 5 , un seul verticille ; dialypétale , ou gamopétale (rarement ) ; imbriquées , ou en valve ; régulière .

Androcée 3-5 , ou 6-10. étamines libres du périanthe ; nettement inégales (souvent , lorsque deux verticiles ) , ou toutes égales ; non gamostémones (en général ), ou gamostémones (rarement ) , quand cohérente monadelphes (via filaments connées ) ; haplostémonie ou diplostémonie exclusivement des étamines fertiles . Si Étamines 4-5 , ou 8-10 ; diplostemonie (habituellement ) , ou obdiplostémonie ; haplostémonie , alternisepales . Anthères dorsifixes (légèrement ) , ou basifixes ;  s'ouvrant par des fentes longitudinales ; introrse ; tetrasporangiate


Gynécée ( 2 - ) 3-5 carpelles . Carpelles en nombre réduit par rapport au périanthe à isomères avec ce périanthe . Le pistil ( 2 - ) 3-5  ; Syncarpe ; ovaire supère . Ovaire (2 -) 3-5 loculaire . Styles 1. Placentation axile . Ovules ( 1 - ) 2 par loge ; pendantes; epitropes ( micropyle supérieur ), avec raphé ventral ;


Fruit charnu , ou non charnu ; indéhiscent (généralement ), ou déhiscent , une drupe , ou une capsule (rarement ). Graines exalbuminées ( ou presque ) . Cotylédons 2 . Embryon chlorophyllienne ( 2/2 ) ; droite ou laminé .

Germination phanerocotylaire , ou cryptocotylaire

 

 

 Sans 382

 

Sans 383

 

 

 

Sans 2

 

 

 

Fa Polygalacées

 

 

Ce sont des arbres, des arbustes, des plantes herbacées et quelques rares lianes des régions tempérées à tropicales. En France, elle est représentée par des plantes herbacées du genre Polygala.

 

g. Polygala : petites plantes ligneuses des pelouses et des tourbières.

 

Appareil végétatif

 

- Petits arbres, arbustes et herbes, ou des lianes (rarement, petit);

 

- portant des huiles essentielles, ou non.

 

- Plantes autotrophes (principalement), ou partiellement parasites (Salomonia).

 

- Parasite sur les racines de l'hôte (c'est-à-Salomonia).

 

- Sans agrégations remarquables de feuilles. Autoportant, ou légèrement grimpant . Mésophytique, ou xérophiles.

 

- Feuilles alternes, ou opposées, ou verticillées; 

 

- pétiole  subsessile; non-gainé; pennatinervées; 

 

- feuilles stipulées, ou exstipulées. Si les stipules sont présents, ils sont intrapétiolaires; souvent écailleuses, ou épineuses, ou représentées par les glandes.

 

Appareil reproducteur

 

Type de reproduction : 

 

- pollinisation. Pas de fleurs unisexuées . Plantes hermaphrodites. Pollinisation entomophile


Inflorescence 

 

- fleurs regroupées en « inflorescences »; en panicules, en grappes, ou en épis.

 

- Les unités ultimes de l'inflorescence sont cymeuses . 

 

- les pédicelles souvent articulés ;

 

- Fleurs avec bractée ou/et bracteole ; petites ou de taille moyenne , très irrégulières ;  zygomorphes .

 

- L'irrégularité florale implique le périanthe et l'androcée .

 

- Pentacycliques ; fleurs «pseudo- papilionacées ' . disque nectarifère hypogyne présent ou absent ; annulaire.


Périanthe

 

-  calice et corolle distincts , 8, ou 10 ; 2 verticilles , habituellement anisomères .

 

- calice 5 ( les deux sépales internes, postéro- latéralaux souvent de grande taille et pétaloïde ) ; 1 verticillées ; dialysepales (généralement ) , 

 

- Calice partiellement gamosépale , ou gamosépale (avec un tube court ) ;

 

Corolla 3 ( -5 ) , habituelement discline , souvent de type 3, constituée de la paire postérieure et une antérieure médiane dorsale souvent carénées et franges ; 1 verticille ; gamopétales ( à la base , et adnés au tube staminal ) , ou dialypétale .

 

- Lobes de la corolle nettement plus longs que le tube .

 

- Corolle irrégulière  mais pas bilabiée ( zygomorphe, le pétale médio-antérieur en forme de quille , les deux pétales supérieurs libres, petits ou manquants ) . Pétales frangés ( le pétale médio-inférieur en forme de barque ) ,


Androcée 8 (dérivée par suppression de l'étamine médiane de chacune des deux cycles ) , ou 10, ou 7 .

 

- Etamines adnées (généralement , à la corolle ) , cohérente (en général ) ,  presque toujours une monadelphes ( les filaments généralement unis en un tube fendu souvent adné à la corolle ) ; Haplostémonie ou diplostémonie.

