néolithisation 7

h) La néolithisation

1) Définition 

 Le Néolithique est une époque préhistorique marquée par de profondes mutations techniques et sociales, liées à l'adoption par les groupes humains d'une économie de production fondée sur l'agriculture et l'élevage, et impliquant le plus souvent une sédentarisation. Les principales innovations techniques sont la généralisation de l'outillage en pierre polie et de la poterie en céramique.

Dans certaines régions, ces importantes mutations sont relativement rapides et certains auteurs ont pu parler de « révolution néolithique » (. La néolithisation est toutefois un phénomène progressif, survenu à des dates différentes selon les régions. Au Proche-Orient, le Néolithique débute autour de 9 000 ans av. J.-C. Il prend fin avec la généralisation de la métallurgie et l'invention de l'écriture, autour de 3 300 ans av. J.-C.

L'expression « révolution néolithique » a été introduite par l'archéologue australien Gordon Childe. Elle fait référence à un changement radical et rapide, marqué par le passage d'une économie de prédation (chasse, cueillette) à une économie de production (agriculture, élevage) .

2) Hypothèse 

Cette hypothèse d'un changement rapide, si elle est encore largement discutée par les préhistoriens, s'oppose aujourd'hui à la théorie d'une évolution plus progressive. En effet, l'adoption de l'agriculture ne s'avère pas aussi rapide qu'on pouvait le croire durant la première moitié du XXe siècle. De plus, elle n'est ni synchrone à l'échelle des différents continents, ni universelle. Les premiers agriculteurs exploitaient encore les ressources naturelles et certains groupes ont conservé une économie de chasseur-cueilleur jusqu'à nos jours. Il existe également des exemples de groupes de pasteurs nomades. L'adoption d'une économie de production semble être un phénomène progressif, initié selon certains auteurs dès le début du Mésolithique.

Si la néolithisation est une des étapes majeures de l'aventure humaine, au même titre que la domestication du feu ou la révolution industrielle, le fait de la qualifier de révolution a été critiqué dans la mesure où l'adoption des innovations qui la caractérisent n'est ni brutale, ni simultanée 

3) Chronologie

La chronologie du Néolithique est particulièrement délicate à établir puisqu'elle diffère en fonction des régions du monde et en fonction des critères de définition que l'on retient. Plutôt qu'une époque, le Néolithique est considéré par certains auteurs comme un stade culturel défini par un ensemble de traits techniques, économiques et sociaux

La néolithisation est-elle d'origine économique, sociale ou culturelle? Longtemps les historiens ont cru que l'invention de l'agriculture et de l'élevage définissait le phénomène, mais on sait aujourd'hui qu'il n'en est rien.

Il existe toutefois un consensus assez large pour reconnaître qu'un des foyers de néolithisation les plus anciens se situe dans le croissant fertile, au Moyen-Orient. Vers la fin du IXe millénaire av. J.-C., les groupes humains, déjà en partie sédentaires, commencent à y domestiquer les animaux (mouton, chèvre) et les plantes (blé, orge suivis de légumineuses). Au début du VIIe millénaire av. J.-C. : fabrication de poteries et pratique du tissage.

 

Les nouvelles connaissances et les nouvelles pratiques qui caractérisent le Néolithique du Proche-Orient vont progressivement gagner l'Europe de l'Ouest et le pourtour de la Méditerranée à partir de 6 500 av. J.-C. Elles suivent différentes voies et différents moyens de propagation, qu'il s'agisse de diffusion des pratiques ou de migrations de populations.

D'autres foyers de domestication des plantes et des animaux :

* Indus (buffle, volaille) ;
* Extrême-Orient (riz, millet) vers 6 000 av. J.-C. ;
* Mexique (maïs, cucurbitacées) vers 5 000 à 4 000 av. J.-C. ;
* Pérou (maïs, haricot, pomme de terre, camélidés) vers 5 000 à 3 000 av. J.-C. ;
* Afrique subsaharienne (mil, sorgho, igname) entre 5 000 av. J.-C. et 2 000 av. J.-C. (selon la céréale et le lieu).
* En Europe la diffusion de l'agriculture à partir de la Mésopotamie se déroule de 4 000 av. J.-C. à 2 500 av. J.-C.

