II.Faune tanzanienne

II. LES HOMMES ET LA NATURE DE LA REGION DU RIFT NORD TANZANIEN

1. PEUPLES AUTOCHTONES 

Les Nilotiques : Les Masaïs ( groupe des Africains dits " nilotiques " ) sont largement implantés sur une zone immense s'étendant au nord dans le Sud du Kenya et au sud dans le tiers nord de la Tanzanie ( grossièrement ), Ils font partie du groupe des Africains nilotiques tout comme les Datogas, notamment implantés à proximité du lac Eyasi, ceux-ci sont sont forgerons et agriculteurs. On les rencontre bien sûr dans la zone des parc naturels tanzaniens du Nord du pays. 

Les Boshimans peuvent être cités par le groupe tribal des Hadzabés "survivant à proximité du lac Eyasi également ( moins de 1000 individus )

Les trois groupes ethniques africains présents en Tanzanie sont donc les :

Bantous,  Sukuma   etc ........ ( plus de 100 tribus différentes )

Nilotiques , Masaï, Datoga,.....

Boschimans , Hadzabés.

Représentant en totalité environ 120 tribus.

Les Masaï (« ceux qui parlent maa ») constituent une population d’éleveurs et de guerriers semi-nomades d'Afrique de l'Est, vivant principalement dans le centre et le sud-ouest du Kenya, le nord de la Tanzanie. Les Masaï appartiennent au groupe des sociétés nilotiques et ont émigré depuis le sud du Soudan vers le XVe siècle, accompagnés de leur bétail domestique. Le fait qu’ils occupent de nombreux parcs animaliers d’Afrique de l’Est a probablement contribué à faire du peuple masaï l’un des plus connus du grand public occidental. Les Masaï maintiennent leurs traditions culturelles tout en prenant part aux forces économiques, sociales, et politiques contemporaines, dans la région et au-delà.

  

2365.jpg

- Groupe d'hommes de la tribu maasaï 

2355.jpg

- Groupe de femmes de la tribu Maasaï

2402.jpg

- Enfants Maasaï face à une hutte d'habitation

Les Masaï sont des pasteurs, en effet, ils élèvent du bétail, bovin,ovin ou caprin qu'ils emmènent le jour dans des zones où le paturage et l'eau sont disponibles et le ramènent au soir dans des parcs entourés de branchages d'Acacias. Ce sont les "guerriers" qui remplissent cette tâche tout en protégeant les animaux de l'éventuelle attaque par des fauves. A l'origine ils sont semi-nomades et  construisent un nouveau village au gré des possibilités alimentaires pour le bétail. Actuellement, une part d'entre eux ont tendance à sédentariser leur habitation.    

Les hadzabés sont une des trois dernières ethnies de chasseurs-cueilleurs, rescapées des grands mouvements démographiques qui ont transformé radicalement le peuplement de l’Afrique au cours du XXème siècle.

thumbs-had1.jpg

Les hadzabés ne sont ni des “bons sauvages”, ni des barbares incultes. Il y a quinze mille ans tous les groupes humains sur tous les continents vivaient de la chasse, de la collecte des  fruits et des racines comme les hadzabés ou les pygmées aujourd’hui. sans-titre-1472.png

  - Tableau de chasse chez les Hadza ( coureurs derrière l'éclair )

Ces hommes ne sont pas des miséreux. Leurs communautés sont même considérées par certains ethnologues comme des sociétés d’abondance. Ils travaillent peu, trois à cinq heures par jour, et ne manquent de rien. sans-titre-1471.png

 - Deux individus Hadzabé avec parure traditionnelles

Bien sûr, ils ne profitent pas des bienfaits de la médecine moderne. Mais ils ont suconserver ce que nous croyons avoir inventé récemment : les loisirs. L'on peut raisonnablement affirmer que les "Hadzas" avaient pour territoire la zone du Ngorongoro, mais qu'ils en ont été chassés par les Masaï.

Les Datogas font partie du groupe des " Nilotiques" comme les Masai, comme nous l'avons vu plus haut, ils ont été chassés de leur zone d'origine par ceux-ci, ils pratiquent une forme primitive de métallurgie et pratiquent l'agriculture. On peut actuellement les rencontrer à proximité du lac Eyasi, où ils vivent courtoisement avec les Hadzabés, ils leurs fournissent d'ailleurs des pointes de flèches forgées. 