 

- Androcée avec uniquement des étamines fertiles . Étamines 3-10 ; réduits en nombre par rapport ( anisomère ) au périanthe adjacent , ou isomère avec le périanthe, ou diplostemones .

 

- Anthères basifixes ; s'ouvrant par des pores , ou s'ouvrant par des fentes courtes , ou s'ouvrant par des fentes longitudinales ( rarement ) , ou s'ouvrant par des valves longitudinales ; uniloculaire à biloculaires ; bisporangiées ( par réduction ) , ou tetrasporangiées .

 

Gynécée

 

-2 carpelles (généralement ) , ou 2-5 carpelles .

 

- Le pistil ( 1 - ) 2 ( -5 ) . Syncarpe ; parfois styles soudés en colonne ; ovaire supère

 

- Ovaire (1 -) 2 ( -5 ) loculaire . 

 

-  Les stigmates de type sec ; non papillés ; 

 

- Placentation axile . Plusieurs ovules lorsque uniloculaire , Un seul ovule par loge quand pluriloculaire ,

 

-  Ovules pendants; épitropes ; avec raphé ventral ; arillés ou non arillés ; anatropes , ou hemianatropes ; bitégumentés ; crassinucellés .


Fruit charnu , ou non charnu ;

 

- déhiscent ou indéhiscent ;

 

- capsule ou une drupe, ou Samare. Capsules loculicide ...

 

- Graines endospermées, ou exalbuminées . Endosperme huileux .

 

 

Sans 384Sans 385

 

Fa Meliacée 

 

La famille des Méliacées (famille de l'acajou) est une famille d'arbres et arbustes . Selon Watson & Dallwitz elle comprend environ 50 genres et 575 espèces d'origine tropicale.

 

Ce sont principalement des arbres ou des arbustes ou rarement des plantes herbacées des régions tropicales.Le bois a souvent une teinte rougeâtre, collectivement on appelleces arbres et arbustes " acajous " ( langage courant, pas de sens botanique ). Notons le genre Swietenia, composé de nombreuses espèces dont S. mahagoni, l'acajous au sens restreint. Divers autres genres dont : Entendrphragma sp, Khaya sp, Cedrela sp. Les principaux genres aux point de vue nombre d'espèces sont :Les principaux genres sont Aglaia (100 espèces), Trichilia (65 espèces), Turraea (65 espèces) et Dysoxylum (61 espèces).

 

Les feuilles sont le plus souvent alternes, composées pennées (rarement bipennées), sans stipules. Quelques espèces sont à feuilles caduques, perdant leur feuillage soit en hiver, soit pendant la saison sèche, la plupart sont sempervirentes.

Les fleurs de petite taille, sont actinomorphes, à 4-5 sépales et pétales (pouvant aller de 3 à 7) et 8 à 10 étamines, souvent soudée en tube.

L'ovaire supère comprend de 2 à 6 loges.

Elles sont en général unisexuées, les plantes étant soit monoïques, soit dioïques.

La présence de staminodes ou phyllodes leur donnent parfois un aspect de fleurs bisexuées. Les inflorescences sont variées, en général thyrses ou grappes, parfois épis.

Les fruits sont généralement des capsules, parfois des drupes ou des baies.

Les graines des Méliacées sont disséminées par le vent (Cedrela, Entandophragma, Khaya, Swietenia), les animaux vertébrés comme les oiseaux tels les toucans en Amérique, calao en Afrique et Asie, et les primates (Aglaia, Trichilia), les éléphants (Carapa en Afrique) et les rongeurs (Carapa en Amérique) et par flottaison (Xylocarpus). Les espèces à petites graines ailées anémochores (dispersées par le vent) sont en général héliophiles (aiment la lumière) et celles à plus grosses graines non ailées avec ou sans arille (pulpe colorée enrobant la graine) disséminées par les animaux (zoochores) sont sciaphiles (aiment l'ombre du sous-bois).

Sans 386

 

Sans 387

 

 

 

V.1.12 Ordre des Sapindales  

 

- Plantes généralement ligneuses ;

- Feuilles alternes ou opposées

- Fleurs de type 5 ( ou 4)

- obdiplostémonie

- verticilles d'étamines incomplet

- Disque nectarifère extrastaminal ( intrataminal chez les Rutales )

 

Fa Anacardiacées

 

Plantes tropicales ou tempérées chaudes à feuilles alternes ; fleurs petites en panicules ; une druppe presque sèche.

 

-Les Anacardiaceae sont des arbres , des arbustes et des lianes peu ligneuses 

-l'écorce est résineuse .