La datation de la fin du Néolithique est également problématique. Si l'on ne considère que la période chronologique, elle prend fin avec le développement de l'utilisation technique des métaux et le début de l'Âge du Bronze, soit vers 2 500 av. J.-C. en Europe occidentale. Le Chalcolithique est une période intermédiaire marquée par l'émergence du travail de certains métaux (cuivre, or, argent) mais encore rattachée au Néolithique par de nombreux aspects (industrie lithique et osseuse, céramique, mégalithisme).

 

 

 4. En résumé, les innovations techniques autres que la culture et l'élevage 

a) Outils en pierre

La technique du polissage est utilisée dès le Paléolithique supérieur pour le travail des matières dures animales (os, bois, ivoire) mais aussi, plus rarement, de la pierre, notamment au Japon. Elle est également attestée ponctuellement dans des sociétés de chasseurs-cueilleurs, comme dans le Mésolithique de la plaine russe ou chez les aborigènes d'Australie.

Toutefois la généralisation du polissage n'intervient qu'au Néolithique avec le développement des travaux de défrichage liés à l'agriculture. Cette technique permet en effet d'obtenir des haches et des herminettes aux tranchants réguliers et très résistants, qui pourront trancher les fibres du bois sans s'esquiller. Il est important de souligner que le polissage n'est que la dernière étape de la fabrication de la lame de hache et qu'elle intervient après un façonnage généralement bifacial.
Hache en pierre partiellement polie : la phase de façonnage est encore perceptible

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/65/Haches_pierre_polie.jpg

 

Haches polies du Vème millénaire av J.C 15 0 28 cm 

b) Poterie et migrations

Les outils de pierre polie sont réalisés à partir de roches dures (silex) ou de roches vertes tenaces, éruptives (basaltes, dolérites...) ou métamorphiques (amphibolites, éclogites, jadéites...). Les roches tenaces sont parfois travaillées par sciage ou bouchardage avant d'être polies. Le polissage s'effectue par frottement sur un polissoir dormant ou mobile (grès, granite, silex...)

 

 

 

 Ce phénomène mondial qu'est le Néolithique s'est  propagé vers l'ouest selon deux voies :
Vers -6000, -5000, selon la région considérée, la révolution néolithique commence à gagner l'Europe orientale et méditerranéenne (côtes ligures, espagnoles et françaises). (Céramique de type imprimée ou cardiale)
A l'extrême sud de la plaine hongroise naît la civilisation du Danube, le " Rubané ", ainsi nommé à cause de ses céramiques ornées des sillons parallèles en forme de rubans. Elle connaît une extension considérable jusqu'au Rhin et la Belgique. Le courant danubien atteint le nord de la France, et au IV° millénaire le Bassin parisien.

 

Exemple de poterie rubanée

 

Au début du Néolithique, les récipients sont en bois, en courge séchée (calebasse) ou en argile séchée au soleil. La poterie cuite au feu apparaît dans de nombreux endroits, environ 8 000 ans avant notre ère (10 000 ans au Japon).
Elle est présente à tous les stades du Néolithique, et sa forme, ses décors, sa pâte et son mode de cuisson servent à marquer les époques et à dater les niveaux d'occupation. Apparaissent en poterie des formes de bouteilles à col ou à panse globulaire, de plats, d'assiettes, de jattes carénées, de coupelles en forme de " brûle-parfum ", de " coupe à socle ", ou de "vase support ".

L'invention de la céramique dans le croissant fertile est sans doute liée au développement de l'agriculture. Pour faire face aux besoins de stockage ou de cuisson des céréales et autres aliments, la poterie s'avérera tout à fait adaptée.

