Science grecque 4

III LA SCIENCE GRECQUE

Bibliographie :

Sénéchal . D. Histoire des sciences

Brundige Helen N. Inventing the solar system : early greek scientists struggle to explain how the heavens move.

Cohen I. Bernard. Les origines de la physique moderne. Paris 1993 Le Seuil édit.

Danielson D.R. The book of the cosmos. Cambridge (MA) 2001 Perseus publishing

Encyclopédie Universalis. Articles : Astronomie et astrophysique, Anaxagore, Eratosthène de Cyrène, Eudoxe, Héraclide du Pont, Ptolémée, Thalès de Milet

Van Helden Albert. Ptolemaic system.

Hésiode. Les travaux et les jours, la Théogonie. Paris 1995, Arlea édit.

Homère. Odyssée. Paris 1960. Armand Colin édit.

III.1 Généralités sur la science grecque

III.1.1 Etendue de la civilisation grecque dans l'histoire

Ceux qu'on appelle les Grecs, mais qui s'appellent eux-même Hellènes, sont d'origine indo-aryenne (Branche des Indo-européens) et ont peuplé la grèce actuelle d'abord vers l'an -2000 (Ioniens et Achéens) et ensuite vers -1100 (Doriens). Les Ioniens ont été en contact avec les civilisations antérieures (Crète) et on développé un sens du commerce et de la navigation. Ils ont été refoulés sur les côtes de l'Asie mineure par les Doriens caractérisés par un type de société militaire peu intéressée par le commerce. A l'origine les Hellènes s'organisèrent en petits royaumes indépendants (cités grecques). La royauté fit place à l'Aristocratie avec l'apparition de grands propriétaires terriens (nobles).

Durant l'époque archaïque (-750/-500) l'économie mercantile se déveleppa et la bourgeoisie fit son apparition. La montée de la bourgeoisie  ( par rapport à l'aristocratie ) s'accompagna de changements politiques et de luttes intestines. Des révolutionnaires locaux, les tyrans, enlevèrent le pouvoir aux aristocrates et favorisèrent la bourgeoisie  et en même temps l'éclosion des sciences et de la philosophie.

A cette époque plusieurs cités fondèrent des colonies autour de la mer Egée, en Italie du Sud  (Grande Grèce), en Sicile. La seule cité de Milet fonda 80 colonies, dont Naucratis sur le delta du Nil. Parmi les colonies de Phocée figura Massalia (Marseille), fondée vers -600. La civilisation Grecque se répandit sur presque  toute la Méditerrannée et sur la mer Noire. Cependant aucune unité politique ne se réalisa et chaque cité était indépendante, même si les colonies conservaient souvent un lien de fidélité à la cité mère ( métropole ).

L'époque suivante (-500/-338) est la période dite classique. Le système démocratique se répand. L'Ionie est conquise par les Perses et la Grèce continentale lutte contre ces derniers ( guerres médiques ). Des guerres civiles font rage entre diverses cités, en particulier entre Athène et Spartes (guerres du Péloponèse). Cette époque marque l'apogée de la culture grecque classique en littérature et dans les arts. C'est aussi l'époque de Socrate, de Platon et d'Aristote.

Après -338, la Grèce entre sous domination macédonienne mais sa civilisation se répand dans tout l'Orient par les conquêtes d'Alexandre le Grand. Après la mort de ce dernier en -323, des royaumes grecs se partagent l'Orient ( l'Egypte des Ptolémées, la Syrie des Séleucides) et des villes grecques s'épanouissent  : Alexandrie en Egypte, Antioche, Pergame, etc. La langue grecque devint la langue de communication en Méditerranée (koinê), c'est l'époque hellénistique.

Progressivement, à partir de -IIe siècle, Rome conquiert tout le bassin méditerranéen, en raison probablement de sa culture politique et militaire supérieure. Le grec restera cependant la langue de communication en Méditerannée orientale jusqu'à la conquête arabe ( VIIe siècle). Les Romains ont été complètement dominés par la culture grecque. Peuple éminemment pratique, ils ne se sont pas adonnés à la philosophie spéculative comme les Grecs l'ont fait, et leur apport à la science est négligeable, en comparaison.

III.1.2 Caractère de la science grecque  

La science grecque est caractérisée avant tout par un soucis d'intelligibilité : on voulait comprendre les phénomènes en les insérant dans un système. Elle est caractérisée par l'usage de raisonnements logiques (ou plausibles) mais en général très spéculatifs. Les Grecs sont avant tout d'excellents dialecticiens, c'est à dire qu'ils s'efforcent de convaincre leurs interlocuteurs. A l'époque de Socrate, plusieurs soi-disant philosophes, appelés sophistes, étaient experts en persuasion,ils vendaient leurs services et leurs connaissances et n'hésitaient pas à utiliser des raisonnements faux et trompeurs dans le seul but de convaincre .

Aujourd'hui encore, le mot sophisme désigne un raisonnement vicié, basé sur des fausses prémisses ou sur une confusion de sens.