-Les feuilles peuvent être simples, trifoliées ou pennées, alternes, opposées,exstipulées  et parfois avec des glandes translucides 

-Elles peuvent ou non avoir un pétiole comme ramification de la tige principale .

-Les bords des feuilles peuvent dentelées .
-Le périanthe est différencié en un calice de type 4-5 et une corolle de type 4-5 (rarement 2-3 la corolle peut parfois manquer complètement ) .
-L' inflorescence de la fleur est disposé dans une cyme , grappe , ou peut être composée de fleurs solitaires .

-Les fleurs elles-mêmes sont bisexuelles ( parfaite ) et à symétrie radiale , ou actinomorphes .

-L' androcée  a 5-10 étamines diplostémones , avec un filament et des anthères . Le filament se fixe à l'arrière de l' anthère et il s'ouvre longitudinalement , faisant face vers l'intérieur de la fleur.

-Le gynécée , dispose de 3 carpelles (dont 2 peuvent être abandonnés ) qui sont fusionnés en un seul pistil . L'ovaire a une loge , -ce qui signifie la fusion des carpelles , ovaire supère

-Le fruit est une drupe ou baie avec des huiles essentielles et manque généralement dans l'endosperme.

 
 
 Sans 388
 Notons les cinq espèces suivantes :
 
- Mangifera indica = Manguier; fruit = la mangue, au goût de Thérébenthine
 
- Pistacia vera = pistachier; graines comestibles ou pistaches
 
- Anacardius occidentale : fruit appelé noix de cajou
 
- Rhus sp. ; par exemple : R. typhina = le sumac, ornementale - Europe
 
- Cotinus coggygria = arbres à perruque - Europe
 
 
Sans 389 

Fa Aceracées 

 

 

Sans 391

 

 

Sans 393

 

 

Les érables sont les principaux représentants de la famille des acéracées. Les érables sont des arbres à ramification opposée (ce qui les distingue des platanes dont la ramification est alterne) 

 

En Belgique, on peut observer 3 espèces: l'érable sycomore (Acer pseudoplatanus) commun ; l'érable plane (Acer platanoides), plutôt rare ou au moins disséminé ; l'érable champêtre ( Acer campestre ), calcicole, plus petit que les précédents.

 

Sans 395

 

Les érables sont des arbres de taille moyenne, venant en bon sol et donnant un bois de qualité. 

Sans 392

 

 

 

 

Sans 394

Ci-dessous silhouette d'érable plane :

 

Sans 399

 

 

A noter encore :

 

A. negundo : arbuste à feuilles composées pennées

 

A. saccharinum = E. de Virginie, à ne pas confondre avec A. saccharum, l'érable à sucre, emblème canadien  

 

La sève de tous les érables est sucrée. On exploite celle du dernier cité  : sève brute que l'on évapore au goût pappelant celui du miel.

 

 

Fa Hippocastanacées

 

Un représentant très connu en Belgique : le Marronnier d'Inde ( Aesculus hippocastanum )

 

 

 

 

Sans 396

 

 

 

Sans 397 

 Sans 398

 

 

g. Aesculus : A. hippocastaneum = le Marronnier d'Inde, arbre décoratif à feuilles composées palmées et opposées 

 

 

 Sans 400

Le bourgeon est gros et visqueux et les fleurs sont érigées en inflorescence : des grappes dressées appelées thyrses.

 

Les fleurs sont de taille moyenne à large et généralement zygomorphes 

 

Fruit : capsule contenant une ou deux graines très volumineuses, les marrons ( à ne pas comprendre avec les chataîgnes; ces dernières sont comestibles sous le nom impropre de marrons ...)

 

Par rapport au type floral fondamental à  A5+5 , il y a avortement d'une étamine de chaque verticille donnant A4+4  des Sapindales, chez les Hippocastanacées ( G Asculus hippocastanum ) on peut figurer ene transformation plus profonde avec avortement d'une étamine supplémentaire donnant l'apparence d'une haplostémonie à 7 étamines.

 

Caractères généraux de la famille  

 

L'irrégularité florale implique le périanthe, ou impliquent le périanthe et  l'androcée (et souvent aussi le disque). Fleurs cycliques; tétracycliques à PENTACYCLIQUES.  disque hypogyne présent et extrastaminal; annulaire (ou unilatéral). 

 

Perianthe hétérochlamydé (9–)10; 2 verticilles ; isomère, or anisomère.

 

Calice 5; 1 verticille; dans la plupart des cas, il est dialysépale (Billia), ou gamosépale (Aesculus); si gamosépale →, sépales lobés obtus; campanulés, ou calice d'aspect tubulaire;sépales soit inégaux ( not bilabiés), or reguliers; imbriqués.