L'impact de cette nouvelle technologie sur les populations, fut très fort car au-delà de son aspect utilitaire, la céramique fut également un facteur d'identité culturelle peut être de cohésion sociale.
Afin de décorer, ou pour permettre une meilleure tenue en main, on imprime des décors en relief à l'aide de divers objets (corde tressée, épis de blé, bord de coquillages, rayures d'ongles). Par la suite les décors imprimés sur le ventre des poteries permettront de différencier les populations les unes des autres. Ainsi la céramique cordée, qui précède l'âge du bronze en Europe, est décorée par incision à l'aide d'une cordelette.
La céramique linéaire, qui est la plus ancienne céramique néolithique d'Europe centrale et orientale (VI° millénaire), présente des chevrons, des rubans en arcs de cercle, des spirales doublées d'incisions et d'impressions. Une forme particulière dite à " notes de musique " consiste à renforcer les incisions le long des impressions, les lignes parallèles ainsi créées faisant penser à des portées musicales.
En Europe, un coquillage nommé Cardium edule a donné son nom à la civilisation à poterie imprimée appelée aussi poterie cardiale (VI°-V° millénaire). Le décor forme des lignes en zigzags disposées en panneaux ou en lignes horizontales. Le fond est arrondi et la poterie est facilement préhensile, grâce à des boutons et des anses.


La céramique néolithique était surtout destinée à un usage domestique de stockage. Les formes de bols, pots, jarres, grands plats " husking-trays " en témoignent. Par exemple le " husking-tray " servait à décortiquer les grains. La forme d'un objet n'était pas issue d'un acte gratuit, mais d'un choix délibéré associé à une fonction précise.
Le mode de cuisson était largement maîtrisé, atteignant des températures avoisinant 700 à 800°C et les décors ainsi que les formes étaient élaborés pour une céramique modelée, c'est-à-dire façonnée à la main et non au tour de potier, qui n'apparaîtra pour les céramiques fines que plus tard.

 

 

 La céramique ne possède pas uniquement une fonction utilitaire. On a recourt à elle pour contenir des offrandes funéraires, ou comme urne funéraire, (civilisation des champs d'urnes). Certaines formes, certains décors, —on parle de " styles " céramiques—, avaient sans doute un rôle symbolique au-delà de considérations purement artistiques, évident pour les membres de la communauté. De plus de nombreuses figurines de " déesses " en terre cuite, jalonnent le Néolithique dans presque toutes les régions.
L'évolution de la céramique s'est faite dans le temps, mais aussi dans l'espace pour un temps donné, par exemple en France, elle fait son apparition vers 6 000 ans avant J .C.

5) Art 

 Caractéristiques générales de l'art Néolithique en Europe

Production de sculptures en terre , représentant souvent des femmes. Céramiques plus ou moins décorées selon les sites, Maisons et petits village, Nécropoles, Tumulus et alignement mégalithique, bijoux, apparition de la roue et du chariot . Haches en silex, diorite ou serpentine. Outils liés au cycle agricole.
 

Néolithique ancien en Europe (-6.000 à -4500 en Europe)

C'est celui des migrations signalées ci-dessus (Danubien et Méditerranéen) depuis le croissant fertile vers l'Europe occidentale
On trouve donc tout au long de ces parcours des traces de cet art.
 

courant danubien :

Idole en terre cuite (Nécropole en Roumanie)
Personnage féminin assis (culture de Karanova dans les Balkans)
Céramiques peintes avec motifs enrubannés (Kukuteni en Roumanie)
Céramiques (Culture de VIN¨CA en Serbie

 

courant méditerranéen :

Site de Dimini en Grèce: village en pierres avec maison à 1 étage.
Poteries avec dessin cardial (nom du coquillage servant à graver le motif dans la terre)

Habits néolithiquesEn France on distingue 3 zônes :

Sud : la plus ancienne. Elle se caractérise par l'élevage du mouton, du boeuf, la culture du blé amidonnier, la création de céramique à pâte lisse et à fond rond avec l'utilisation de coquillages pour l'incrustation de motifs (céramique cardiale). Les habitants vivent dans des grottes où en plein air dans des huttes de torchis. Les sépultures sont généralement individuelles.