 

5025.jpg

- Jeune femme Datonga produisant traditionnellement la farine .

5073.jpg

- Scène de forge chez les Datongas

5152.jpg

 - Flèche forgée par les Datogas pour les Hadzabés

 5016-1.jpg

 - Groupe de trois femmes Datoga en habits traditionnels ( à base de peau de chèvre )

2.APPARITION SUPPOSEE DE L'HOMME 

 2.1. GRAND RIFT EST AFRICAIN

 

SERENGETI ET NGORONGORO ( au nivaux de la faille du grand rift africain)

 

serengeti-map.jpg

 

 

 

Cette carte représente la région protégée de Serengeti. Elle contient le parc national de Serengeti à proprement parlé, Serengeti est un parc national où, de manière générale, aucun habitant privé ne peut résider, hormis des bâtiments pour les Rangers, pour la recherche scientifique et pour l'hotellerie des lodges, ceux-çi sont en petit nombre et sont soumis à de drastiques conditions pour leur construction et leur fonctionnement.

 

3454.jpg

 

 La région de Serengeti contient également la zone de conservation de Ngorongoro, avec ses forêts montagneuses et la Caldeira ( cratère) d'une richesse biologique inouïe, c'est la plus grande caldeira du monde. Cette zone de protection n'est pas un parc national, c'est une réserve car son statut de protection permet aux tribus masaï d'y pratiquer son nomadisme d'éleveurs et leur donne l'accès à l'eau pour le bétail.

 

 Serengeti comprend également une zone dénommée gorge d'Olduvail ( résultat géologique des mouvements  relatif à l'émergence du grand rift africain) d'un intérêt paléoanthropologique fondamental. A l'ouest de cette zone se situe le parc national de la ville d'Arusha et au sud, le parc national de Manjara et celui de Tarangire. Quoique situés à proximité l'une de l'autre, ces zones protégées du grand rift nord-tanzanien présentent des variations botaniques, faunistiques,géomorphologiques et climatiques faisant de chacune d'entre-elle un milieu à caractère particulier dans un contexte global commun.

 

GRAND RIFT AFRICAIN

 

La Grande Vallée du Rift est une merveille naturelle du Monde. Une tranchée Géologique d'environ 6000 kilomètres de long, qui commence au Nord de la Syrie dans le Sud-Ouest de l'Asie et s'étend jusqu'au centre du Mozambique en Afrique de l'Est.

 

En Afrique de l'Est, la vallée se divise en deux: la Vallée du Rift Orientale et la Vallée du Rift Occidentale. L'Occidentale est jonchéee de majestueuses montagnes et contient les Grands Lacs de la Vallée du Rift, avec certains des plus profonds lacs au monde (jusqu'à 1470 mètres de profondeur pour le Lac Tanganyika). Le Lac Victoria, le deuxième lac au monde en superficie, est considéré comme une partie de la Vallée du Rift alors qu'il est en fait entre les deux branches. Tous les Grands Lacs Africains se sont formés à cause du Rift, et la plupart sont en son coeur.

 

Le Rift Oriental comporte de grands Lacs mineraliers, tels que le Lac Natron, et se trouve en bordure de la plus grande montagne d'Afrique - le Mont Kilimandjaro. C'est aussi là que l'on y retrouve les volcans Tanzaniens remarquables tels que le Ngorongoro, le Mont Lengai, l'Empakai.

 

La Vallée du Rift de l'Afrique de l'Est est un exemple incroyable de nombreux systèmes naturels entrelacés. Cet unique cadre géologique aurait en fait modifié les climats locaux et bénéficié à nos ancêtres en les forçant à développé les compétences nécessaires afin de marcher debout, de développer une culture et de se demander comment un tel Rift a vu naissance... Tel que le Grand Canyon d'Amérique, le Système de la Vallée du Rift se doit de figurer en haut de la liste des merveilles géologiques à visiter de tous les amoureux de la nature.

source sur le Rift : simplegeo.ca. / lien  

 

 

 

 

captur-1.png

 

 

 

 

 

 

 

Le Rift Africain a probablement commencé il y a environ 40 millions d'année par un simple point chaud dans la région de l'Afar. Ce point chaud, qui coïncide avec une zone de volcans actifs, se serait pointé sous la plaque de l'Afrique et aurait forcé la plaque à former un dôme qui aurait craqué sur trois directions, formant un "Y".