 

Corolle (4–)5 (parmi les 3 pétales inférieurs, celui du milieu manque parfois); 1 verticille; dialypétale; pétales imbriqués;inégaux mais corolle non bilabiée ;

 

Androcée ( 5 - ) 6-8 ( le verticille intérieur de cinq complet , le plus extérieur au moins réduite ) . étamines libres du périanthe ; nettement inégales ; libres entre elles ; 2 verticilles . Androcée exclusivement des étamines fertiles . Étamines ( 5 - ) 6-8 ; réduite en nombre par rapport au verticille du périanthe avec lequel le verticille d'étamines était isomère ; alternisepales , ou oppositisepales . Anthères dorsifixe ( près de la base ) ; étamines s'ouvrant par des fentes longitudinales ; introrse ;

 

Gynécée ( 2 - ) 3 ( -4 ) carpelles . Carpelles en nombre réduit par rapport au périanthe . Le pistil ( 2 - ) 3 ( -4 ) . Gynécée syncarpe ; eu- syncarpe ; ovaire supère . Ovaire (2 -) 3 ( -4 ) loculaire . Ovaire sessile . Gynécée à 1 style ;  . Stigmates 1 ; 1. Placentation axile . Ovules 2 par loge , pendantes à ordre (parfois l' ascendant inférieur, le pendulaire supérieure ) ; quand il n'est pas orthotrope , ou apotrope ( Engler ) ; crassinucellé .

 

Fruit non charnu; déhiscent, une capsule (lisse ). Capsules loculicide (grande, coriace, souvent monoloculaire par avortement).  Graines exalbuminées; grand (avec un grand hile reflétant l'incorporation du funicule dans le placenta, et adnation de l'obturateur placentaire). Embryon bien différencié. Cotylédons 2; épais et charnus souvent avec l'un beaucoup plus grand que l'autre

 
 

Fa Sapindacées

 

Plantes ligneuses des régions tropicales ou subtropicales .

Les feuilles sont impari-pennatiséquées, alternes et sans stipules.

Les fleurs, hermaphrodites ou unisexuées forment des panicules, ont (3–)4, ou 5(–7)en 1 verticille; sépales, (3–)4–5(–7) pétales en 1 verticille, 8 étamines( parfois 4,5,6 ou 10), 2-3-8 carpelles soudés et un ovaire supère.

Le fruit est une capsule.

 

Genres : Acer, Aesculus, Alectryon, Allophylus, Atalaya, Blighia, Bridgesia, Cardiospermum, Cossinia, Cupaniopsis, Diatenopteryx, Dimocarpus, Dipteronia, Dodonaea, Filicium, Harpullia, Hornea, Koelreuteria, Litchi, Melicoccus, Molinaea, Nephelium, Paullinia, Sapindus, Sarcotoechia, Schleichera, Tina, Ungnadia, Xanthoceras.

 

Epinglons Nephelium litchi, cultivée pour ses fruits

 

Sans 402

 

 

Le litchi est un arbre de taille moyenne qui peut atteindre une hauteur de 15 à 20 m. La silhouette générale est assez ronde, le feuillage est dense et bien couvrant.

Il possède des feuilles composées alternes de 15 à 25 cm de long. Elles sont paripennées, ce qui signifie qu'elles sont formées d'un nombre pair de folioles et qu'il n'y en a pas en position terminale. Les folioles, au nombre de 2 à 8 par feuille, mesurent chacune de 5 à 10 cm de longueur. Le dessus du limbe est d'un vert assez foncé et d'aspect vernissé, le dessous est plutôt grisâtre et d'aspect mat. Avant d'atteindre cette coloration à plein développement, les jeunes feuilles présentent une teinte rouge cuivré brillant puis vert tendre.

Les fleurs sont de petite taille (4 à 5 mm de diamètre chacune) et de couleur blanc rosâtre à blanc verdâtre. Elles sont formées d'un petit disque ovarien et nectarifère à deux carpelles surmonté d'une couronne d'étamines dressées, en général au nombre de six. La fécondation est assurée par les insectes, principalement par les abeilles. Les fleurs sont groupées en panicules dressés pouvant atteindre 30 cm de long.

Le tronc est souvent ramifié à faible hauteur du sol. L'écorce est lisse mais la surface du tronc est très irrégulière, côtelée ou cannelée.

L'intérieur du fruit contient une partie pulpeuse, de couleur blanc vitreux, parfumée et juteuse, riche en vitamine C, qui est en fait une arille, une excroissance produite au niveau de la bordure du hile, la cicatrice nourricière de la graine.

Bien qu'il y ressemble, le litchi n'est donc pas une drupe car le mésocarpe, au lieu d'être développé et charnu, ne forme que la mince pellicule médiane de la coque.

