La Triade Cosmogonique

COSMOGONIE HELIOPOLITAINE    
C’est la plus ancienne connue raisonnablement, elle date de la période thinite et ses bases étaient déjà jetées avant la période dynastique. Elle fait intervenir 9 puissances ou déités, son nom est l’Ennéade de Héliopolis.
la création du monde varie selon les  cosmogonies mais toutes partent d’un chaos primordial : un océan  primitif (le Noun) d’où sort l’univers organisé sous l’action d’un démiurge. Le Noun est bien sûr un symbole qui est en quelque sorte l’envers du miroir par rapport à notre monde. Les anciens avaient décelé une organisation , une structure au sein de celui-çi et considéraient que l’avènement de cette structure régie par des lois tant spirituelles que matérielles constituait en fait la création. De cette manière, cet envers du miroir n’est pas un néant, mais un être mythologique non structuré, chaotique, il est ce que le monde n’est pas. Il est très important de constater que la création est l’émanation de l’inverse du Noun. Nous verrons plus loin, qu’il existe des "lignes de force" au sein de ce chaos que l’on appelle divinités pré-créationnelles.Selon la cosmogonie d’Héliopolis, ledémiurge créateur est le Soleil Atoum qui sort du Noun et trouve un endroit pour se poser : la butte primordiale. Il se lève ensuite sur la pierre "benben" qui servira de modèle aux obélisques. 
Atoum tire alors de sa propre substance* le couple divin, Shou 
et  Tefnout, d’où sortent les autres membres  de l’ennéade. Shou est le dieu de la lumière, le l’air, de la vie, Tefnout est la déesse de l’humidité. De ce premier couple de dieux, sont issus  Geb (la Terre) et  Nout (le ciel). Shou soulève alors Nout au-dessus de Geb et conçoit le monde terrestre et la voûte céleste. De l’union entre Geb et Nout naissent les deux couples Osiris-IsisSeth-Nephtys (l’ennéade est alors complète).
Selon la cosmogonie de Memphis, le dieu créateur est Ptah ; de sa pensée sont issues huit autre divinités. Dans cette conception, la création est issue du "Verbe", comme dans la religion chrétienne. Il y a la une complexification de la  pensée métaphysique comme nous le verrons plus loin.
La cosmogonie d’Hermopolis attribue l’origine du monde à l’Ogdoade, groupe de huit divinités (quatre couples). Les huit dieux (des grenouilles et des serpents) habitant l’Océan primordial conçoivent un oeuf qu’ils déposent sur une butte. De cet oeuf sort le Soleil qui crée le monde (le dieu créateur et donc ici, comme à Héliopolis, un dieu solaire
Les trois cosmogonies
Dans chacun des trois systèmes, la création émerge en tant que la terre levée ou Ta-Tenen hors de l’état chaotique avant création. Sur cette colline sacrée, à Héliopolis, Atoum-Rê, le dieu créateur se manifeste en soleil, quand il se lève pour la première fois. « Noun » est l’océan primordial inerte. La colline primordiale est le bâti de la création. Cette représentation picturale se rapporte au mode de pensée mythique. Cette terre levée était une métaphore centrale, un exemple de l’apparition de la création et de la lumière hors des eaux indifférenciées, dans lesquelles le chaos inerte s’étend, dormant et cachant tout par l’obscurité, dans laquelle l’autogéniteur flottait (c’est-à-dire Atoum, qui est ainsi Ba ou âme du chaos). C’était une sublimation métaphorique de l’environnement normal, à mettre en rapport dans ses racines avec le niveau annuel de l’inondation du Nil (la présence du Noun dans le profond de la création elle-même), et le phénomène de la décrue du Nil, laissant la vase noire particulièrement fertile à sa place (terre ou Kemitnoire) ; hors du chaos jaillit la lumière, hors de la nouvelle
vie émerge la mort , et le cycle est éternel (répétition).


La théologie d’Héliopolis

Elle souligne l’auto-création d’Atoum-Rê et sa création de tout au moyen de ses mains et son sperme (masturbation). Sous l’Ancien Empire, Ptah s’est appelé « le Grand Noble », « parlant » du nom du pharaon et fournissant à ce dernier des approvisionnements (Textes des Pyramides 573 §1482). Sous sa forme mythique, Ptah façonne l’oeuf primordial qu’Atoum divise (à Hermopolis, on dit que l’Ogdoade façonne l’oeuf). Ptah est le patron des artistes et des artisans. Son discours noble se rapporte-t-il à « sia » (conscience), à « hou » (Volonté) et à « heka » (magie) des Textes des Pyramides (qui ont incorporé cet élément, de même que les pensées Hermopolitaine et Osirienne) ?