Il faut remarquer que les tenants des discours politiques occidentaux peuvent parfaitement être qualifiés de sophistes, à la différence près que leur sophistique est de piètre qualité. en regard de la sophistique de leurs prédécesseurs antiques. En effet, c'est munis d'une réthorique étincelante et d'une idée générale de la réalité à combattre qu'ils construisaient scientifiquement un discours dont l'arme étaient la syllogistique. Leur raisonnement était simplement un raisonnement syllogistique indiscutable en lui même, mais basé sur des biais et de fausses prémisses. Les politiciens contemporains ne prennent pas la peine de construire de telles oeuvres réthoriques, ni de prendre en compte une quelconque réalité , il leur suffit de dire et non de convaincre car généralement, leur éventuel petit plus intellectuel suffit pour emporter l'adhésion, sans combattre, d'une populasse noyée dans l'inculture, et la soumission aux dogmes politiques règnant. Paraître et dire est le seul combat que ces pauvres rétheurs ont à faire pour convaincre de n'importe quoi. Il n'y a aucune gloire à vaincre sans combattre et surtout, de quelle victoire s'agit-il... 

Il reste que les Grecs se distinguent nettement de leurs prédécesseurs orientaux par ce goût de la philosophie spéculative et de la géométrie. L'idéalisation et la capacité d'abstraction sont à l'honneur, le revers de la médaille étant un sens pratique moins développé (sauf à l'époque hellénistique) et l'absence d'expériences. Si les observations soignées furent fréquentes ( surtout chez Aristote et les astronomes ), les grecs ne firent pratiquement pas d'expériences scientifiques au sens où l'on entend de nos jours.

Nous diviserons la science Grecque en trois périodes, correspondant aux époques archaïque, classique et hellénistique. Les philosophes de la première époque sont qualifiés de présocratiques, parce que précédant Socrate (-470/-399).

Quelles sont les causes de l'essor de la science sous les Grecs ? Il est difficile de répondre à cette question et plusieurs opinions à ce sujet ont été formulées, sans qu'aucune ne soit entièrement satisfaisante :

- On cite souvent une cause économique et sociologique : le commerce, l'artisanat et la navigation ont tenu une place prépondérante dans l'économie grecque, en particulier en Ionie. Les besoins techniques auraient alors stimulé les réflexions sur la nature. Le défaut de cette explication est que la Grèce pré-hellénistique n'a pas fait preuve d'une plus grande innovation technique que l'Egypte à la même époque. D'autre part, la plupart des philosophes, tels Platon et Aristote, semblent avoir démontré un mépris relatif à l'égard des artisans et des activités manuelles en général.

- Une autre explication avancée est l'utilisation par les Grecs d'une écriture alphabétique, contrairement aux égyptiens. Ce type d'écriture s'apprend plus facilement et est donc plus facilement répandue.dans la population, au lieu d'être réservé à une classe de scribes. L'alphabétisation plus large aurait favorisé l'éclosion de la pensée abstraite. On peut alors se demander pourquoi cet essor scientifique ne s'est pas produit dans d'autres cultures alphabétiques telles la Phénicie.

-Une troisième explication, qui peut être conjuguée à la précédente, tient au régime démocratique des Grecs, intimement lié à la petitesse des états grecs. Un tel régime entraîne de nombreux débats et favorise l'apprentissage de l'art de convaincre par des moyens rationnels (dialectique). Cette importance de la dialectique imprègne toute la littérature philosophique grecque, en particulier celle écrite sous forme de dialogue.

-Une autre explication repose sur l'ouverture de la société grecque envers les autres cultures et les idées nouvelles, en particulier aux confins du monde grec, dans les colonies ioniennes et italiennes, où reignait un esprit d'initiative propre aux pays jeunes et nouveaux. C'est en effet dans ces jeunes colonies que les philosophes de l'époque présocratique sont les plus présents.

-Enfin, une dernière explication, plus simpliste, repose sur le fait que les Grecs ont fini par dominer tout l'orient ancien par les conquêtes d'Alexandre et qu'ils ont si facilement assimilé et masqué les cultures scientifiques antérieures à la leur  ( Egypte et Mésopotamie) qu'on a tendance à exagérer leur originalité. Les historiens et doxographes grecs feraient preuve de chauvinisme en attribuant à d'anciens philosophes grecs des découvertes connues auparavant des Egyptiens et des Chaldéens.       

III.2 Les présocratiques

III.2.1 Les premiers philosophes ioniens

Les premiers philosophes grecs connus n'habitaient pas la grèce proprement dite, mais la périphérie du monde grec, notamment l'Ionie et l'Italie du sud.  La ville de Millet était la plus importante d'Ionie et fut la patrie de plusieurs philosophes de cette période. Les oeuvres écrites par ces philosophes , si elles ont jamais existé , ne nous sont pas parvenues. Nous ne connaissons leurs idées que par les commentaires ultérieurs de plusieurs philosophes ( dont Aristote ) ou de commentateurs appelés justement doxographes, dont Diogène Laërce, qui vivait au troisième siécle de notre ère.