Au centre du fruit se trouve la graine unique, de forme oblongue, de couleur brun vernissé, qui ressemble à un petit marron d'Inde allongé. Cette graine est toxique et ne doit pas être consommée.

V.1.13 Ordre des Célastrales

Plantes ligneuses de petite taille à feuilles simples surtout des régions tropicales .

Fleurs de type 5 ( ou 4 ) avec haplostémonie A5+0 ( ou A4+0), A épisépale : disque nectarifère.


Fleurs souvent unisexuées par avortement des étamines ou du pistil.

Disque nectarifère parfois peu développé ( Houx ) ou au contraire, recouvrant presque tout l'ovaire mais rarement absent (Icacinacées ).

Les étamines sont isostémones aux pétales et alternent avec ceux-ci

L'ovaire supère est formé de 3 à 5 carpelles qui ne contiennent que quelques ovules anatropes, apotropes ( épitropes chez les Icacinacées ).

L'appareil végétatif, les inflorescences, les fruits sont très variables. Les Célastrales sont des arbres, des arbustes, des lianes (Hippocratéacées), plus rarement des herbes.

Les feuilles sont soit alternes (Aquifoliacées, Icacinacées), soit opposées (Salvadoracées), stipulées ou non.

Les inflorescences sont diverses : cymes, épis, parfois ombelles ou capitules. Les fruits sont secs (capsules et samares) ou charnus (drupes et baies).

Les graines sont exalbuminées chez les Salvadoracées.

Notons que le type floral est particulièrement variable chez les Hippocratéacées.

Fa Aquifoliacées

Les inflorescences sont variées. Ce sont des cymes, des pseudo-ombelles, des racèmes ou des panicules, axillaires ou subterminales. Exceptionellement, les fleurs peuvent être solitaires. Les bractées sont très réduites.

  Actinomorphes, les fleurs sont bisexuées ou uniséxuées (polygamie ou dioecie). Discrètes, elles possèdent un calice avec 4 sépales imbriqués, connés, jusqu'à 6 chez Phelline, parfois caducs. Les 4 pétales imbriqués ou plus rarement valvaires, parfois au nombre de 6 chez Phelline, sont soudés à la base ou libres chez Nemopanthus et Phelline. Ils sont fréquemment muni d'un acumen incurvé apical.

  L'androcée possède 4 étamines alternipétales et libres, jusqu'à 6 chez Phelline, réduite souvent à des staminodes chez les fleurs femelles. Exceptionellement, il peut y avoir 4-12 étamines haplostémones. Les filets sont courts, rarement absents, et les anthères sont biloculaires, à déhiscence introrse et longitudinale, rarement pétaloides.

  L'ovaire est supère, formé de 2-15 carpelles soudés, contenant au moins deux loges. Le style est unique, terminal et parfois minuscule. Le stigmate est capité, disoide ou sublobé. La placentation est axile, avec 1, rarement 2, ovules amphitropes ou anatropes dans chaque loge. On retrouve aussi des ovaires rudimentaires subglobuleux ou pulvinés chez les fleurs mâles.

  Le fruit est une drupe bacciforme, avec généralement 1-4 pyrènes; chacun renfermant une graine. Cette dernière a un embryon droit, un albumen abondant et des cotylédons comprimés.

- g Ilex : Ilex aquifolia = le Houx, arbuste à feuilles épineuses, à fleurs blanches ; fruit = baie rouge. Présent dans les bois acides.

Sans 403

Le houx commun est un arbuste à croissance très lente, à port buissonneux, dont la taille adulte est généralement de quatre à six mètres. Certains pieds peuvent former de véritables arbres. Il existe en forêt de L'Isle-Adam (Val-d'Oise) un houx colonnaire de 18 m de haut. Le houx peut vivre jusqu'à 300 ans et au-delà. Son écorce est gris pâle et lisse.

Sans 404

Ses feuilles alternes, simples, ont un pétiole court et un limbe de 5 à 7 cm de long, coriace, de forme générale ovale, au bord ondulé et épineux, parfois lisse sur les individus âgés. D'un vert brillant foncé (luisant) à leur face supérieure, plus pâles sur leur face inférieure, elles sont munies d'épines acérées. Certaines variétés ont le feuillage panaché de blanc. Ces feuilles persistent généralement trois ans.

C'est une espèce dioïque (avec des individus mâles et femelles séparés), on peut néanmoins trouver des individus monoïques. Les fleurs blanches, de petite taille (6 mm de diamètre environ), tétramères (4 pétales, 4 sépales, 4 étamines et ovaire à 4 stigmates) sont groupées en petites cymes apparaissant à l'aisselle des feuilles vers mai-juin. Les pétales sont soudés à la base (fleurs gamopétales). Les étamines alternent avec les pétales et sont soudées à la base de la corolle. Les fleurs femelles portent des staminodes, sortes d'étamines stériles, l'ovaire supère est formé par la réunion de 4 carpelles soudés et porte une stigmate sessile à 4 lobes. Les fleurs mâles portent seulement des étamines. Les pieds femelles ont besoin d'au moins un pied mâle dans les environs pour fructifier.