Est : issue de la civilisation danubienne; elle s'implante dans les grandes vallées et les bassins. Les habitants élèvent des boeufs et des porcs. Les cultures se font sur brûlis qui appauvrissent rapidement la terre et nécessitent donc des migrations fréquentes. Céramiques à dessins géométriques (dite rubanée) gravés et à fond plat. Maisons groupés en village (Cury les chaudars) de 50 à 100 habitants avec des fosses à détritus. Premiéres nécropoles

Ouest : Essentiellement la façade atlantique. Architecture religieuse et funéraire mégalithique. Dolmens recouverts d'un tumulus (kern) dont la chambre sépulcral était destinée à recevoir plusieurs inhumations. Les formes de ces dolmens évolueront des plus simples à celles avec transepts (monument de Parthenése en Bretagne). Menhirs comme à Tricastel et Carnac dont l'alignement forme des "cromlech". Ces menhirs ont 3 styles possibles : sobre et dont les dessins en écusson sont faits de lignes ondulées, de crosses..., monumentale puisqu'atteignant 20 mètres de haut à Loch Mariaquer (300 tonnes) ou baroque avec des lignes ondulées mais couvrant la totalité de la surface.

En Europe occidentale ou les 2 flux migratoires se rejoignent on trouve des céramiques avec des décors linéaires; des maisons collectives et des villages de quelques maisons; des tombes isolées (sépulture de Balloy en S et Marne avec mort en position fléchie et des vases, pointes de flèches ...) et les premières nécropoles. Objets de parure en schiste ou en roches dures.

Lieux de découverte

Site de Fontenay-le-marmion : poterie en linéaire poinçonné
Site mégalithique  de la Hogue : tumulus avec des chambres en couloir, recouvertes
La roche aux fées  en Bretagne : Dolmens alignés formant couloir d'accès.
Dolmen de Barnenez recouvert d'un amas pierreux (kern)
Tumulus et alignement de Carnac
Table des marchands en Bretagne à Locmariaquer :  Pièce constituée de pierres plates de très grandes tailles levées, avec des gravures serpentiformes et de haches sur les murs, caractéristiques de l'art dolménique.
Site de l'Armor Beden : couloir de 29 dalles décoré de motifs géométriques

Dans les sépultures de Carnac des colliers en pierre semi-précieuses et des haches polies annoncent le néolithique moyen 
 

Néolithique moyen (-4.600 à -3.500 en Europe)

S'étendant en direction des Alpes, du Massif Central, des Causses et de la vallée du Rhône, il se caractérise par une certaine homogénéité. A cette époque, curieusement, peu de vestiges de maisons (à cause de la mauvaise conservation des matériaux employés ??) mais des défenses pour protéger son territoire comme ces enceintes parfois très vastes en bois et/ou en pierres parfois en cercles concentriques. La céramique et l'os sont aussi utilisés pour fabriquer des statuettes généralement de femmes assises ou debouts

Camp de  l'étoile (Somme) et celui de Bourry en Vexin  (Oise) ou l'analyse  des sols montre des fossés avec talus et palissades
Apparition de la roue et donc du chariot
Sépultures individuelles en caissons ou mégalithiques

Lieux de découverte

Village de Noyen :Céramiques très peu décorés et de forme hémisphérique
Culture de Chassey (Chasséen) : vases à étranglement
Culture de Cerny : vases décorés de dessins sinusoïdaux

Sépulture à Passy (Yonne) composé de fossés parallèle très allongés (200 m env) menant a des sépultures contenant des céramiques et des vases à bouche carrée.
En Suisse : Premières cités lacustres pour des raisons de défense puisqu'il semble que les gens ne péchaient pas à cette époque.
    En Provence ces stèles néolithiques Provence : Stele neolithique  Provence : Stele neolithique

A Bercy Halle aux vins : pirogue en chêne et vase "bouteille" sans décoration.
A Jablines on a trouvé une mine d'extraction du silex ainsi qu'à Murs de Barez (Aveyron) et ailleurs en Angleterre et en Allemagne.
Couteaux à moissonner en silex fixé sur des manches en bois avec des bitumes ou résines.
Polissoir pour aiguiser les haches taillées et polir les haches polies.
 

Néolithique final (-3.600 à 2.000 en Europe)

Peu d'habitats retrouvés dans cette période comme lors de la période précédente mais de nombreux sites funéraires mégalithiques avec des sépultures collectives surtout dans le sud et avec des allées d'accès couvertes (Bazoch). Apparition de stèles et de statues-menhirs

Dans les villages disparition des enceintes. Conquête de nouveaux territoires comme ces habitats lacustres (contrairement aux croyances ils étaient construits sur les bords des lacs et rivières et non dans l'eau). Nouvelles techniques agricoles (joug, araire et travoie : système poser sur le dos de l'animal).

