Souffrance expiation exorcisme

Pour la mythologie universelle, la souffrance et la mort sont des tard venus. Partout, dans les mythes, quelles que soient les cultures, les commencements sont décrits comme parfaits. Au début des temps, il n'y avait nulle guerre, nul besoin de travailler, nuls maux, la souffrance et la mort n'existaient pas, hommes et animaux vivaient en paix et les dieux habitaient parmi les hommes. On restait éternellement jeune, ou comme le dit un mythe africain; quand on devenait vieux, on changeait tout simplement de peau et on retrouvait ainsi sa jeunesse. Puis, à la suite d'un événement énigmatique et incompréhensible dans sa structure profonde, et dont le récit de Genèse 3 est un excellent représentant (nullement isolé d'ailleurs), la mort est intervenue, la souffrance est apparue et la communion avec les dieux ou avec Dieu est devenue aléatoire. L'échelle ou la corde qui reliait Dieu aux hommes a été coupée. Avec la rupture de ce cordon ombilical, un nouveau monde commençait, le nôtre, où l'homme est seul avec lui-même, seul en face de ses angoisses et de la plus terrible de toutes: celle de la mort.

A la différence de l'homme moderne, pour l'homme des civilisations anciennes, la souffrance, quelle qu'elle fût et quelle qu'en fût la cause apparente, avait un sens. Aucune civilisation ancienne n'a jamais considérée la souffrance comme dénuée de signification. Dans ce domaine le christianisme, qui est fils de l'Antiquité, est allé encore plus loin, en affirmant les qualités salvatrices de la souffrance

Les malheurs ont toujours une cause. Les souffrances ne sont jamais arbitraires. L'homme des civilisations anciennes qui voit son champ dévoré par la sécheresse, son bétail décimé par la maladie, son enfant souffrant, lui-même pris de fièvre, sait que toutes  ces conjonctures ne sont pas  au hasard, mais à certaines influences magiques ou démoniaques contre lesquelles le sorcier ou le prêtre disposent d'armes efficaces.

Tout mal est réputé avoir une cause. Il parviendra soit de l'action magique d'un ennemi, d'une infraction à un tabou, de la colère d'un dieu, ou, lorsque toute ses hypothèses se sont révélées caduques, de la volonté ou du courroux de l'Être suprême. Une fois l'origine de la souffrance identifiée, celle-ci devient intelligible et par conséquent supportable. Ce sera la tâche du sorcier ou du prêtre d'en découvrir la cause, et de l'intégrer dans un système explicatif logique, première étape de la guérison.

[u]Le mythe d'Ishtar et de Tammouz[/u]

Dans l'aire méditerranéo-mésopotamienne on a mis très tôt les souffrances de l'homme en rapport avec celles d'un dieu. C'était leur donner un archétype, les faire accéder à la normalité. Le mythe le plus célèbre de cette catégorie est le mythe de la souffrance, de la mort et de la résurrection de Tammouz.

Ishtar, déesse de l'amour et de guerre (c-à-d qui régit la vie et la mort) épouse le berger Tammouz qui devint ainsi le souverain de la cité. Un jour, Ishtar décide de descendre aux Enfers (séjour des morts) pour supplanter sa soeur aînée, c-à-d pour abolir la mort. Elle réussit à pénétrer dans le palais de sa soeur, mais doit se dépouiller de tous ses vêtements, c-à-d abandonner tout son pouvoir. Sa soeur la fixe alors du regard de la mort et son corps devient inerte. Des messagers venus du monde d'en-haut parviennent à la rejoindre, mais les sept juges de l'enfer la retiennent en disant: " Qui donc, descendu aux enfers, est jamais remonté de l'enfer sans dommage ? Si Ishtar veut remonter des enfers, qu'elle fournisse un remplaçant ! ". Le remplaçant sera son mari Tammouz. Devant les lamentations de Tammouz, la souveraine des enfers décide qu'il ne restera qu'une moitié de l'année dans le monde des morts et que sa soeur le remplacera pour l'autre moitié.

Comment interpréter ce mythe ? Il raconte l'échec de la déesse de l'amour et de la fertilité pour conquérir le royaume de sa soeur, c-à-d pour abolir la mort. Les hommes doivent accepter comme le dieu Tammouz l'alternance vie/mort. La vie et la mort sont deux faces d'une même réalité, la vie et la mort formant un tout indivisible. Mais ce drame rappelait aussi à l'homme que la souffrance n'est jamais définitive, que le mort est toujours suivie de résurrection, que toute défaite est annulée et dépassée par la victoire finale.

Le christianisme historicisera ce schéma en l'appliquant à un personnage historique Jésus de Nazareth et en le transformant en schéma linéaire. Jésus de Nazareth est ressuscité une fois pour toutes et à un moment précis de l'histoire de l'humanité, sous Ponce Pilate, comme le dit le credo.