 

 

 

Source : Pierre-André Bourque

 

 

 

Le résultat de ce gonflement et des craquements est encore visible aujourd'hui en regardant une carte. Deux des branches ont formé le rift de la mer Rouge et celui du golfe d'Aden, séparant la plaque Arabique de la plaque Africain. Malgré que ces deux rifts font partis du système du Grand Rift Africain, et qu'ils ont probablement le même point d'origine, ils ont leur propre identité et ne doivent pas être confondu avec le Rift Est-Africain.

 

La présence du point chaud a permis à la chaleur du manteau de réchauffer la plaque continentale qui s'est distendue et amincie. Cet amincissement donne lieu à un affaissement de la croûte dans une forme de "horst et graben". Une fois la croûte affaissée, la chaleur permet aux deux morceaux de chaque côté de s'éloigner l'un de l'autre.

 

 

 

 

 

 

Après un certain temps, l'affaissement est suffisamment prononcé pour permettre à la zone de rift d'être envahi par l'océan. Par la suite, lorsque l'étirement et l'affaissement de la croûte atteint sa limite, le magma va pouvoir faire surface entre les deux morceaux de plaque et de la croûte océanique va être fabriqué (comme le long de la dorsale Médio-Atlantique).

 

 

 

Source : Pierre-André Bourque
Cependant, le Rift Africain ne forme pas une ligne droite. Il est séparé en deux dans sa partie sud et le centre (la partie est, le Rift Est-Africain, est le plus connu et est présenté comme la frontière ouest de ce qui sera la plaque Somalienne).

 

 

 

 Plusieurs lacs occupent la vallée de la branche ouest du Grand Rift Africain (Lac Tanganyika, Lac Albert et Lac Edward) alors que le lac Victoria se situe entre les deux branches du rift.

 

 

 

La formation d'un rift ne va pas sans la présence de volcans. Au mois de juin dernier, le volcan Nabro (Érythrée), dans le triangle de Afar, est entré en éruption pour la première fois depuis l'Holocène (10 000 ans). Le Kilimandjaro (Tanzanie) est une montagne composée de trois volcans dont deux sont considérés comme éteints, alors que le troisième pourraient entrer en éruption à tout moment. Sa dernière éruption remonte à près de 360 000 ans, mais quelques fumeroles sur les flans de la montagne rappelle son caractère volcanique. Le Ol Doinyo Lengai (Tanzanie) est le seul volcan au monde à avoir une lave de carbonatites (un composé de carbone). Dans la branche ouest du rift Africain, le volcan Nyamuragira au Congo a fait les manchettes le 6 novembre 2011 avec sa plus grosse éruption en 100 ans.

 

 

 

rift-valley-map.jpg

 

Source particulière : simplegéo.ca., voir lien ci-dessus

PAYSAGES DE "SERENGETI PARK"

Dès que nous avons approché la zone de  Serengeti, le paysage s'uniformisa sous la forme d'une vaste plaine herbeuse ondulant avec des reflets verdâtres, peu d'arbres à l'horizon si ce ne sont quelques acacias rabougris et en faible densité.

 

Ce n'est qu'une impression , car ça et là, nous verrons que des zones forestières ou de savanes plus arborées se présentent au hasard de conditions locales moins sèches. L'image qui suit montre : 

 

Alternance prairie semi-aride et zone de savane plus boisée ( saison sèche)

 

3530.jpg

 

 

 

 Milieu moins aride, savane moyennement boisée ( saison sèche)

 

  

 

 

 

3350.jpg

 

La steppe classique et en majorité dans le Serengeti ( saison sèche)

 

 

 

4015.jpg

 

Zone de transition savane/forêt claire ( saison sèche)

 

3658.jpg

 

 

 

Zones humides - rivière (saison sèche -  observer le jeune crocodile au centre de l'image)

 

3595-1.jpg

 

2.2 LA GORGE D'OLDUVAI 

 

 SUITE

 

 

 

 

 

  

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 27/05/2014