Les mines de silex se développent et l'habileté des chasseurs permet d'extraire des nucleus des lâmes de silex pouvant mesurer 40 cms de long !

Début d'exploitation du cuivre et de l'or

Lieux de découverte

Cave aux fées à Breuil en Vexin
Chaussée Thirancourt (Somme) ou 350 personnes environ ont été inhumées avec des outils
Haches polies et apparition d'objets imitant des formes métalliques et qui annoncent donc l'âge du cuivre et du bronze.

Le Néolithique se termine avec la généralisation de l'outillage en bronze

 6) Habitat néolithique

 

 

 

 

Au Proche-Orient, la fondation des premiers villages précède l'élevage et l'agriculture ; en Europe, ils sont souvent simultanés. Mais ces trois aspects sont étroitement liés : le berger et surtout le paysan ont besoin d'un habitat fixe. 

suivante précédente 

 

 

 

 

 

 

A partir de 5000 av. J.-C., les hommes ont cessé d' habiter dans des huttes précaires et sont devenus sédentaires : à côté de leurs champs, ils installent de vastes maisons de bois. Dans certaines régions, les maisons étaient construites sur pilotis, pour protéger leurs habitants des inondations et des animaux sauvages. Les hommes se sont regroupés en villages. Les plus grands villages comptaient une centaine de maisons. 

La maison de Cuiry lès Chaudardes

 Elle a été reconstituée à partir des découvertes de Cuiry-les-Chaudardes, dans l’Aisne.

Un village de l’époque des premiers agriculteurs-éleveurs pouvait être formé de 4 à 5 de ces longues maisons (celle-ci mesure 28m sur 4m, d’autres peuvent atteindre 48m sur 8m). A l’intérieur de ces maisons, 30 à 50 personnes pouvaient y vivre.
Elles étaient alignées, côte à côte, suivant une orientation est-ouest pour mieux résister aux vents dominants et le toit est à double pente, réaliser en roseaux et en chaume. Les murs sont réalisés selon la technique du clayonnage puis enduits d’un mélange appelé torchis à base d’argile et de matières végétales.

Dans un environnement naturel dominé par les forêts, les premiers travaux de défrichement ont commencé.

La charpente est portée par des rangées de 5 poteaux calés dans des trous très profonds. Les fosses latérales ont fourni, lors de la fouille, de nombreux vestiges qui permettent de reconstituer la vie quotidienne des habitants de la maison.

 Néolithique ancien ( 5000 av J.C)

 Le village Néolithique de Cuiry-les-Chaudardes dans l'Aisne est fouillé depuis 1972. Ce site est en pleine zone alluviale et est soumis aux intempéries.

Plus de 60 000 mètres carrés fouillés ont permis de mettre au jour une trentaine de maisons. Il s'agit de la plus grande surface fouillé en France sur un site Néolithique.

Plusieurs hameaux de trois ou quatre maisons, établis près de la rivière, s'y sont succédés pendant environ deux siècles.

Les maisons, rectangulaires et trapézoïdales, mesurent une dizaine de mètres pour les plus petites, quarante mètres pour les plus grandes. Etablis sur des terres fertiles, entre l'eau et la forêt, les bâtiments sont orientés selon la direction des vents dominants. C'est dans les fosses qui bordent les maisons, creusées pour la fabrication du torchis puis utilisés comme dépotoirs, que l'on a retrouvé l'essentiel des objets permettant de comprendre l'économie et la vie quotidienne des populations du Vème millénaire avant J.-C. Il ne subsiste des bâtiments que les trous de poteaux.

Chaque maison semble avoir abrité "une famille élargie" et l'on estime que le village pourrait avoir réuni une soixantaine de personnes. La construction du village de Cuiry-les-Chaudardes au début du Vème millénaire est attribuée à la venue de colons originaires de l'Est qui apportent avec eux une économie nouvelle fondée sur la pratique de l'agriculture et de l'élevage : il s'agit des peuples du Proche Orient.

suivante précédente

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 11/02/2015