La caractéristique principale des philosophes ioniens est leur matérialisme : ils proposent une explication des phénomènes sans avoir recours à l'intervention des dieux, mais uniquement par le jeu naturel de la matière. Leurs théories quoique floues et primaires , ne démontrent pas moins le besoin de comprendre l'Univers à partir d'un principe unificateur appelé arkê , ou principe premier. Ils sont les inventeurs du concept de nature, en grec Physis, en tant que distincte du monde surnaturel 

Thalès de Milet

Le premier philosophe connu est THALES de Millet, l'un des "sept sages" de la Grèce antique. Il vivait au VIIème ou au VIème siècle avant notre ère. Selon Diogène Laërce,  

" Le premier il dessina la course du soleil d'un solstice à l'autre, et démontra que comparée au soleil, la lune en est la cent vingtième partie. C'est encore lui qui fixa à trente jours la durée du mois, et qui écrivit le premier traité sur la nature... Il soupçonna que l'eau était le principe des choses, que le monde était animé et rempli de démons. On dit qu'il découvrit les saisons de l'année, et qu'il la divisa en trois cent soixante-cinq jours. Il ne suivit les leçons d'aucun maître, sauf en Egypte, où il fréquenta les prêtres du pays. A ce propos, Hiéronyme dit qu'il mesura les pyramides en calculant le rapport entre leur ombre et celle de notre corps. "

Thalès est réputé avoir prédit l'éclipse de soleil de l'an -585, sur base d'un cycle de répétitions des éclipses connu des Chaldéens : le Saros qui vaut 6585 jours ( 18 ans et 10 ou 11 jours ). Ce cycle cependant, n'indique que les possibilités de répétitions d'éclipses et a été établi de manière empirique par les Chaldéens. On attribue aussi à Thalès la découverte des phénomènes électriques ( électricité statique et aimantation ).

En géométrie, on lui attribue le théorème des proportions.d’un triangle  la base de la triangulation, ainsi que le théoréme stipulant qu’un rectangle inscrit dans un demi-cercle est nécessairement rectangle. On peut présumer que Thalés n’est pas l’auteur de ces théorèmes, mais qu’il les a empruntés aux Egyptiens. Des Egyptiens aussi il s’inspira en affirmant que l’Univers n’est qu’une grande masse d’eau  renfermant une bulle d’air hémisphérique, sur le fond de laquelle repose la terre ferme. Les tremblements de terre sont alors causés par les vagues de cette masse liquide, qui agitent la surface de la terre.

Anaximandre

D’une génération plus jeune que Thalès, Anaximandre, aussi de Milet, en fut peut-ˆetre l’´el`eve. Citons encore Diogène Laërce : Il pensait que le premier principe ´etait l’Illimité, sans toutefois définir si c’etait l’air, l’eau ou autre chose; qu’il changeait en ses parties et pourtant restait immuable en son tout; que la terre ´etait placée au milieu du monde et en était le centre et qu’elle ´etait sphérique; que la lune ne donnait pas de lumière propre mais réfléchissait la lumière du soleil; que le soleil était aussi grand que la terre, et qu’il était un feu absolument pur. Le premier il découvrit le gnomon, l’installa en cadrans solaires `a Lacédémone pour marquer les solstices et l’équinoxe et construisit des horloges. Le premier aussi il décrivit le contour de la terre et de la mer et construisit la sphère.

L’Illimité, ou απειρον, est à l’origine de toutes les substances. Anaximandre conçoit l’Univers comme une. . . 

. . .sphère de flammes qui entoure le froid, représenté par une terre dont toute la surface est couverte d’eau. Sous l’influence de la chaleur une partie de l’eau s’´evapore et se change en air humide. Grâce à sa force expansive, l’air pénètre ensuite dans la sphère enflammée et la segmente en des anneaux dans lesquels le feu se trouve comprimée et devient invisible. Celui-ci, toutefois, peut s’´echapper lorsqu’une ouverture a, par hasard, subsiste sur l’anneau; fusant alors avec violence, il reprend sa consistance lumineuse et forme l’un des astres que nous voyons.

 

5 votes. Moyenne 4.20 sur 5.

Commentaires (2)

1. puzenat (site web) 20/05/2012

deuxième partie sur l'eau à partir de 38 minutes 30, avec développement de la loi grecque ARKE, propriétés de l'eau. Important et nous concerne tous les jours !
Par le chimiste physicien Philippe Bobola.
Cf première partie sur la relativité du temps !!!
Merci pour vos infos

http://nous-les-dieux.org/Philippe_Bobola_-_l%27unification_du_savoir_-_l%27eau

2. puzenat (site web) 20/05/2012

cf loi du dédoublement qui reprend la loi de l'alpha et l'oméga.
cf le texte qui reprend les propos de la vidéo: vers la fin éthymologie grecque

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 16/08/2017