[u]Les rites destinés à éliminer le mal[/u]

1. La confession des péchés (en cas de transgression d'un tabou moral surtout sexuel)

Le mal qui a frappé l'homme est considéré très souvent comme le résultat d'une punition divine pour une faute morale. Ce mal restera en l'homme tant que la faute n'aura pas été confessée, exprimée verbalement devant le sorcier ou le prêtre. La confession est la première étape de l'expulsion du mal. C'est pourquoi dans les société archaïques elle est constamment associée à des pratiques éliminatoires qui visualisent et concrétisent l'expulsion du péché: ablutions, combustion symbolique du péché, vomissements, saignées. La confession orale concourt à cette élimination dans la mesure où grâce à elle le péché est "exprimé", au sens étymologique du terme, c-à-d expulsé. C'est là une forme élémentaire de délivrance.

Ces pratiques accompagnatrices disparaissent dans les religions récentes. La confession n'y est plus accompagnée par la contrition, le remords, le repentir intérieur. Mais la confession est et reste toujours délivrance, soit qu'il s'agisse de délivrer l'homme de douleurs physiques dont le péché est la cause, ou bien de l'angoisse intérieure et obscure qui lui fait détester le péché par lui-même.

Voir aussi: Mircea Eliade: Des secrets

[u]2. L'expiation (en cas d'infraction cultuelle ou de transgression collective)[/u]

L'expiation a pour but de restaurer la relation entre dieux et l'hommes, telle que celle-ci existait avant que ne fût commise de la part de l'homme une faute consciente ou inconsciente. La plupart du temps, il s'agit de détourner par des moyens magiques la colère des dieux. Il s'agit de rétablir une pax deorum en provoquant un changement d'humeur des dieux.

Ce qui motive très souvent une expiation, c'est la négligence d'obligations cultuelles, ou la transgression active de prescriptions sacrées.

A Rome, la profanation d'un bois sacré exigeait un sacrifice expiatoire d'un type spécial, le piaculum, en vue de propitier la colère des dieux. Dans le rituel védique, chaque erreur devait être compensée par un sacrifice expiatoire.

Les sacrifices au moment de la construction d'un nouveau bâtiment sont également des sacrifices expiatoires dans la mesure où la construction nouvelle risque de léser les droits du numen (génie) du lieu.

De même, les phénomènes naturels extraordinaires peuvent être l'occasion de rites expiatoires. La tribu des Semang, en Malaisie, accomplit, au moment des orages, des rites de mortification (flagellations) pour expier leurs péchés. De même, encore, des maladies exigent pour leur guérison des rites expiatoires: l'armée grecque devant Troie jette ses péchés dans la mer après l'apparition de la peste (Iliade I.313ss).

D'une manière générale, l'apparition d'une catastrophe appelle des rites expiatoires. Il y a même dans certaines religions des expiations périodiques, par ex., en Babylonie. Le Yom Kippour est dans le judaïsme le jour des expiations par excellence.

Variété des rites expiatoires: purifications, sacrifices sanglants (humains ou animaux), don d'argent, exercices ascétiques, prières, cantiques de purification (katharmoi).

Intercession:  l'acte expiatoire est souvent réalisé par une personne en faveur de toute une communauté. Dans le parsisme, c'est le prêtre qui expie les péchés de toute la communauté en buvant du haoma (c'est le soma védique). Lors de la fête du Nouvel an en Babylonie, c'est le roi qui porte les péchés de tout le pays et reçoit en représentation de son peuple l'absolution de la part du grand-prêtre.

Un animal  peut aussi accomplir l'expiation , en prenant sur lui les péchés de toute la communauté. Il est alors expulsé et tué. C'est le rite du bouc émissaire. des hommes aussi peuvent prendre sur eux les péchés de toute une communauté. Les Grecs appelaient (pharmakoi, "médicaments") des criminels que l'on brûlait sur un bûcher d'arbres sans fruits. On jetait leurs cendres dans la mer.

[u]3. L'exorcisme [/u]

C'est l'expulsion des démons en cas de possession démoniaque. C'est une technique de suppression de la souffrance, car dans beaucoup de sociétés anciennes ou archaïques, on considère que les malheurs, les maladies peuvent être l'expression d'une possession démoniaque. L'exorcisme consiste alors à expulser le démon par un rituel qui comprend en général deux éléments:

a) une formule, souvent une malédiction, où l'on nomme le démon et où on le somme de sortir du corps du possédé. Cette formule agit par sa seule prononciation.

b) Un geste symbolique qui agit par son seul accomplissement. En Babylonie, dans le cas d'un mal de tête rebelle, on plaçait un pain près de la tête et de l'eau de pluie aux pieds. Quand le prêtre proférait la malédiction, le démon passait dans le pain et dans l'eau, que l'on prenait soin de jeter le plus loin possible. Jésus accomplissait aussi des exorcismes (Matthieu 8.28

 

Page suivante : tabous alimentaires

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 10/02/2016