Cosmogonie Héliopolitaine

Noun

=> Atoum (zep tepi)

=> Ennéade

=> Création

La cosmogonie d’Hermopolis

A Hermopolis, Thot est le « Vizir » de Rê : c’est sous la forme d’un ibis sacré qu’il laisse tomber le mot créateur qui crée le monde hors du chaos primordial de l’Ogdoade pré- créationelle. La « paix de Thot » était l’équilibre entre l’arrangement subjectifiant d’Héliopolis (auto-création) et la réponse objectifiante de Memphis (volonté et générateur tout-englobant). Mais essentiellement, il est facile de combiner l’arrangement Hermopolitain, avec son emphase sur la conception Memphite de création-par-le-mot, qui deviendra dynastique sous la III° dynastie (quand Memphis devient capitale de l’Egypte).
Cosmologie Hermopolitaine

Noun (Ogdoade)

=> Thot (Verbe)

=> Ennéade

=> Création

La théologie de Memphis

Elle cède au superbe de la doctrine Héliopolitaine sur trois plans : Ptah tout-englobant : il est le Grand de la pré-création, du Premier Temps et de la création ; Le Grand Mot dit par Ptah crée l’Ennéade, tandis que dans le point de vue Héliopolitain, Atoum crée les divinités par onanisme ; l’esprit du coeur et le discours créateur par la langue sont comme le sperme et les mains d’Atoum, c’est-à-dire que la véritable cause première et acte initiateur mythique et pré- rationnel, c’est le Grand Mot et non plus Atoum.
 
Cosmogonie Memphite

Ptah-Noun (Ogdoade)

=> Ptah-Atoum (esprit/langue)

=> Ennéade

=> Création



Les systèmes de pensée Héliopolitain, Hermopolitain et Memphite forment une triade mythique et pré-rationnelle :

Rituel d’Héliopolis (aspect)

Atoum-Rê se crée dans le Premier Temps, se dédouble et l’Ennéade est faite. Ce Premier Temps commence par l’auto-génération et se termine avec l’apparition d’Atoum hors du Noun (quand le premier rayon du soleil perce au-dessus de l’horizon Cf « benben » ou rayon pétrifié du soleil). Son
autogenèse donne instantanément naissance à Shou (air) et à Tefnout (humide). Ici la pré-création est laissée. Atum-Rê auto-créateur inclu la sagesse sia, la
volonté hou , la magie hekaet la justice- vérité Maât. Son rajeunissement éternel est basé sur son être de lumière, pour toujours vivant et subissant perpétuellement une mutation dans son écorce, et se déplaçant la nuit sur le Nil souterrain, dont la profondeur est au contact du chaos primordial de
la pré-création.
 
sans-titre-74.png
 
 
Magie d’Hermopolis (noms)
 
Thot est à la tête de l’Ogdoade pré-créationelle et comme Ibis sacré, laisse tomber de son bec le grand Mot créateur, qui crée tout. Ici l’origine mythique
est placée sous la commande de l’esprit divin, du mot de Rê et du dieu de la magie. Le royaume primordial est défini, caractérisé et personnifié. « Khemenou
» signifie « la ville des huit dieux » ou de « Ogdoade » des divinités primordiales liées à la question de l’état d’océan primordial, le Grand, absolument inerte et indifférencié, le Noun.
 
Unité de Memphis (corps) :
 
Ptah est un tout-complet (Ptah est Noun, Atoum ou Rê). Avec l’esprit, il dit le Grand Mot et crée tout en conséquence. La pré-création, le Premier Temps et la création sont clairement établies, catégorisées formant une addition exemplaire. Ptah était avant la création, dans les premiers temples et sur chaque autel… exactement comme le pharaon était, seul face aux divinités : chaque membre du panthéon est une manifestation de Ptah.La théologie d’Héliopolis deviendra dominante sous la V° dynastie, mais elle ne réprimera pas les autres théologies (Memphis, Hermopolis). En fait, les trois peuvent être lues comme se complétant, bien que les différences soient évidentes. Sous le Nouvel Empire, la tentative d’une nouvelle théologie solaire favorisant une approche totale de Rê, mènera au monothéisme radical et de courte durée d’Amarna, puis à la théologie hénothéiste d’Amon-Rê des Ramessides. Le texte original mentionné dans le texte gravé sur la pierre de Shabaka peut être lu comme une réponse de Memphis à cette nouvelle théologie solaire. C’est probablement aussi la base des hymnes à Ptah écrit sous les Ramessides, qui nous donnent une bonne définition de ce qu’est Ptah.
 
On comprend mieux l’expression égyptienne utilisée pour désigner le temple « Maison de Vie » : le temple égyptien est bien une école de pensée pilosophique, en plus d’être un centre religieux et un poumon économique.

suite : caracteristiques generales de la religion


 
 

3 votes. Moyenne 3.33 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 04/01/2013