 

Les fruits, qui n'apparaissent que sur les pieds femelles, sont de petites drupes sphériques de 7 à 10 mm de diamètre, d'un rouge éclatant, parfois jaunes, à maturité, qui contiennent quatre noyaux, enserrant une graine lignifiée. Ces fruits qui murissent en fin d'été sont toxiques. Ils persistent tout l'hiver.

Le bois dur et homogène, assez lourd (densité : 0,95), est de couleur blanc grisâtre, brunissant avec l'âge.

- Iles paraguariensis ou " mate du Paraguay ", contient de la caféine.

Fa Celastracées

La famille est presque cosmopolite, mais essentiellement concentrée dans les régions tropicales ou subtropicales.

Appareil végétatif
 
Les Celastraceae sont des arbres ou des arbustes caducs ou persistants, parfois grimpants (Salacia) ou volubiles (Hippocratea, parfois des lianes ligneuses. Des racines aeriennes se développement parfois (Celastrus), parfois épineux (Maytenus). Certains arbres sont munis de contreforts. Les feuilles sont opposées ou pseudo-opposées, alternes chez Cassine, pétiolées, exstipulées ou munies de stipules réduites et caduques. Le limbe est simples, souvent coriaces, à la nervation pennée et reticulée, aux marges entières, crénelées, serratulées ou dentées.

 

Appareil reproducteur

Les inflorescences, axillaires ou terminales, sont des cymes, des racèmes, des thyrses, des fascicules, plus rarement des panicules ou réduites à des fleurs solitaires.

 Les fleurs sont actinomorphes, généralement petites et verdâtres, bisexuées ou unisexuées. Les 3-5 sépales imbriqués, libres ou soudés à la base, et les 3-5 pétales libres, rarement uniques, sont insérés sur ou sous le bord d'un disque annulaire charnu et glanduleux, celui ci étant presqu absent chez Microtropis.
 
Les 3-5 étamines, insérées sur le disque, sont libres et alternipétales. Les anthères sont biloculaires, plus rarement uniloculaires, basifixes à dorsifixes, et à déhiscence longitudinale, transversale chez Hippocratea, introrse, extrorse ou latrorse. 
 
L'ovaire est supère ou semi-infère, et formé de 2-5 carpelles soudés en 2-5 loges, parfois incomplètes, chacune contenant généralement 2 ovules érigés ou pendants sur des placentas axiles. Le style est unique, terminal, très court, parfois absent, et terminé par un stigmate capité ou avec 2-5 lobes.
 
Le fruit est une capsule à dehiscence loculicide, de nature schizocarpique, libérant 2-5 méricarpes indéhiscents, plus rarement une samare, une baie ou une drupe, encore plus exceptionnellement une capsule indéhiscente ou une noix au style latéral. La capsule de certains Euonymus peut posséder des excroissances épineuses. Le péricarpe est coriace ou charnu, lisse, anguleux ou munis d'ailes épineuses (Euonymus). Les 2-12 graines lisses ou non, albuminées ou exalbuminées, ont un gros embryon droit. Elles sont souvent dotées d'un arille basale et colorée favorisant leur dispersion par les oiseaux. Les cotylédons sont plats et connés, et la germination est épigée.

 

Sans 406

 

- genre Evonymus ; E. europaea : Fusain d'Europe ou " Bonnet de curé " . Rameaux verdâtres quadrangulaires ; fleurs et fruits très décoratifs : fruits = capsule de couleur violacée s'ouvrant en quatre lobes et rappelant la forme du bonnet de prêtre ...

Sans 407

 Le fusain est un arbrisseau spontané sur certains sols calcaires. Un dessin réalisé au fusain est fait avec du carbon de bois issu de la plante.

 

Fa Celastracées

 

Constitution et forme des feuilles

 

- petits arbres ou arbustes.

- Feuilles opposées, pétiolées; sans odeur marquée, apparemment simples (au moins parfois, dans Turpinia) ou composées (généralement)

- Limbe pennatinervé; Stipules caduques. Marges du limbe habituellement dentelées, ou dentées.

Plantes hermaphrodites, ou monoïque ou dioïque , ou encore polygames

 

Inflorescence 

 

- Fleurs regroupées en « inflorescences »; en grappes ou en panicules .

- Inflorescences terminales ou axillaire ; panicules tombant ou grappes.

 

Fleurs avec bractée ; petite ; régulière ;  pentamères; cyclique .   disque nectarifère hypogyne présent ; intrastaminal .

- Périanthe avec calice et la corolle distinct ; 10 ; 2 verticilles isomères ; sepaloide et pétaloïde , ou pétaloïde .

- Calice 5 (souvent pétaloïde ) ; 1 verticille ; plus ou moins dialysépale ,régulier ; sépales imbriqués .

- Corolle 5 ; 1 verticille ; dialypétale ;pétales imbriqués ;corolle régulière .

Androcée 5

 

- Etamines libres du périanthe ; toutes égales ; libres entre-elles ; un seul verticille . exclusivement des étamines fertiles .

- Étamines 5 isomères au périanthe ; opposisepales ; alternance avec les membres de la corolle ; 

- Anthères dorsifixes s'ouvrant par des fentes longitudinales et introrses ;

Gynécée 2-3 ( -4 ) carpelles .

 

- Carpelles en nombre réduit par rapport au périanthe . Le pistil souvent syncarpe ( c'est à dire souvent ) , 2-3 ( -4 ) annulée. Gynécée apocarpous ( Euscaphis

( 1 - ) 6-12 ovules .

- Ovaire généralement syncarpe et 2-3 ( -4 ) loculaire .

 

Fruit charnu , ou non charnu

 

- follicule déhiscent ( Euscaphis ), le fruit est déhiscent quand il est syncarpe , ou schizocarpe ( le carpelle gonfle et ouverture le long de ses sutures internes ,

- parfois complètement séparé ( dans Staphylea ) , ou indéhiscent ( en Turpinia ) .

- Le fruit est méricarpes quand il est de type schizocarpique , 2 , ou 3 , comprenant les follicules

- Si le fruit est syncarpe, c'est  une capsule ou une baie ou une drupe ( gonflé et déhiscence apicale chez Staphylea , indéhiscent et sec ou légèrement charnu chezTurpinia ) .

- Graines copieusement endospermiques. Endosperme huileux .

 

 

Epinglons le faux-pistachier : Staphylea pinnata

 

 

Sans 408

 

 

Fa Buxacées 

 

Voir O. Euphorbiales

 

V.1.14 Ordre des Rhamnales.

 

-  L'ordre des Rhamnales est très homogène et, dès lors, la plupart des botanistes sont d'accord quant à sa délimitation et quant à sa division en trois familles.

- Ce sont des plantes en grande majorité ligneuses dont les inflorescences sont de type cymeux, parfois complexe :

- Leurs fleurs sont rayonnantes, cycliques, hypogynes, périgynes ou épigynes, pourvues d'un calice et le plus souvent aussi d'une corolle ; celle-ci pentamère ou      tétramère est généralement dialypétale ;

- Un verticille d'étamines ( haplostémonie), antépétales, au pollen généralement binucléé A0+5 ( ou A0+4).

- La plupart des espèces possèdent un disque intrastaminal plus ou moins développé.

- Le gynécée comporte deux à huit carpelles soudés en un ovaire supère ou infère; chaque loge carpellaire renferme un ou deux ovules dressés, anatropes, bitégumentés.

 

L'ordre des Rhamnales constitue une lignée parallèle à celle des Célastrales, qui ne comporte de même qu'un verticille d'étamines, mais antésépales. Rhamnales et Célastrales descendent vraisemblablement d'ancêtres communs, à deux verticilles d'étamines. Les trois familles composant les Rhamnales : Rhamnacées, Vitacées, Lééacées, présentent chacune des différenciations assez poussées, si bien qu'il est impossible de regarder l'une d'elles comme ancestrale par rapport aux deux autres.

 

Fa Rhamnacées

 

 

Ce sont des arbres, des arbustes, des lianes ou des plantes herbacées, souvent avec la fonction chlorophyllienne transférée aux tiges, certains adaptés aux zones arides, parfois épineux, des régions tempérées à tropicales. C'est une famille largement répandue.

Les rhamnacées sont présentes dans le monde entier, mais plus particulièrement dans les régions tropicales et subtropicales. Les plus anciens fossiles de rhamnacée datent de l'éocène.

En Belgique c'est la famille du nerprun purgatif (Rhamnus catharticus), arbrisseau sur sols calcaires, et de la bourdaine (Frangula alnus ou Rhamnus frangula) arbrisseau spontané en milieu acide , humide..

Le jujubier Ziziphus jujuba donne des fruits comestibles les jujubes ou dattes de Chine. Il est cultivé dans les régions tempérées chaudes.

Genre Ceanothus , lianes importantes en Afrique centrale.

 

 Sans 410

 

 

 

 

 

Sans 411 

 

Fa Vitacées ( Ampélidacées, Ampélidées )

 

 

Ce sont principalement des lianes ou des arbustes, parfois des plantes herbacées ou succulentes, souvent grimpantes, des régions tempérées à tropicales.

L'espèce la plus connue est Vitis vinifera, à l'origine des vignes qui donnent le raisin. D'autres genres donnent des espèces ornementales grimpantes (Ampelopsis, Cissus, Parthenocissus) au feuillage richement coloré à l'automne.

Plantes hermaphrodites, ou monoïques dioecique, ou même polygame

 

 

 

Sans 412Fleurs regroupées en « inflorescences »; en cymes et en panicules  ; cymes ou panicules , souvent complexes .

 

Fleurs avec bracteole ; petite ;  régulieres ; ( 3 - ) 4-5 ( -7 ) mères; cyclique ; tétracycliques . Disque nectarifère hypogyne présent et intrastaminal ;


Périanthe avec calice et la corolle distincte ; ( 6 - ) 8-10 ( -14 ) ; 2 verticilles ; isomeres . Calice ( 3 - ) 4-5 ( -7 ) ; 1 verticille ; dyalisépale ( représenté par lobes ) , ou gamosépale (réduit à un collier ) ; légèrement lobulés , dentés ; réguliers ; persistants , ouvert dans le bourgeon .

 

Corolle ( 3 - ) 4-5 ( -7 ) ; 1 verticille ; gamopétale ; valvaire ; régulière .

Androcée ( 3 - ) 4-5 ( -7 ) . étamines libres du périanthe ( inséré à la base du disque ) ; toutes égales ; libres les unes des autres ; 1 verticille . exclusivement des étamines fertiles . Étamines ( 3 - ) 4-5 ( -7 ) ; isomère avec le périanthe ; alternisepales ; opposipétales. Anthères indéhiscentes par des fentes longitudinales ; introrses ;


Gynécée 2 carpelles ( presque toujours ) , ou 3-6 carpelles . Carpelles en nombre réduit par rapport au périanthe (généralement ) , ou isomères avec le périanthe . Le pistil 2 ( -6 ) est unicellulaire . Gynécée syncarpe ou eu- syncarpe ; Ovaire 2 ( -6 ) loculé . Styles 1 ; Stigmates 1 ; Fruit charnu , indéhiscent ; une baie ; 4 graines. Graines endospermiques .

 

En résumé, ce sont des lianes à vrilles; feuilles palmées alternes; les tiges = ceps; inflorescences en grappes de grappes opposées aux feuilles; pétales souvent soudés entre eux au sommet, formant  capuchon, baies appelées raisin.

 

Importance considérable dans certaines régions ; viticulture. Plantes surtout tropicales et tempérées chaudes ; importance de l'exposition des vignobles.

 

- Vitis vinifera = vigne cultivée

 

On accepte plusieurs sous-espèces :

  • Vitis vinifera subsp. sylvestris (C.C.Gmel.) Hegi - La vigne sauvage ou lambrusque, dioïque (strictement protégée en France)
  • Vitis vinifera subsp. vinifera (syn Vitis vinifera var. sativa) - La vigne commune à proprement parler, fleurs hermaphrodites.

 

- Parthénocissus quinquefolia = vigne vierge, plante grimpante.

- Espèces cactiformes, adaptations xérophytique

 

La Vigne sauvage, la Vigne des bois ou la Lambrusque(Vitis vinifera subsp. sylvestris) est une sous-espèce de liane forestière de la famille des Vitaceae. Cette sous-espèce de Vitis vinifera a une longue durée de vie et colonise les lisières forestières, mais peut aussi avoir un comportement de pionnière aux abords d’écotones forestiers (sur sols colluvions, alluviaux, cailloutis, chablis...). Les formes cultivées sont classées dans la sous-espèce Vitis vinifera subsp. vinifera (=subsp sativa Hegi).

Ce sont des lianes réputées pour pousser sur les arbres mais qui semblent également adaptées à la colonisation des grandes roches et des murs. Cette sous-espèce est considérée par nombre de spécialistes comme l’ancêtre ou le plus proche parent sauvage des vignes cultivées contemporaines et anciennes, comme le confirme la découverte de feuilles fossilisées de l’ère tertiaire et des restes archéologiques de pépins consommées par l'homme paléolithique il y a 11 000 ans.

Sans 413

 

Il faut bien distinguer les membres de ce taxon qui n'ont jamais été cultivés, qualifiés de « lambrusques spontanées », des individus issus d'anciennes vignes cultivées puis abandonnées et qui se sont reproduits par multiplication végétative (lambrusques postculturales) ou sexuée (lambrusques subspontanées). Les "vignes sauvages" rencontrées dans certaines régions sont le plus souvent des porte-greffes ou des hybrides interspécifiques retournés à l'état naturel.

 

 

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 09/06/2014